Accueil  >  Alain Veinstein, une voix dans la nuit
Flux RSS

Alain Veinstein, une voix dans la nuit

Le 21 septembre 2013 à 08:52 par Olivier Bellamy

200913-alain-veinstein3.JPG

Être invité par Alain Veinstein, c’est quelque chose. J’en avais fait l’expérience lors de la sortie de mon livre sur Martha Argerich. On se sent autorisé à tout lui dire, on ne veut pas le décevoir, on se sent choisi, compris, on ouvre son coeur.
Cette présence forte et discrète, quotidienne et rituelle, j’avais envie qu’elle résonne plus largement, qu’elle s’épanouisse, qu’elle se livre à son tour. D’abord c’est une voix comme on le dit d’un acteur, d’un chanteur. Et il y a quelqu’un derrière, une écriture qui prend le temps de trouver le mot juste, une douleur lointaine, un amour des livres, une solitude qui accompagne la nôtre. Au fond, tout ce qu’il y a de beau et de vrai dans ce monde bruyant et menteur, c’est cela : une voix dans la nuit des êtres.

Voici son programme :

Quatre “classiques”:
- Glenn Gould, Ballade n° 1 en D mineur de Brahms
- Tharaud, Sicilienne du Concerto en ré mineur BWV 596 de Bach
- Claire Désert, Einfach (Simple) de Schumann
- György Kurtag, une pièce pour piano
- Un cinquième éventuel: Keith Jarrett, The Melody of Night

Trois “Madeleines”
- Un extrait de l’Auberge du Cheval blanc
- La musique d’Aguirre, la colère de Dieu
- Rather lovely thing de Nick Cave et Warren Ellis

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 8 commentaires pour cet article :

1 Samuel Rosenfeld, le 23 septembre 2013 à 14:43 :

Je n’ai pas pu écouter cette émission, je vais y remédier. Alain Veinstein c’est beaucoup de souvenirs pour moi, ah ses nuits magnétiques! France culture est décidemment une grande station de radio.

2 julien, le 23 septembre 2013 à 16:42 :

L’heure et demie est toujours,c’est le cas aussi pour l’émission précédente,fort regrettée.Cette heure;remarquable en tous points.Veinstein,c’est Laurent Terzieff qu’on ressuscite!

3 Itié, le 23 septembre 2013 à 19:44 :

Vendredi , je suis allée à la Cité de la Musique pour voir le spectacle ” Que ma joie demeure ” d’Alexandre Astier . A travers un JS Bach , un peu déjanté , nous avons eu droit à une amusante leçon de musique . Ce monsieur Astier serait un bon ” client” pour Olivier , il me semble en grande familiarité avec la musique .

4 Lily, le 23 septembre 2013 à 22:30 :

Une conversation en clair-obscur avec Alain Veinstein, des paroles entrecoupées de silences .. et très vite les mots prennent du poids…Captivant.
Mais la Ballade de Brahms jouée par Gould, d’une incroyable lenteur ; je peux m’en passer …

5 Samuel Rosenfeld, le 24 septembre 2013 à 20:18 :

Lily, Gould et Brahms c’est pourtant une affaire qui roule. Passons sur le concerto pour piano n°1 avec Lenny Bernstein ou même sur les Ballades (moi j’aime mais bon c’est une question de goût) mais je ne sais pas si vous connaissez le fameux disque des intermezzi (ou intermezzos, je ne sais pas comment on dit) de Brahms par Gould. LA version de référence en ce qui me concerne. Amitiés.

6 Samuel Rosenfeld, le 24 septembre 2013 à 20:26 :

Lily, pour les Ballades de Brahms, Michelangeli trouve-t-il grâce à vos yeux? (il en a enregistré plusieurs versions, celle publié par DG est la meilleure, du moins en terme de prise de son). A propos de prise de son j’ai acheté il y a quelques mois deux coffrets à bas prix de 10 CD chacun sur Michelangeli. Les deux coffrets sont bons pour la poubelle ou disons pour faire joli dans la discothèque. Les prises de sons sont lamentables, la plupart en public. Michelangeli méritait beaucoup mieux que cela.

7 Lily, le 24 septembre 2013 à 22:37 :

Samuel, j’ai découvert la musique pour piano (et de chambre) de Brahms avec les enregistrements de Julius Katchen (Decca 1965), pour moi un petit miracle de poésie et de beauté sonore (l’op.118 n° 6, quoi de plus pathétique sous ses doigts !)
Puis je n’ai eu de cesse d’écouter Michelangeli, et justement je trouve que son interpretation des 4 ballades est magnifique.
Parmi les jeunes, Adam Laloum prend peu à peu sa place parmi les grands interpretes de Brahms, chez lui la beauté du son n’est pas une chimère .

8 Samuel Rosenfeld, le 25 septembre 2013 à 11:04 :

Adam Laloum, je ne connais pas. Une lacune à combler!


Donnez votre avis !






ombre