Accueil  >  Roberto Alagna, un preux chevalier… qui ne se la pète pas
Flux RSS

Roberto Alagna, un preux chevalier… qui ne se la pète pas

Le 20 février 2013 à 10:59 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy reçoit Roberto Alagna dans Passion Classique

Engagé, fervent, tout dévoué à son art jusqu’au sacrifice, jusqu’au danger, jusqu’à la folie, Roberto Alagna est aussi adepte des plaisanteries de garçons de bains que n’aurait pas désavoué un Mozart. De Passion Classique aux Grosses Têtes, il n’y a parfois qu’un pas qu’il franchit sans façons.
Son passage vers la chanson de variétés (qu’ont pratiquée la plupart des grands ténors italiens de l’histoire du chant) ne doit pas faire oublier son extraordinaire curiosité envers des ouvrages oubliés qu’il a su remettre à l’honneur. Roberto Alagna est aussi incroyablement cultivé en matière d’enregistrements d’opéra. Il connaît aussi bien Georges Thill que Dean Martin ou Claude François.
La presse américaine ne l’a pas raté lorsque récemment il a interrompu son air d’Andrea Chenier à l’Avery Fischer Hall avant de s’entretenir avec le chef d’orchestre et de reprendre l’air. Or, selon Roberto et preuves à l’appui (la scène a été filmée par un violoniste), c’est le chef d’orchestre qui s’est trompé dans sa battue alors qu’il tenait à diriger par coeur. Au lieu de se renseigner, les critiques en ont conclu que le ténor n’avait pas suffisamment travaillé sa partition ou que l’annonce de son divorce le déstabilisait. Cela dit, c’est vrai qu’il en fait trop et qu’il ne se ménage guère. Ainsi, dans Les Pêcheurs de perles à Pleyel, il était au bord du précipice… et s’est brillamment rattrapé aux branches. C’est aussi pour cela que le public l’aime et qu’il met à rude épreuve les nerfs de ses proches. Sacré gaillard ! Mais avec une voix et un coeur en or.
Voici son programme :

Sonate au Clair de Lune, Beethoven,
Le Vol du Bourdon, Rimski Korsakov par Maurice André,
Jan Kiepura : Ninon en français,
Amara Terra Mia, Modugno,
Cristina Branco, Trago Fado nos Sentidos
Dalida, Avec le Temps,
Return to me, Dean Martin,
Reggiani, L’italien.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 2 commentaires pour cet article :

1 FRAYSSE, le 20 février 2013 à 15:15 :

Merci pour cet honnête commentaire !

2 HOLDRINET, le 20 février 2013 à 17:02 :

Qu’Alagna réunisse toutes les qualités citées, je le pense volontiers.
Son timbre puissant et beau à écouter, c’est sans doute le plus important.
Maintenant, au niveau du public, que certains dont je fais partie, fatiguent peut se comprendre aussi.


Donnez votre avis !






ombre