Accueil  >  Leslie Caron, Hollywood sur Seine
Flux RSS

Leslie Caron, Hollywood sur Seine

Le 30 septembre 2011 à 09:05 par Olivier Bellamy

leslie-caron-29-09-11.JPG

A quatre-vingts ans, Leslie Caron garde cette star quality mêlée à une piquante simplicité qui a fait son succès. Danseuse chez Roland Petit à seize ans, vedette hollywoodienne à vingt-cinq ans grâce à Un Américain à Paris de Vincente Minelli, avec Gene Kelly, elle a côtoyé Fred Astaire, Cary Grant, Judy Garland, René Clair, Rudolf Noureev, Margo Fonteyn, René Clément, Orson Welles, Alain Delon, François Truffaut… Amie de Jean Renoir, qui lui trouvait un air de Jeanne d’Arc, ex-compagne de Warren Beatty, elle raconte ses triomphes et ses désillusions dans un pavé paru chez Baker-Street et écrit avec élégance et authenticité.
Elle incarne ce parfait mélange de volonté, d’exigence et de chance qui font les longues et glorieuses carrières. Elle continue de travailler au théâtre, au cinéma et à la télévision sans rien perdre de son énergie.
Voici son programme :

Un Américain à Paris
Suites françaises de Bach - Glenn Gould
Histoire du soldat - Stravinsky
Carnaval des animaux - Camille Saint Saëns

Les madeleines :
Valse de Chopin (au cours de danse)
Ca, c’est de la bagnole - Georgius - 1938
Charles Trénet : Y a de la joie

Suppléments
Cheek to Cheek Fred Astaire
Over the Rainbow Judy Garland
Paris brûle-t-il ? de Maurice Jarre

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 5 commentaires pour cet article :

1 Florian Defontaine, le 30 septembre 2011 à 09:10 :

Ciel ! Une étoile dans Passion classique . Filante ? Nullement . Fulgurante ? Assurément . Flamboyante ? Evidemment .

Le halo de sa carrière , les éternelles mélodies dont elle est encore embuée défient les zéphyrs les plus chantants et décrochent à l’horizon de la postérité des sourires annonciateurs d’un destin légendaire aux sons des grelots de la modestie.

Non, la silhouette de madame Caron n’est pas uniquement figée au ciel, mes chers amis ! Descendez vos regards, descendez-les donc , posez-les doucement à terre sur le firmament du” Walk of Fame” et suivez la route, celle de l’existence . Une star comme elle nous guide, nous rappelle qu’atteindre les cieux du cinéma s’obtient en gardant paradoxalement les pieds sur terre . L’actrice, majestueuse, hérmétique à la folle ivresse de l’égo , scelle nos coeurs du sceau de l’élégance raffinée et absolue .

Ce fut une émission absolument magnifique , qui, hélas, malgré sa finesse et sa richesse, fut filante . ( elle )

Cordialement !

2 Renny, le 30 septembre 2011 à 11:08 :

J’ai passé un moment à lire vos contributions, Florian le bien nommé ou surnommé (donc vous échapperez au petit nom d’oiseau que j’attribue sans permission à quelques-uns de nos amis d’ici, et d’ailleurs). J’ai souri irrésistiblement à vos envolées de mots, mais puis-je me permettre -encore?…jusqu’ici, elles avaient un côté: j’y vais j’y vais pas…La 1 de cet étage nous fait enfin supputer que vous planerez bientôt là-haut au firmament des condors! Sans jugement aucun sur la qualité ou la pertinence de vos interventions (ça, je ne me permets pas): mais sans aucun doute, votre plaisir des mots et de leurs jeux est tel que nous le partageons (n’est-ce pas, vous autres?) , sans mélange; allez-y à fond, crénom! Plus vous lâcherez les chevaux, plus grand sera notre sourire! Précieux, non? Je n’ai pas écouté l’émission de Leslie Caron, et donc ne sais pas si le dithyrambe est mérité, mais il constitue pour moi un moment de joie ce matin, assorti aux rayons de soleil qui inondent si loin en saison mon transatlantique ( que quelques-uns ici connaissent, je parle du transatlantique) et les chats, musiciens ou non, qui s’y prélassent avec moi.
Bonjour Domino, Méli, Claudelette, Lady Lily, jeune Alsacienne, tous!
Sinon, Leslie Caron: oui, une figure à légender, si ce n’est déjà fait, de la danse, du cinéma, de l’élégance à la fois hollywoodienne, newyorkaise et parisienne d’un temps révolu, légèreté!

3 marie-alsace, le 30 septembre 2011 à 19:53 :

Bonsoir Renny, vous semblez bien serein et philosophe !!!! Ce matin ma verte vallée était en plein tumulte avec le Rallye de France (beurk), je me serais crue sur le contournement de Strasbourg à l’heure de pointe….C’est la 2ème année que les absolutistes du moteur, nous imposent une étape…!!!Bref en rentrant, je me suis pris le temps de lire le blog et d’écouter enfin Paul Agnew.
Quelle passion, Florian Defontaine, vos envolées « lyriques » sont réjouissantes à souhait !!!!
Leslie Caron, ce fut une émission très agréable avec un petit côté décalé dans le temps assez plaisant ….

4 Villaret, le 01 octobre 2011 à 01:40 :

Merci !!!!!

5 Hélène GRE, le 03 octobre 2011 à 13:01 :

N’ayant pas pu écouter l’émission, je me contente des commentaires ci-dessus. Quant à la photo aux côtés d’Olivier BELLAMY, félicitations Madame Leslie CARON ! Vous êtes superbe !


Donnez votre avis !






ombre