Accueil  >  Michel Onfray, la raison populaire
Flux RSS

Michel Onfray, la raison populaire

Le 27 octobre 2012 à 08:17 par Olivier Bellamy

 Olivier Bellamy reçoit Michel Onfray dans Passion Classique

Surnommé “le philosophe de la plèbe” par Philippe Sollers, Michel Onfray s’attaque aux vaches sacrées de la pensée universitaire et remet à l’honneur des auteurs dédaignés. Sa “raison populaire”, ce n’est pas le bon sens près de chez vous. C’est un rééquilibrage savant avec la fougue du polémiste, la foi (sic) du converti, les excès de l’autodidacte.
Il est le chouchou des médias, mais la bête noire de l’institution qui a beau jeu de remarquer qu’en déconstruisant le système, il s’enferme dans un autre système qui frôle la caricature.
Cependant l’homme est passionnant, toujours clair, sincère, beaucoup plus ouvert qu’on ne pourrait le penser, prêt à débattre et très sympathique.
C’est l’un des rares philosophes à bien connaître la musique. Bien qu’on l’entende rarement sur ce domaine, il est beaucoup plus savant qu’un Philippe Sollers qui jongle habilement avec deux ou trois compositeurs et interprètes qu’il rattache à son univers.
Mais, et c’est ce qui est amusant, Michel Onfray s’en tient à une vision de l’histoire de la musique très proche d’une sorte de Lagarde et Michard des sons : Bach, le dernier Beethoven, Debussy, Webern, Varèse, Boulez. Le chemin est tout tracé. Il n’a pas contre la doxa du Conservatoire le même esprit rebelle et subversif qu’envers l’université traditionnelle. C’est du côté d’un Benoît Duteurtre, d’un Frédéric Chaslin ou d’un Alex North qu’il faudra chercher l’équivalent d’une réévaluation critique des hiérarchies allant de soi dans le domaine des sons : le jazz, l’opérette, le minimalisme, la réhabilitation des vaincus de l’histoire.
Voici son programme :

1. bach, mouvement lent du concerto italien (glenn gould)
2. mozart, ouverture du don giovanni
3. varese, arcana
4. boulez, rituel

3 Madeleines :
1. bach, jésus que ma joie demeure
2. gluck/ callas, dans divinité du styx
3. beethoven, une des 3 dernières sonates pour piano

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 31 commentaires pour cet article :

1 marie-alsace, le 27 octobre 2012 à 19:14 :

« la clarté dans la confusion » comme l’exprimait si bien Charles Denner !!!!! Belle expression pour résumer la philosophie, la politique, la religion, bref le blabla d’aujourd’hui :-). Pourquoi pas!!! Heureusement il y a la musique….et la neige !!! Apaisant non ????

2 Sandrine, le 27 octobre 2012 à 19:23 :

1- Patrick, je suis très honorée et je vous en remercie beaucoup.
2- A propos de quelques mots prononcés par M. Onfray : il me semble que la charité chrétienne est loin d’être majoritairement matérielle, elle est aussi amour du prochain comme il l’a souligné fort brièvement ; aussi, elle se doit d’être discrète, peut-être est-ce la raison pour laquelle il ne l’a pas remarquée, dommage.

3 Roberto Livadiotti, le 27 octobre 2012 à 23:40 :

C’est vrai Sandrine et Onfray qui s’est toujours dit athée a quand même reconnu l’influence du christianisme sur la musique et les arts et son propos sur la charité chrétienne montre qu’il est impartial,même s’il reste ancré dans son athéisme. Toutefois, je ne sais pas si je l’ai bien compris. Son programme musical était celui de quelqu’un qui s’y connaît assez en musique.

4 Roberto Livadiotti, le 28 octobre 2012 à 14:54 :

…et la contribution d’autres religions dans les arts qu’il a mentionnée aussi.Quant à ses choix de Varèse et Boulez,je les lui laisse sans regret.

5 Patrick Delaunay, le 28 octobre 2012 à 15:16 :

La grande peinture (Titien, Vélasquez, Rembrandt, Caravage, Goya, Zurbarán, Raphaël, Vinci, Véronèse, Giorgione, Grünewald, etc.), c’est bien le propre et la fleur de la civilisation chrétienne. Il y a là une production inouïe unique au monde. Certes, si l’on n’avait pas cela, on aurait autre chose (référence de l’écrivain à “Poitiers”), mais sûrement pas la peinture du personnage, pas le portrait, porté de surcroît à ce point d’incandescence et d’excellence, jusqu’à Bacon et beaucoup d’autres actuellement. La représentation de la figure humaine en peinture, sublime ou puissante, est européenne, donc chrétienne, la religion charpentant l’édifice. Même chose, pour la musique baroque, classique et romantique, de Machaut, Palestrina, Bach, Mozart, Beethoven à Arvo Pärt. Ajoutons la littérature, d’ouest en est, du Cycle du Graal à Dostoïevski, Tolstoï… Bloy, Claudel, René Girard… En cinéma Dreyer, Bergman, Lounguine…
Par ailleurs, côté pratique, si athée, la “philosophie concrète”, de préférence antique, romaine, grecque, que défend Michel Onfray, apparaît une alternative, ou une régression, séduisante. Auprès des stoïciens, mettons les taoïstes.
Avec la philosophie, rarement mise en pratique, de mon père qui, disait Sacha Guitry, avait raison.
Nietzsche pensait du christianisme qu’il est contre-nature.
Mais la nature, humaine et animale, par bien des aspects est sinistre et bestiale. D’où ces attitudes : chrétienne, dandy, bouddhiste…
@ Sandrine : relu “Socrate et Seguelus”. Bien, si didactique.

