Accueil  >  Gilles Bernheim en réflexion
Flux RSS

Gilles Bernheim en réflexion

Le 23 septembre 2011 à 08:48 par Olivier Bellamy

gilles-bernheim-22-09-11.JPG

Grand rabbin de France, Gilles Bernheim nous a offert un moment d’une rare profondeur et un programme d’une beauté à couper le souffle.
Le hasard veut que la veille, en me rendant à la radio à pied, j’ai croisé deux jeunes qui criaient : “Vive la Palestine ! A mort Israël !” C’était dit d’un ton joyeux, comme on crie : “Vive le PSG ! A bas l’OM !” Si ces deux jeunes avaient été mieux informés, ils auraient dû crier : “Vive la Palestine ! Vive Israël ! A bas Washington qui ne respecte pas sa promesse d’accompagner le réveil de tous les peuples arabes !”
A propos de la Palestine, Gilles Bernheim nous a parlé d’écoute de l’autre, de respect de sa culture. C’est écrit dans le texte des pères fondateurs de l’Etat d’Israël, mais loin d’être appliqué. Ce que fait Daniel Barenboïm pour rapprocher les deux peuples est admirable, mais loin d’être suffisant. Comment s’intéresser à la culture de l’autre quand son territoire est occupé, que les frontières sont ignorées, que le droit est bafoué et qu’on est considéré par l’autre comme un citoyen de seconde classe, voire un sous-homme, sinon pour chercher à le détruire ? C’est impossible ! Les Israéliens ont le droit de vivre en sécurité, mais ils ne le pourront que lorsque les Palestiniens auront leur Etat. Ce qu’un enfant de cinq ans peut comprendre, les gouvernements refusent de l’admettre.
Nous avons besoin de la pensée juive, comme de la pensée chrétienne, comme de la philosophie, comme de la poésie pour mieux comprendre le monde et enrichir notre vision de l’existence, mais nous avons aussi besoin de justice sans quoi les pensées les plus élevées se perdent dans le désert.
Voici le programme de Gilles Bernheim :

Ses quatre oeuvres musicales:
Mozart sonate en la K 526 pour piano et violon: adagio (Grumiaux / Haskil)
- Beethoven: 12ème quatuor: l’adagio
- Schubert: Voyage d’hiver – début Hans Hotter
- Schumann: sonate en fa dièse mineur (le début)

Ses trois madeleines:
- Mozart: concerto 23 - 2ème mouvement
- Liszt: 2ème rhapsodie hongroise (Cziffra)
- Schumann: l’Humoresque (Lupu)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 28 commentaires pour cet article :

1 Erica Roche, le 23 septembre 2011 à 09:48 :

Je suis certainement une des juives les plus antisioniste qui soit. D’habitude, les antisionistes n’osent pas trop se montrer de peur d’être accusés d’antisémitisme profond, ce qui n’est évidemment pas mon cas. La création de l’Etat d’Israël a donné bonne conscience à beaucoup de pays qui n’avaient rien compris aux camps de la mort nazis (ce qui n’a rien d’étonnant après tout - on a du mal à imaginer une horreur pareille). Le puissant lobby juif aidant, les Etats-Unis continuent à soutenir Israël envers et contre tous, malgré la colonisation à outrance des territoires occupés, et ce refus de reconnaître au peuple palestinien le droit à un état est consternant à mes yeux. Pour dire les choses d’une façon exagérément schématique, on n’imagine même pas le cas de figure où les indiens d’Amérique arriveraient à la Maison Blanche pour réclamer la juste restitution de leurs terres - et pourtant c’est un petit peu comme ça que les choses se sont passées en Israël. Avant que je me fasse assassiner pour mes opinions et sans avoir l’intention de faire un brulot politique ici , je voudrais également vous dire que je déteste tous les dogmes, y compris les dogmes rabbiniques. C’est donc dans un état d’esprit particulièrement hostile que j’ai abordé cette émission, et ma surprise à donc été d’autant plus grande au fur et à mesure de l’écoute. J’ai été tellement bouleversée par la grandeur d’âme de Gilles Bernheim, par la profondeur de ses connaissances et émotions musicales et par la beauté de son programme que je suis toute confondue de honte devant mes préjugés. Si seulement les dirigeants israéliens pouvaient être à son image…

2 Eliane, le 23 septembre 2011 à 10:13 :

Une voix calme et posée, un ton grave et profond, une grande humilité et délicatesse dans les propos, une culture et une finesse musicale , un programme où le piano domine, une analyse pointue des oeuvres choisies == une superbe émission, bouleversante, un beau duo cette nuit encore……..
@L’adagio de la sonate 42 pour violon et piano de Mozart. L’invité en a si bien parlé..Chacun respecte l’autre sans jamais se mettre en avant. tout en ayant une grande complicité : Du grand Art…… Emouvante Clara Haskil au piano… qui possédait cette suprême élégance, cette profondeur de sentiments qui sied si bien à Mozart……privée si longtemps de la bienveillance du monde, son jeu semble nourri de toutes ses souffrances!!
@Radu Lupu et son toucher exceptionnel, @Cziffra et sa virtuosité pianistique malgré tant de souffrances endurées lui aussi….
@Le mouvement lent du 12è quatuor à cordes de Beethoven : quelle sonorité étrange dans cette oeuvre : des tonalités quasi surnaturelles des phrases commencent et ne s’achèvent pas……ce n’est pas vraiment la gaieté ..
@Le Voyage d’hiver : le plus beau cycle Schubertien…..l’amour, la mort, l’errance …une oeuvre noire. Je n’ai pas changé, je préfère toujours Schreir , ténor, comme le voulait Schubert et Richter au piano car ils vivent cette histoire désespérée de la façon la plus intense la plus poignante.
@Et pour finir Schumann…..sonate en fa dièse mineur…..je l’adore, Catherine Collard a la sonorité, l’autorité, la couleur, le chant, tout ce qui fait un interprète de Schumann.
Sublime……..
Il n’y a pas quelque chose qui, comme moi, vous frappe chez cette personnalité qu’est le Grand Rabbin de France dans le choix de ses oeuvres et de ses
interprètes?

3 Marie-France de Montpellier, le 23 septembre 2011 à 10:15 :

Ce fut une émission passionnante avec cet homme posé et intelligent et qui, de surcroît, connaît la musique “classique”. Un nouveau bon moment en compagnie d’Olivier et d’un invité digne de cette émission.

4 joar, le 23 septembre 2011 à 10:53 :

la Grande Classe cette émission.
Merci.

5 Itié, le 23 septembre 2011 à 11:55 :

Pour moi aussi , cette émission fut exceptionnelle dans l’intensité des échanges et les choix musicaux .
Je cherche une réponse à la question d’Eliane , et je n’ai pas encore trouvé ….

6 Erica Roche, le 23 septembre 2011 à 12:06 :

Eliane, je ne suis pas douée pour les devinettes, mais j’y vois beaucoup de souffrance aussi bien dans les oeuvres que dans la vie de certains des interprètes, une souffrance peut-être rendue plus supportable par le pouvoir de la musique. A part ça, il s’agit exclusivement du répertoire allemand et ex empire austro-hongroise.

7 Eliane, le 23 septembre 2011 à 12:57 :

C’est EXACTEMENT ce que j’ai ressenti Erica ….. toutes ces oeuvres, sublimes, ont en commun tristesse, mélancolie voire plus et le choix des interprètes n’est pas anodin …..cette réflexion s’est d’emblée imposée dans ma petite tête..
Je file déjeuner…..; le temps est compté, il sera vite 14H.

8 Sandrine, le 23 septembre 2011 à 13:04 :

Merci pour cette émission profonde et douce; je ne sais pas si c’est ce que veux dire Eliane, mais de mon côté, j’ai été frappée (outre par la profondeur et la justesse du discours) par la mélodie de la parole de G. Bernheim,par la musicalité de son intonnation et par ces mots ciselés comme des notes, si bien qu’il n’y avait plus de iatus entre les moments de parole et de musique.

9 Sarah, le 23 septembre 2011 à 13:23 :

Merci pour cette émission! Une très belle programmation. Et la voix, autant que les mots de Gilles Bernheim m’ont laissés à la fin de l’émission dans un état de sérénité qui m’étonne encore, vu le choix musical (je pense que cela est du, étrangement, au “Voyage d’hiver” de Schubert, qui fut une grande découverte pour moi).

10 Dominique, le 23 septembre 2011 à 13:46 :

Tolérance, souffrance, transcendance, un grand moment d’émotion avec des interprètes et des œuvres d’exception. Méliane, notre experte a déjà tout dit. Merci !

