Accueil  >  Le prix de la baguette
Flux RSS

Le prix de la baguette

Le 17 avril 2009 à 11:46 par Olivier Bellamy

Lionel Stoléru et Olivier Bellamy
Lionel Stoléru est un personnage étrange. Pas très sympathique au premier abord, mais attachant et même émouvant dès qu’il parle des musiques qu’il aime et qu’il est en confiance. Economiste, homme politique, trois fois secrétaire d’Etat, il est aussi chef d’orchestre. Il dirige l’Orchestre romantique et européen, qu’il a créé il y a treize ans, six fois par an à Gaveau. Mais il souffre d’un manque de reconnaissance. Cela lui pourrit la vie. On s’incline devant lui, mais c’est la personnalité politique, le haut fonctionnaire, que l’on salue, pas le musicien. Pour son programme, il n’avait choisi que des oeuvres dirigées par lui. Je l’ai rappelé pour lui signifier avec diplomatie que si Emmanuel Krivine n’avait eu “droit” qu’au passage de deux de ses disques, ce ne serait pas tout à fait normal qu’il en passât sept sous sa férule. Il avait à la fois le ton agacé de l’ancien ministre repérant un manque d’égards chez son interlocuteur et la voix blessée de l’artiste habitué à subir des affronts. Lionel Stoléru est à la fois trop intelligent pour ne pas connaître sa place dans le monde musical et trop sensible pour ne pas en souffrir. Mais il se rebelle, à sa manière d’homme fin et bien élevé. D’où les nombreuses toux, qui ont émaillé l’émission et qui sont autant de révoltes intérieures. En fait, il aimerait adopter le ton humble de l’artiste parvenu au sommet si seulement on le voulait bien le considérer comme tel.

Dans la conversation, à micro fermé, il m’a lâché : “Je dirige aussi bien la Symphonie en ré mineur de Franck que Carlo Maria Giulini.” J’en suis resté sans voix. Question charisme, ce n’est pas tout à fait la même chose. Or, c’est bien cela, au fond, qui distingue les ouvriers valeureux des maîtres accomplis, là où réside la clé de cet art mystérieux, qui ne s’apprend pas et qui est indicible.

Voici son programme :

Franck : Symphonie en ré mineur – 3e mvt (Giulini)

Madeleines

Prélude n° 15 de Chopin (Katsaris)

Rêve d’amour de Liszt (Cziffra)

Programme

Sy fantastique de Berlioz – 2e mvt (Stoléru)

Symphonie n° 4 « Tragique » 4e mvt – Giulini

Weber : Concerto pour clarinette (final) Florent Héau/Stoléru

5e Symphonie de Tchaïkovski (2e mvt) Abbado

Francine Aubin : Symphonie L’Espoir (2e morceau)

Polonaise d’Onéguine (Stoléru)

Tags :
Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 BEDOS, le 19 avril 2009 à 11:47 :

Bonjour Olivier bellamy
Mon avis aucune sympathie pour ce monsieur.
par contre pourriez-vous me dire si André Rieux a déjà été votre invité.
je vous en remercie.
votre émission est super!!
Je n’ecoute que Radio Classique
Patrick.


Donnez votre avis !






ombre