6 Sandrine, le 28 octobre 2012 à 22:29 :

A Claudette : infiniment et de tout cœur, merci ! J’ai réussi ! Je peux désormais emmener avec moi en voiture les deux passagers que vous savez, avec le choix du deuxième, quand je veux et où je veux. Quel bonheur ! Voilà ce que je recherchais depuis plus d’un an maintenant, sans y être arrivée, je vais presque aimer les embouteillages ! Encore un immense merci à vous Claudette et à vous Monsieur le « Superviseur » ! (Et promis, je ne ferai pas de « chargement » interdit dans mon véhicule, ni ailleurs !).

7 Sandrine, le 28 octobre 2012 à 22:37 :

A Patrick, beau texte comme d’habitude.

8 HOLDRINET, le 28 octobre 2012 à 23:06 :

Nous sommes ravis Sandrine. Je pensais à vous.
Je vais maintenant écouter M.Onfray!
C’est en effet bien agréable. “Quand on veut, où l’on veut”!
Bonne soirée.

9 Roberto Livadiotti, le 29 octobre 2012 à 00:37 :

En effet,beau texte de Patrick Delaunay. J’ai regardé son site sur internet,j’ai trouvé ses peintures intéressantes,contrairement à beaucoup d’oeuvres contemporaines.

10 Patrick Delaunay, le 29 octobre 2012 à 13:15 :

Merci Sandrine et Roberto.

11 HOLDRINET, le 29 octobre 2012 à 20:55 :

Loin d’être une adepte, j’ai trouvé l’émission intéressante.
Mais des réserves, toujours génée par son ton professoral monocorde et bavard qui laisse peu de place, à mon avis à l’émotion. Il parle bien de la musique mais de manière très didactique.
Que de mots durs sur l’enseignement, les cafés philo, sa déconstruction de la psychanalyse,ses conférences assassines sur l’oeuvre de Freud.

Tout cela asséné sur le ton péremptoire de celui qui a toujours raison.
La charité chrétienne dont parle Sandrine
est un autre exemple. “Je ne vois pas de chrétien pratiquer l’amour du Prochain ou donner leur argent”!!!
Les certitudes de Michel Onfray sont-elles compatibles avec la philosophie?
Certes en discordance avec la psychanalyse.

12 HOLDRINET, le 30 octobre 2012 à 13:53 :

Patrick, j’avais vu l’expo Zurbaran en 1988, l’affiche magnifique de Sainte Marguerite, sous verre accrochée chez moi, me permettant de retrouver la date!

13 Patrick Delaunay, le 31 octobre 2012 à 00:31 :

Claudette, quelle chance ! J’ai raté ça. Je ne peignais pas à l’époque. Lors d’une expo bien plus récente au Grand Palais : Picasso et les maîtres, il y avait une toile incroyable de ce génie : Agnus Dei. Ma toile favorite, de toute l’expo où pourtant les chefs-d’œuvre ne manquaient pas, au grand désavantage de Picasso, j’ai trouvé, dessinateur innovant mais peintre décevant, par comparaison, du point de vue du plaisir de l’œil, je veux dire, sinon du point de vue de la liberté.
Zurbaran a peint plusieurs variations de l’agneau. Ma préférée, celle sans le nimbe, avec la merveilleuse plage grise au premier plan. C’est très contemporain. Pourrait avoir été peint ces derniers temps par un néo-figuratif possédant dessin, couleur, matière classique. Palette minimaliste, efficacité maximale. C’était justement celle-là au Grand Palais.

14 Eliane, le 31 octobre 2012 à 02:21 :

L’échange par écran interposé n’est plus ma tasse de thé, je préfère de beaucoup la vraie rencontre. Aussi je me permets de suggérer à Olivier d’inviter Patrick Delaunay car son nom s’inscrit en lettres de feu sur ce blog. Sa peinture : du grand art qui vous transporte, ses billets : d’excellente facture grâce à une plume de talent, un échange direct avec lui = moment riche et simple, Patrick est modeste ce qui est la marque des grands. Lorsque ses pas le dirigent vers Rennes, j’ai la chance de vivre une parenthèse délicieuse. Merci l’artiste.

15 Sandrine, le 31 octobre 2012 à 07:58 :

En totale approbation avec vous Eliane.

