Accueil  >  Géraldine Maillet, comme un torrent
Flux RSS

Géraldine Maillet, comme un torrent

Le 27 février 2013 à 10:08 par Olivier Bellamy

 Olivier Bellamy reçoit Géraldine Maillet dans Passion Classique

Géraldine Maillet a dû me refiler sa crève, car je suis au fond de mon lit, grelottant, faible et misérable.
Mais comme elle a fait l’effort de venir, malgré la fièvre, c’est la moindre des choses de prendre la peine d’écrire trois mots sur cette personnalité peu banale qui a un vrai talent d’écrivain. J’aime cette écriture qui dévale sans s’étaler. J’aime quand un écrivain ne se regarde pas écrire, mais s’intéresse à ses personnages et se demande, comme dans la vie, ce qui va leur arriver, avec un mélange d’abandon et de retenue sans que l’un ne prenne le dessus sur l’autre. J’aime enfin ses confidences fortes sur la surdité de sa mère qui nous permettent de comprendre que l’écriture est pour elle une nécessité existentielle et une manière d’établir un contact fondamental.
Voici son programme :

1-La valse sentimentale de Tchaikovski version interpretée par Edda Erlendsdottir.

2-Pavane pour une infante défunte de Ravel

3- Irakly Avaliani au piano Valse en ut dièse mineur op 69 n 2. Chopin: Barcarolle, Nocturne, Polonaise. Mazurka

4- Scala et kolacny brothers avec leur titre CREEP.

Madeleines :

1-Say it ain’t so Joe de Murray Head
2-The sound of silence de Simon and Garfunkel
3-Les yeux de ma mère de Arno

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 32 commentaires pour cet article :

1 delcroix jacqueline, le 27 février 2013 à 12:09 :

Olivier, bonjour et bon courage !
Je ne suis pas médecin, mais je crois que vous avez la “grippe”.
Soignez-vous bien, mangez des oranges, et prenez des laits de poule (si vous tolérez le lait) recette : un bol de lait bouillant bien sucré additionné d rhum ou de cognac, dans lequel on mélange,hors du feu, un jaune d’oeuf ou même un oeuf entier battu. C’est un reconstituant énergique.
Prompt rétablissement Olivier

Jacqueline

2 Patrick Delaunay, le 27 février 2013 à 15:15 :

On n’attrape pas la grippe, elle vous agrippe.
(De l’allemand : grippen.)
“La transmission interhumaine de la maladie est essentiellement respiratoire, via des gouttelettes riches en virus provenant de la toux et des éternuements des sujets infectés.”
Voilà ce que c’est que d’inviter des mannequins !
Cela dit, la maladie n’est peut-être pas forcément due à une agression extérieure, fût-elle plaisante. On peut en avoir conserver en soi la trace, réactivée à l’occasion d’une foutue conjonction de facteurs.
Les nids de poule, mon enfance. Au chaud, au lit, le nid de poule avant de dormir, suer les toxines du monde entier. J’en ai gardé un goût très sûr pour les nids, les poules, et le rhum.
Écoutée à minuit dans mon atelier pollué de peinture, cette heure impromptue, je ne savais pas qui, je ne m’attendais à rien, m’a surpris. L’antihéros de Géraldine Maillet, sa crise, ça me rappelle quelque chose, ces derniers temps.
(Comme un torrent, Vincente Minelli, toujours pas vu.)

3 Sandrine, le 28 février 2013 à 16:40 :

Patrick, je ne sais pas quel est votre secret, vos commentaires apportent invariablement le sel, la lumière, les odeurs, la couleur sur le blog. Quant aux nids de poule je viens d’en expérimenter une autre sorte : entorse de cheville ! Ai quand même vu hier un austère et émouvant Saint -François de Zurbaran (celui représenté tout droit). Difficile de savoir si son regard est rempli de foi ou de la détresse de l’âme humaine évoquée plus haut. Pour terminer, bon rétablissement à Olivier bien peu rancunier envers la belle semeuse de particules virulentes. Par temps de carnaval un masque salutaire n’aurait pas déparé son charme et aurait évité la presque agonie du Maestro. L’année prochaine: vaccin!

4 HOLDRINET, le 28 février 2013 à 18:14 :

Que vous arrive t’il à tous? Un hiver trop long??? Je vous l’accorde.
Que ne feriez vous pas pour Zurbaran Sandrine! Et moi donc! La méditation de Saint François est très belle. L’avez-vous vue? Je crois en avoir déjà parlé, (j’ai oublié le contexte), l’élégante bergère, Sainte Marguerite, m’avais beaucoup émue.

Bon rétablissement, Sandrine et Olivier.
Que diriez vous d’un masque vénitien pour la prochaine saison hivernale? Et pour la photo, pas mal non ?

5 HOLDRINET, le 28 février 2013 à 18:18 :

Merci aussi pour la retransmission du PC de Stephane Hessel. Je l’apprends maintenant et vais l’enregistrer.

6 Béatrice, le 28 février 2013 à 19:49 :

Il vous faudrait une bonne dose de soleil et de chaleur et votre grippe partirait aussi vite qu’elle est venue, bon courage, soignez vous bien et merci encore Olivier d’être là pour nous ensoleiller

7 marie-alsace, le 28 février 2013 à 20:04 :

ahhhhhhhhhhhh du soleil, le fantôme de ces dernières semaines……

8 Sandrine, le 28 février 2013 à 20:35 :

Merci Claudette ! ….Horreur !!! Après nous avoir récemment endormis par l’évocation de notre BB nationale, je viens de réaliser en écoutant l’émission de ce soir qu’Olivier doit manger ses chats !!! Cela fait plusieurs fois qu’il nous dit en avoir un dans la gorge, quand même cela devient suspect à la longue ! La grippe a bon dos, il n’avait pas l’air malade au point d’en garder encore un au fond du gosier! Et dire que c’est nous les femmes qu’il vient de traiter de simulatrices ! Non mais, rebellons nous !

9 HOLDRINET, le 28 février 2013 à 21:24 :

Je n’ai entendu qu’une partie de l’émission ce soir, j’étais en voiture. Mais si Olivier l’a vraiment dit,
rebellons-nous absolument,Sandrine.
Quant aux chats, ils ont dû rester pelotonnés sur le piano fermé ces jours-ci! Cela dit, il paraît aussi que Olivier cuisine très bien….

10 Sandrine, le 28 février 2013 à 21:56 :

Oui il l’a dit!!!! Je continue donc à me défouler sur le Patron : j’imagine qu’il doit non seulement les faire en sauce comme Claudette le suppose mais aussi les avaler vivants , il a avoué en avoir laissé repartir un pendant la pub!

11 HOLDRINET, le 01 mars 2013 à 13:15 :

Je vous suis parfaitement Sandrine, mais il nous manque toujours un chat.
Face à l’urgence des besoins de l’enquête, je vous fais part de mes dernières réflexions.
Il pourrait s’agir d’une funèbre expérimentation; je m’explique.
Olivier a lui-même fait allusion au “Duo des chats” dans un article précédent.
Ne tenterait-il pas de faire chanter ses invités? Qu’en dites-vous?

12 Patrick Delaunay, le 01 mars 2013 à 15:00 :

La vraie grippe, faut se rendre compte, ne touche pas les people, les médiatisés. Géraldine Maillet a quarante de fièvre, mais ça n’empêche pas la belle de venir au micro de passion class, parler de ce qui l’anime. OB est remis sur pied en deux jours. Bon pour le service.
Non, la vraie crève, faut se rendre à l’évidence, c’est pour nous. Quinze jours tout compris, sauf complications, nous. Une grippe soignée dure deux semaines, non soignée : quinze grands, longs jours qui s’étirent comme un chat en lordose. C’est comme chat, ç’a toujours été, il n’en ira pas autrement.
Dans le même ordre d’idées, je ne m’étonnerai pas de voir un jour réapparaître certains de nos plus chers animateurs télé disparus, sur un plateau, non pas debout, en extase comme Saint François peint par Zurbaran, les yeux chavirés, tournés vers le ciel vide, mais debout devant un micro, les yeux fixant obstinément une salle pleine, aux ordres, extasiée.

13 Sandrine, le 02 mars 2013 à 16:08 :

Un grand merci de la part de mon père que l’émission sur le Vatican a beaucoup intéressé et qui a aussi apprécié la qualité des questions posées par Olivier; merci également à Claudette sans qui je n’aurais pas pu la lui faire écouter. Quant au deuxième chat, c’est bien avec Rossini qu’il a disparu…mais pas dans le duo… avec le tournedo. Longue vie à Olivier et à ses chats!

14 HOLDRINET, le 02 mars 2013 à 21:51 :

Et bien Sandrine! Brillant le tournedos!
C’est vraiment génial. Il fallait le trouver! Quant au “présumé coupable”, cela risque de se terminer par un non-lieu?

Je suis contente que votre Papa ait été intéressé par l’émission consacrée au Vatican.
Belle soirée.

15 Roberto Livadiotti, le 03 mars 2013 à 09:20 :

Eté aussi intéressé par l’émission de C.Pigozzi sur le Vatican, mais j’ai trouvé que ses choix musicaux ont été un peu trop exclusifs sur l’opéra italien. En tant qu’italien, j’aime aussi beaucoup Rossini,Verdi,Puccini,mais je préfère qu’ils soient aussi mis en rapport avec l’opéra allemand ou français. C’est faux de dire que l’opéra allemand est dur,il y a chez Wagner,Weber ou Richard Strauss des pages d’un lyrisme magnifique. Je constate que tous vos messages sur cette page se rapportent très peu à l’invitée. Aurait-elle déçu tout le monde?

16 delcroix jacqueline, le 03 mars 2013 à 11:01 :

Patrick, vous vous étonnez qu’Olivier se soit remis si vite de sa grippe. C’est peut-être bien grâce aux laits (ou nids) de poule, qui sait ? Olivier est un bon cuisinier, parait-il, et il faut avoir la “main” pour réussir, c’est une question de “chimie” : mélanger l’oeuf au lait quand celui-ci est un peu refroidi, sinon il coagule, il devait donc le savoir !

17 Patrick Delaunay, le 03 mars 2013 à 16:06 :

Jacqueline, sûr, avoir la main est essentiel, comme au jeu la main heureuse, aux fleurs la main verte, la main amie, comme Blaise Cendrars. Tout sauf percée.
Moi, j’ai une entorse au majeur de la dextre (ça se tasse), du coup j’ai pas réussi mes nids de poules !
Pas assez médiatisé, non plus. D’ailleurs, si j’écris, c’est pour me faire connaître, plus. Quand tout à fait médiatique serai-je, alors inaccessible aux maux, tel un académicien, un immortel, deviendrai-je.
Le Vatican. Emission scotchante. Peiné pour ces cardinaux, sous-papes, papes potentiels qui, dans un décor somptueux (Raphaël, Michel-Ange…), vivent une vie austère, solitaire, triste (Noël en tête-à-tête avec son potage), en arrivant à ne plus sourire. On ne rit pas (le rire est vulgaire), en vient à ne plus sourire… à qui ? à quoi ? Telle est, entouré, la vie ascétique. Mieux, le désert.
Pour eux, le diable ferait, je crois, beaucoup plus que n’en fait le bon dieu, radin, avare. Il déteste le plaisir, le sexe, la gourmandise…
L’avarice, gardienne des vertus.
C. Pigozzi, l’enquêteuse, ne joue-t-elle pas le jeu du diable quand, invitant au restaurant luxueux, italien, un cardinal carré, avant que de devenir rond (addition payée par Match), elle encourage le prélat, le serviteur du Très-Haut, avare de ses mots, à choisir le meilleur vin de la carte, et, au finale, à se régaler de trois desserts !!!
Ce qui rappelle l’excellent film : Le festin de Babette.
Pour le roman de Géraldine, seuls les hommes, je crois, s’identifieront, et, sur ce blog…

18 Sandrine, le 03 mars 2013 à 16:43 :

Contaminée par les commentaires de Roberto et de Patrick, j’imaginais un Walhalla d’où B. Arnault-Wotan entraînerait la Terre Ève-Erda en croisière sur les flots méditerranéens et dans les boues marines et malouines salvatrices. Alberich-Francis collectionnerait les disques d’or et Fafner-Alain les engrangerait dans son grenier en duo avec son frère Christian-Fasolt pour les écouter non pas en boucle mais en anneau. Alors Olivier-Siegfried pourfendrait de son glaive la forêt des idées et des émotions, guidé par l’Oiseau-Elodie, afin de venir délivrer Albina-Brunnhilde gardée prisonnière du cercle de feu des succès des plus beaux leimolive, alimenté ardemment par Louis-Loge. Pour finir, pas de bûcher , mais un flot de sonates, arias, symphonies, lieder, concertos offerts par tous ces dieux et déesses à nous autres pauvres et grotesques mortels affligés de grippes pernicieuses et démantibulés d’ entorses interminables.

19 Sandrine, le 03 mars 2013 à 17:29 :

Leimotive et non leimolive…..démantibulée et borgne je suis !!!!

20 Roberto Livadiotti, le 03 mars 2013 à 18:28 :

Bravo Sandrine,vous semblez vous y connaître en “Tétralogie wagnérienne” mais je vous corrige sur le mot Leimotive, c’est Leitmotive, pas grave.

