Accueil  >  Insaisissable Anne Brochet
Flux RSS

Insaisissable Anne Brochet

Le 18 septembre 2013 à 16:37 par Olivier Bellamy

170913-anne-brochet2.JPG

Jouer “La Dame de la mer” quand on porte le nom d’un poisson d’eau douce, il fallait le frire, pardon, le faire.
En fait, Anne Brochet ressemble plutôt à une anguille, vous croyez l’attraper, elle se dérobe et vous glisse entre les doigts.
Les actrices de théâtre sont des animaux étranges. Surtout quand elles sont nées sous le signe du Scorpion (et non pas des Poissons comme on pourrait sottement le déduire). À la radio, elles ont d’abord l’air de s’ennuyer un peu. Ben oui, elles viennent de quitter Ibsen pour l’obscène (promotion). Et puis, elles se détendent et se laissent aller, toujours aux aguets quand même et dédaignant les misérables vers que vous leur tendez pour les ferrer délicatement. Elles tournent autour du bouchon, se moquent de votre air placide et de votre estomac qui gargouille, font des bulles et, hop, d’un coup de nageoire retournent vers la Grande Bleue en vous laissant ramer. Sirènes d’un jour.

Voici son programme : (non, pas La Truite de Schubert !)

- Brahms : Danse hongroise N4 en Fa dièse mineur (Georges Cziffra)
- Vivaldi : 4 saisons, “L’Hiver”
- Grieg : Valse mélancolique op 68
- Kalman Balogh : Bulgar Cigany Horo

Madeleines :

- Barbra Streisand : Debussy, “Beau soir”
- Etienne Daho : “L’adorer”
- Ennio Morriconne : “Mission”

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre