Accueil  >  Cyprien Katsaris, un artiste complet
Flux RSS

Cyprien Katsaris, un artiste complet

Le 20 septembre 2011 à 09:54 par Olivier Bellamy

cyprien-katsaris-19-09-11.JPG

Il appartient à une lignée qui semble en voie de disparition, celle des pianistes compositeurs transcripteurs et improvisateurs. Les pianistes du passé ont toujours composé ou “paraphrasé”, si l’on pense à Robert Casadesus, Samson François, Georges Cziffra, Vladimir Horowitz, Dinu Lipatti, Friedrich Gulda, et bien d’autres. Samson François disait même : “Un pianiste devrait toujours composer, même si sa musique n’est pas bonne, ce n’est pas grave.” L’important, c’est d’être un musicien complet. Aujourd’hui, Fazil Say et Cyprien Katsaris font figure d’exceptions.
Né à Marseille, de parents chypriotes, Cyprien Katsaris soutient le combat de son pays d’origine qui rêve de pouvoir retrouver ses frontières alors que la République de Chypre, qui appartient à l’Union européenne, n’occupe que la moitié de l’île d’Aphrodite. Le reste est occupé par la Turquie et l’armée britannique.
Virtuose, capable de tout jouer avec maestria, Cyprien Katsaris est également un homme raffiné, à la culture étendue et d’une exquise courtoisie.
Voici son programme, certes un peu autocentré, mais sa notoriété en France a un peu souffert du syndrome “Nul n’est prophète en son pays” :
Cziffra : Vol du Bourdon par Katsaris
- Mozart, 2ème mouvement de son ultime Concerto n° 27, K. 595 enregistré dans la Grande Salle du Mozarteum à Salzbourg. (Cyprien Katsaris)
- En avant-première mondiale : extrait de la Sonate pour 2 pianos de Brahms avec Hélène Mercier. (Ce CD n’est pas encore paru.)
- Sonate de Scarlatti par Cziffra
- Liszt : Rhapsodie hongroise n° 2 (Katsaris)
Madeleines
- Jacques Loussier, Musique du générique du feuilleton Rocambole (années 60) où je révélerai le lien avec le croque-monsieur…
- Michel Legrand, Les Demoiselles de Rochefort Chanson de Maxence
- Beethoven, Symphonie Pastorale (4ème mouvement « Orage » version de Leonard Bernstein

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 3 commentaires pour cet article :

1 Eliane, le 20 septembre 2011 à 10:29 :

Caracatzanis était le nom de ma mère…… avec un père né à Larnaca,……(chypriote grec)
C Katsaris est l’invité de ce soir et je me régale, pas à cause de la consonance des noms et des origines communes bien sûr, mais c’est à lui que je dois la découverte et le choc du concerto de Grieg, en 1977, une vraie merveille d’interprétation, de verve, de sensibilité et frénésies mêlées. Il joue avec raison la carte de la virtuosité, sans jamais chercher à imposer ses prouesses techniques, sa perfection digitale, qu’on lui connait depuis toujours est totalement irrésistible, d’ailleurs son jeu le place au premier plan des pianistes actuels avec, en plus, cette qualité “d’improvisateur”…. Il a la même attitude en concert dans les pages les plus virtuoses d’un concerto de Mozart. Le pianiste est fascinant, l’homme également et le passage sur les professeurs de piano d’une telle vérité….j’en sais quelque chose!!!
Dommage que l’on entende relativement peu souvent la si discrète et brillante Hélène Mercier sauf quand elle est l’invitée de Brigitte Engerer à Beauvais.…..Ecouter C Katsaris, dans le silence de la nuit vous fait oublier TOUT ce qui a pu se passer de banal dans votre journée…on est sous le charme de la richesse de son esprit vif, plein d’humour et captivé par son art. Encore une preuve que la musique possède bien ce pouvoir surnaturel, quand le bon invité est là, de transfigurer, une petite heure, la vie de l’auditeur. BRAVO, BRAVISSIMO pour ce moment de pur bonheur, c’est une véritable déchirure que de devoir interrompre un tel niveau d’émission.

2 toyon annick, le 21 septembre 2011 à 17:54 :

cmme tous les auditeurs de passion classique je suis frustree que la meilleure emission musicale de RC soit amputée du 1/3.Pourquoi ne pas reduire les gloses oiseuses et les jeux de mots potaches de Christian Morin.

3 croizet jacqueline, le 21 septembre 2011 à 18:30 :

en voiture , j’ai entendu une partie de l’émission et ai été enchantée d’entendre le vibrant hommage rendu par vous deux à notre bienaimé MAITRE GEORGES CZIFFRA et à son malheureux fils; par modestie C.Katsaris n’a pas mentionné que pour le Festival SENLISZT qui va avoir lieu à Senlis à la Chapelle Saint Frambourg ;il va rendre un vibrant hommage le Samedi 5 novembre prochain;je suis comme l’auditrice précédente ,je regrette qu’on l’entende si peu; faites un effort à Radio Classique;grand merci à lui pour sa ferveur; j’aurai, j’espère , le plaisir de le lui dire à Senlis;très cordialement;jacueline


Donnez votre avis !






ombre