16 Sandrine, le 31 octobre 2012 à 08:19 :

Accord et non approbation, pardon pas réveillée

17 HOLDRINET, le 31 octobre 2012 à 15:26 :

J’adhère Patrick aux billets d’Eliane et Sandrine. Je trouve à votre peinture une grande classe. Votre représentation des femmes, de la femme, est tourmentée, violente mais intéressante.

18 Patrick Delaunay, le 31 octobre 2012 à 16:07 :

:)

19 Itié, le 01 novembre 2012 à 08:27 :

En réponse au 11 , je suis d’accord avec Holdrinet .
Personnellement , je préfère l’esprit scientifique , qui dit je sais que je ne sais rien , à l’esprit pédago qui ne doute pas un instant qu’il peut être dans l’erreur et que représente si bien Onfray .

20 Sandrine, le 03 novembre 2012 à 07:50 :

Quelles étaient belles et profondes, hier soir, les questions réservées à Hélène Grimaud, poétiquement posées non seulement par des mots, mais encore avec des phrases musicales, bien que l’on puisse imaginer que ces dernières induisent déjà une forme de réponse. Peu importe, de mémoire, j’ai retenu : ce qui est important dans l’amour : la tendresse ; même si un amour est fini : garder ce qu’il nous a fait vivre comme un trésor ; le risque de nos vies : s’installer dans le confort ; qu’importe l’image que l’on donne tant que l’on reste fidèle à soi ; qu’est ce que la perfection dans cette vie : le cheminement pour y arriver, l’honnêteté. Enfin, la musique D’A.Part qui ressemblait comme un miroir à la belle Hélène.

21 Sandrine, le 03 novembre 2012 à 09:19 :

Il manque un ” ´ ” au début du message précédent !

22 HOLDRINET, le 03 novembre 2012 à 10:43 :

Je vais écouter l’émission cet après-midi.
J’en avais l’intension, votre billet Sandrine me rend impatiente!

Je vous conseille celle de Boris Cyrulnik.
Bref moment concernant le rôle de la musique sur le cerveau humain; illustré par la neuro imagerie.
Puis son travail personnel de “résilience”.
Passionnant et apaisant.

23 Patrick Delaunay, le 03 novembre 2012 à 17:32 :

Olivier a disparu.
Il n’écrit plus ici et, à l’antenne, écoutez bien attentivement, c’est un imitateur.

24 Itié, le 03 novembre 2012 à 18:26 :

Il est en vacances ou bien dans un lieu d’où il va nous rapporter de belles émissions !

25 Sandrine, le 03 novembre 2012 à 19:54 :

À moins que Patrick ne l’ait séquestré dans son atelier pour faire son portrait ? :-)) Merci doublement Claudette. Ai bien pensé à vous durant l’émission de B. Cyrulnik, écoutée en voiture grâce à votre aide. Un peu frustrée par ce passage trop bref sur neuroimagerie fonctionnelle et musique. Me suis consolée en travaillant mes arpèges ( eh oui à 46 ans j’entame ma 2ème année de piano, mes vieux doigts répondent quand même! J’espère que le nombre de mes réseaux neuronaux va augmenter! ). Oui, on ne peut que s’incliner devant la souffrance vécue par cet homme et sa sagesse.

26 Sandrine, le 03 novembre 2012 à 20:26 :
27 Sandrine, le 03 novembre 2012 à 20:49 :

que s’est-il passé???????

28 HOLDRINET, le 03 novembre 2012 à 22:17 :

???? Je ne sais pas Sandrine!
J’ai aussi pensé à vous pendant cette émission. J’ai un profond respect pour Boris Cyrulnik.

J’ai écouté H.Grimaud, j’ai “bu du petit lait” si j’ose dire. J’en reparlerai plus tard.
Quant à vous Sandrine je vous félicite, c’est un beau hobbie.
Votre hémisphère cérébral postérieur gauche est en plein développement! C’est bien cela ? Les musiciens qui pratiquent un instrument?
Beaux arpèges et sachez qu’il n’est jamais trop tard.
Bonne soirée à tous.

29 Lily, le 04 novembre 2012 à 00:06 :

Jamais trop tard comme dit Claudette.
Sandrine, avec votre belle motivation - privilège des adultes – plusieurs dizaines d’années de travail passionné , intensif et régulier vous attendent ; et de joies, bien que comme l’a déjà rappelé Olivier/via Schnabel « l’inconvénient du piano, c’est que chaque bonne note est située entre deux mauvaises. » !

30 Sandrine, le 04 novembre 2012 à 19:55 :

Merci beaucoup pour vos encouragements Claudette et Lily! Je peine vraiment certains jours ! Patrick a raison : c’est même toute l’équipe de Radio Classique qui a disparu : la page du programme de demain reste désespérément blanche.

31 Tietie007, le 28 septembre 2015 à 13:23 :

Onfray se fait un peu trop donneur de leçon, en ce moment et le peuple dont il parle, c’est son peuple, celui qui vient le voir lors de ses conférences …


Donnez votre avis !






ombre