Accueil
Flux RSS

Profondeur de chant

Le 15 avril 2009 à 08:46 par Olivier Bellamy

Janine Reiss et Olivier Bellamy
Janine Reiss a été le chef de chant de Maria Callas, de Placido Domingo, de Luciano Pavarotti, de Ruggiero Raimondi. Mais elle a surtout été le tuteur, le guide de centaines de chanteurs, connus ou inconnus, qu’elle a formés à l’esprit de l’opéra. Cet esprit de l’opéra, c’est d’abord le respect du texte : celui qui a inspiré le compositeur, celui qui contient les germes du drame. Compréhension, articulation et incarnation ont été la trilogie sacrée des dadas de Janine Reiss. Intraitable, elle n’a jamais cédé. Lire l’article en entier

Tags :
8 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Musique sur les planches

Le 15 avril 2009 à 08:29 par Olivier Bellamy

Marie-Christine Barrault et Olivier Bellamy
Nous ne serons pas l’avocat du Barrault. Le talent de Marie-Christine se passe d’effets de manche. Quant à son programme musical, il était tout à fait extraordinaire. Marie-Christine Barrault a eu une enfance comme on n’en fait plus : chantant des lieder de Schubert accoudée au piano sur lequel jouait sa mère. Pour se rebeller, elle a fait du théâtre et son tempérament passionné l’a porté vers les grands rôles claudéliens. Lire l’article en entier

Tags :
3 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Le rouge et le noir

Le 13 avril 2009 à 11:05 par Olivier Bellamy

Edwy Plenel et Olivier Bellamy
Il a tiqué lorsque je lui ai dit que son programme ressemblait à un rapport de police. Chaque titre était référencé avec une grande précision : date d’enregistrement, titre de l’album, tout y figurait. Edwy Plenel a répondu aussitôt que la police n’avait pas le monopole du sérieux apporté à la présentation des informations. Bien malmené dans le livre de Péan “La face cachée du Monde”, Edwy Plenel est un grand journaliste, qui s’est parfois pris pour un procureur. Lire l’article en entier

Tags :
1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Musique intime

Le 10 avril 2009 à 12:25 par Olivier Bellamy

Philippe Lioret et Olivier Bellamy Philippe Lioret a été ingénieur du son avant de rencontrer le succès comme réalisateur. C’est dire s’il a de l’oreille. Vous avez peut-être vu “L’équipier”, “Mademoiselle”, “Je vais bien, ne t’en fais pas” ou “Welcome”, qui est actuellement sur les écrans.

Philippe Lioret est passionné par les interprètes, en particulier les pianistes. Richter et Michelangeli ont sa préférence. Lire l’article en entier

Tags :
2 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Le ténor au grand coeur

Le 10 avril 2009 à 10:23 par Olivier Bellamy

Rolando Villazon et Olivier BellamyRolando Villazon provoque en ce moment deux sentiments contradictoires. Il est à la fois adoré du public et très durement attaqué par une partie de la critique. On lui reproche notamment de chanter Haendel. “Ce n’est pas pour lui” estiment les spécialistes. Comme Placido Domingo ou Cecilia Bartoli ou Philippe Jaroussky, Lire l’article en entier

Tags :
28 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Un Cali de qualité

Le 08 avril 2009 à 10:36 par Olivier Bellamy

Cali et Olivier Bellamy
Les dernières prestations de Cali à la télévision nous ont souvent offert une caricature de lui-même. C’est un être sensible, un écorché vif, qui a des convictions sociales très fortes et qui ne se protège pas. Je tenais vraiment à ce qu’il parle de musique, de ses émotions et qu’il ne se lance pas dans une diatribe échevelée à la gloire de Ségolène Royal, qui aurait ravi ceux qui pensent comme lui et horripilé les autres. J’ai vraiment apprécié cette rencontre et j’espère que les auditeurs de Radio Classique ont découvert quelqu’un d’authentique. Lire l’article en entier

7 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Olivier Bellamy et Misia
J’avais rencontré Misia il y a plus de dix ans, à Lisbonne, pour le magazine VSD. Elle m’avait paru passionnante et entièrement investie dans son art. Quel bonheur de la retrouver au moment de la sortie de son nouvel album, avec sa franchise, son humour et sa belle voix ! Son programme lui ressemble. Il est composé de morceaux très mélodieux, d’oeuvres variées, qui nous font voyager dans son univers. 
Lire l’article en entier

3 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Pour le Meyer et pour le dire

Le 08 avril 2009 à 10:19 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy et Dominique Meyer
1. Dominique Meyer est le directeur du théâtre des Champs-Elysées depuis onze ans. Il n’aime pas parler de “règne” car il se considère au service de la musique et du public. Modeste et travailleur comme un Alsacien (il est né au sud de Strasbourg), sérieux et ponctuel comme un Suisse (il a dirigé longtemps l’Opéra de Lausanne), le voilà appelé à la direction du très prestigieux Opéra de Vienne après avoir raté d’un cheveu l’Opéra de Paris. Qui ne peut pas le moins peut le plus, visiblement. On lui souhaite beaucoup de succès. Lire l’article en entier

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

YAB, yabon !

Le 03 avril 2009 à 09:11 par Olivier Bellamy

J’ai eu envie d’écrire : “Yann Arthus Bertrand est un artiste militant, mais ce n’est pas grave car la photographie est un art mineur”. Allez, c’est une blague !

Il s’est défini lui-même : “Je ne sais pas si je suis un artiste, mais je crois être un bon photographe”. Cette simplicité a quelque chose de sain. Brahms disait : “Je suis un artisan”. Sempé, à notre micro a dit : “Je suis un tâcheron”. Pour clôturer la journée du développement durable sur Radio Classique, Yann Arthus Bertrand a trouvé des mots vrais. On sait ce qu’il convient de faire : consommer moins. C’est-à-dire consommer mieux. Rappelons que la musique classique est par définition “durable” et qu’un piano, voire un orchestre, voire nos chanteurs d’opéra consomment très peu d’énergie et dégagent fort peu de CO2. Excepté ceux qui ont abusé de certains féculents. Lire l’article en entier

4 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Jacques Chancel radioscopé

Le 02 avril 2009 à 14:15 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy et Jacques Chancel
Personne n’a oublié les Radioscopies de Jacques Chancel et son merveilleux générique signé Georges Delerue. Les auditeurs de Radio Classique conservent un souvenir ému des Grand Echiquier. A la télévision, on n’a jamais fait mieux. De même que Bernard Pivot n’a jamais été remplacé. La télévision a changé, soit, mais pourquoi la relève n’a-t-elle jamais été vraiment assuré dans le genre du divertissement culturel de qualité ? Mystère.  Lire l’article en entier

3 commentaires Lien permanent | Rétrolien

ombre