11 Lily, le 23 septembre 2011 à 13:58 :

…« des mots ciselés comme des notes », écrit Sandrine ; c’est l’impression que j’ai ressentie à l’écoute de cette belle émission.
Et merci à Erica pour ses réflexions.
Très beau programme musical.
La couleur de la voix de baryton basse d’Hans Hotter dépeint un voyageur plus âgé donc encore plus las. L’émotion qui s’en dégage est d’autant plus profonde

12 COURTAUT.Monique, le 23 septembre 2011 à 15:48 :

Je peux préférer telle version d’une oeuvre à certains moments de la vie,mais je n’affirme pas que c’est la version voulue par Schubert.De mes années d’étude ,j’ai gardé l’humilité de mes professeurs face… à la partition:Le voyage d’hiver est écrit pour voix de baryton,alors que la belle meunière correspond à la voix de ténor.Peter Schreier-revu avec émotion ,sur Mezzo,dans le Requiem de Mozart,dirigé par Karl Böhm- a un timbre de ténor mozartien très clair.
J’ai découvert l’oeuvre au disque par Hans Hotter et je mesure la chance d’avoir entendu l’interprétation de D.Fischer -Dieskau à Pleyel.Die Krähe,c’est LA solitude humaine.

13 marie-alsace, le 23 septembre 2011 à 18:18 :

Lorsque j’ai vu qui était l’invité, j’ai préféré « poser l’étiquette de Philosophe » que d’homme religieux même si finalement, à l’écoute de l’émission c’est le second qui transparaît. Ses choix musicaux étaient raffinés mais son discours, était à mon sens trop sophistiqué, trop cérébral. Cela manquait de poésie et j’ai été frappé par sa remarque sur Bach – il est “moins sensible à Bach”, mais la musique de Bach, c’est la joie. Or son programme très recherché et très beau était tout de même très tristounet.
Monique, je m’associe à votre choix et ai aussi pour D.Fischer-Dieskau une préférence et vous envie un tantinet d’avoir pu l’écouter à Pleyel !!!
Les richesses culturelles de tous, pour tous, oui. Hier, j’étais en voiture et j’ai entendu que l’orchestre symphonique de l’Estrémadure est en danger, parce que la région du même nom ne voit pas “l’utilité” de conserver une telle formation….à méditer !!!

14 Isa, le 23 septembre 2011 à 19:20 :

l’humilité et face à la partition Monique a tout dit , et comme elle, lily et marie d’alsace, j’ai une préférence pour le voyage d’hiver chanté par D. Fischer Dieskau, ou Hans Hotter, dont le timbre magnifique correspond si bien au texte

15 c.holdrinet, le 23 septembre 2011 à 21:00 :

“Il y a une spiritualité dans l’art qui change votre regard sur le monde”.

“Mozart m’a aidé à voir dans la nuit”…

Ces phrases dites avec cette voix parlée, si posée et profonde, C’est magnifique.

Interessant la manière dont il a exprimé son émotion à propos du”voyage d’hiver”.
Merci chères amies de m’avoir permis, par votre enthousiasme, de ne pas être passée à côté de G. Bernheim que je viens seulement d’écouter. Car je décroche.

Un tel niveau d’entretien, interrompu sans cesse par les flashs publicitaires, suivi ce soir de “la belle de cadix”, etc… Ressentis sans doute encore plus présents, interminables, parce que l’émission est plus courte, casse l’atmosphère de l’émission.
Olivier n’y peut rien, on le sait, mais je ne supporte plus.

Je m’en tiendrai comme ce soir aux critiques unanimes (presque) de vous tous.
Merci encore.

16 Drapier Annie, le 23 septembre 2011 à 21:33 :

Bonsoir,

Je ne souhaite pas faire de commentaires sur l’émission avec G. Berheim. De très belles choses ont été dites mais comment pourrait-il en être autrement avec de telles personnes.
Je voudrais savoir pourquoi l’émission d’Olivier Bellamy ne dure qu’une heure ? Je le regrette profondément, car cette émission “tronquée” nous laisse trop sur notre faim.
Merci pour vos émissions Olivier.

17 Maité, le 23 septembre 2011 à 22:34 :

J’ai fini d’écouter à l’instant l’émission, une sérénité m’a envahit, ce sont des paroles tranquilles et de paix . . merci.à tous les 2.
(C’est bien aussi de pouvoir réécouter Passion classique le soir).