21 Sandrine, le 03 mars 2013 à 19:00 :

Merci Roberto, pas pu avoir de Rv chez l’ophtalmo avant juin,mon écran est petit et il faut me rendre à l’évidence que je vais devoir investir dans des lorgnons pour voir de près…

22 HOLDRINET, le 03 mars 2013 à 21:49 :

Sandrine, je suis scotchée, comme dirait
Patrick, par votre article 18. MAGNIFIQUE!

Entretien intéressant avec Caroline Pigozzi. Des anecdotes amusantes malgré un ton austère et monocorde.
En entendant les contraintes de protocole au Vatican, j’ai pensé que nous étions à des années lumières des préoccupations de l’humanité.

Je partage le bonheur de C.Pigozzi de revenir périodiquement en Italie. L’atmosphère, le sourire des italiens, la richesse de son patrimoine qui offre toujours à découvrir. Une drogue.
Merci pour le programme musical italien, qui, comme l’a dit OLivier,”nous réchauffe”.
Merci aussi pour Serge Reggiani.

23 HOLDRINET, le 03 mars 2013 à 21:59 :

Je réalise que G.Maillet aura eu droit à tout: Nos délires félins, les grippes et entorses, et maintenant nos billets concernant l’émission de Caroline Pigozzi… Relâchement dominical.

24 marie-alsace, le 03 mars 2013 à 22:03 :

Wagner, Opéra……soleil(tout plien aujourd’hui mais vent d’est :-( ,je me glisse dans la conversation….Week end Opéra, commencé par hasard par Parsifal sur FM en direct du Met(avec Jonas K.) et terminé par La Petite Renarde Rusée de Leoš Janáček, aujourd’hui. Hier j’étais en voiture et commençant à m’éteindre, je me suis dit que Wagner stimulerait mes oreilles donc mes paupières etc…Pari gagné, arrivée à bon port, j’ai continué à écouter at home (Daniele Gatti, un peu lent mais Jonas K :-) ). Quant à Leoš Janáček, ce fut un émerveillement, un sacré compositeur ce Leoš Janáček, hors du commun. Bon ce soir, j’ose enchainer sur un film qui ne va pas fatiguer mes neurones, Boulevard du Rhum avec Lino Ventura et BB.

25 delcroix jacqueline, le 04 mars 2013 à 09:26 :

Patrick, comment ? trois desserts pour le Prélat, mon Dieu quel gourmand ! je n’ai pas écouté le PC de C. Pigozzi, trop souvent “scotchée” devant mon écran TV à écouter ces “infatigables jacasseurs” de C’dans l’air, que sont ces “économistes” Cohen, Dessertine, Fiorentino et Cie qui nous fichent la “trouille”. Olivier est pourtant bien plus reposant.

26 Patrick Delaunay, le 04 mars 2013 à 11:46 :

Deux, trois desserts, oui, quelle tentatrice ! C’est la crise de foie assurée pour un cardinal à la diète, d’ordinaire.

27 Sandrine, le 04 mars 2013 à 14:12 :

http://youtu.be/tUclTCNEtbY

28 Patrick Delaunay, le 04 mars 2013 à 20:57 :

Excellent !
Pas mal non plus les lapsus : l’aime olive
et
l’émotive
(n°18 et 19)

29 Sandrine, le 04 mars 2013 à 22:14 :

Ben oui … Patrick , je vous le confesse, la gourmandise et l’émotivité sont miennes….Mais je ne comprends pas le titre ” Non habeus Papam”. Manque-t-il un M ou bien y a-t-il un jeu de mots que je ne saisis pas? Je me creuse la tête en vain.

30 Patrick Delaunay, le 05 mars 2013 à 00:53 :

Vous vous creusez trop la tête, chère Sandrine. Vous êtes térébrante. Olivier dit ce que nous savions, mais, en latin, ça sonne, offrant un ton solennel au fait, dans une aura gothique, non sans quelque nuance mystique, au nom de la rose : non habemus papam : nous n’avons pas de pape.
J’en mettrais ma main, la gauche, au feu.
Que monte la fumée blanche !

31 Sandrine, le 05 mars 2013 à 12:41 :

A l’aide…Suis-je complètement presbyte ou complètement folle ? Le texte a-t-il été corrigé ? J’étais pourtant sûre d’avoir lu hier soir « habeus » et non « habemus » ????????????

32 Sandrine, le 05 mars 2013 à 13:55 :

Ouf, me voilà rassurée, je viens de retrouver la page d’hier restée ouverte par chance sur mon téléphone, je n’ai pas eu la berlue, c’était bien habeus qui était écrit….


Donnez votre avis !






ombre