18 Itié, le 24 septembre 2011 à 08:31 :

Monsieur le grand rabin a un fan club presque entièrement constitué de dames !
J’espère que cette situation lui plait !
Je connais un peu parce que je regarde les émissions religieuses du dimanche matin . Toujours sérieux et posé , bien différent de certains agités qu’on nous impose !

19 Roberto Livadiotti, le 24 septembre 2011 à 10:12 :

Je salue la franchise et le courage d’Erica pour ses opinions. Je connais aussi d’autres juifs antisionistes comme Daniel Mermet qui fait des émissions “Là-bas si j’y suis” sur France-Inter entre 15h et 16h,du Lundi au Vendredi,ou Bernard Guetta qui fait des chroniques politiques sur la même radio,tous les matins.C’est sûr que pour avoir la paix dans cette région,il faudrait que se constituent deux états,l’un juif et l’autre palestinien “viable”.Quant aux choix musicaux du rabbin,ils étaient intéressants,mais pt être,comme dit Marie-alsace,un peu “tristounets”,je suis d’accord avec elle,bien que n’ayant pu écouter toute l’émission,car j’avais du monde à la maison,dont un cousin venu de Rome.

20 Tores, le 24 septembre 2011 à 16:11 :

Ce que j’aime chez cette personne sa sa vision philosophique des choses, je l’écoute aussi a la télé le dimanche matin.
Une pensée rare et toujours humaine.
Merci à lui
Albert

21 Livadiotti Roberto, le 24 septembre 2011 à 17:26 :

J’ai ecrit ce matin un message assez long pour féliciter Erica pour ses opinions et dire que l’on peut être antisioniste sans être antisémite et donné des exemples de certains juifs qui le sont,mais ce message est resté “en attente de modération”.

22 Erica Roche, le 24 septembre 2011 à 17:42 :

Merci beaucoup Roberto - je suis très touchée.C’est une vieille obsession chez moi, et si j’ai écrit tout ça c’est parce que j’éprouvais un peu le besoin de me défouler. C’est un sujet tellement sensible que je ne m’attendais même pas à des réactions.

23 Eliane, le 25 septembre 2011 à 00:26 :

J’écris toujours mes messages en pleine nuit à chaud, un copier-coller le matin et un clic entre deux cours et le tour est joué. Je découvre donc seulement ce soir le commentaire NUMBER ONE de my favourite English named Erica et je la félicite…..Je ne suis pas juive, et je partage exactement la même analyse sur le sujet, nous en parlerons j’espère de vive voix autour d’une bonne table lors d’une notre prochaine rencontre;……..

24 Erica Roche, le 25 septembre 2011 à 09:13 :

oh - yeah!!!

25 Florian Defontaine, le 25 septembre 2011 à 15:15 :

Encore une magnifique semaine , merci monsieur Bellamy . Finalement, malgré la petite trilogie disparue, nous ne manquons de rien grâce aux riches madeleines des invités . Quel régal ! “La grande classe” , effectivement.
(Le nouveau spot Télévisuel de la radio est sublime .) Cordialement !

26 c.holdrinet, le 25 septembre 2011 à 15:49 :

Etes-vous sûre, Marie-Alsace que les oeuvres de Bach ne soient que “la joie”?

Erica, j’ai franchi, hier soir, les frontières de l’Essonne pour les Yvelines, Versailles,
à la Chapelle Royale, rien que ça… pour un concert Baroque, d’un ensemble vocal et orchestral que nous ne connaissions pas.
Ils ont donné Le DE PROFUNDIS , de DE LALANDE, en deuxième partie, à pleurer. Sublime.
Je pensais pendant le concert que peut-être vous étiez là!

Bon dimanche à tous.

27 Erica Roche, le 25 septembre 2011 à 18:55 :

Chère Claudette - non malheureusement pour moi je n’y étais pas, et en vous lisant je le regrette beaucoup. Mes sorties “concert” se passent la plupart du temps à Paris où il y a déjà tellement de choses à faire que choisir devient de plus en plus difficile.J’ai trouvé le programme de votre concert sur internet et je ne connais pas non plus.

28 Itié, le 25 septembre 2011 à 19:38 :

Aujourd’hui à midi , j’ai regardé la cérémonie du souvenir de la Shoah .
Un moment sobre et touchant où l’on a pu entendre le grand rabin Bernheim .
Y a-t-il un blogeur qui connaît le nom du dernier chant ? Trés émouvant !


Donnez votre avis !






ombre