Accueil  >  Le mieux disant beethovénien
Flux RSS

Le mieux disant beethovénien

Le 28 février 2009 à 02:57 par Olivier Bellamy

J’avoue ne pas bien comprendre ce débat lancé sur ce blog ! Que veut dire “bien” prononcer le nom de Beethoven ? Est-ce la prononciation à Bonn en Allemagne, ville de naissance du compositeur, vers 1770, dont on parle ? De celle à Vienne, au début du XIXe siècle, où il a vécu ? Et de quelle Vienne parle-t-on ? De quel faubourg ? Etait-ce la même chez Lobkowitz, son protecteur, ou dans la bouche d’un cocher qui sifflotait sa musique ? Parle-t-on de la prononciation au Conservatoire de Paris où pas un professeur ne le dit de la même façon ? Et heureusement puisque pas un ne le joue de la même façon ! S’agit-il de la prononciation en vogue dans les quartiers chics de la capitale où l’on tente de repérer celui qui tenterait de s’infiltrer dans “nôtre” monde.

 A la  ”bien” prononciation, ne vaut-il pas mieux celle du coeur, puisque, selon Beethoven lui-même, sa musique va directement du sien à celui de ses auditeurs. 

Et comment doit-on prononcer Molière ? Apparemment comme au Québec aujourd’hui puisque c’est ce qui se rapproche, parait-il, le plus de la langue du XVIIe.  Tout cela me paraît bien ridicule. Certains disent Bernstein, d’autre Bernschtein, d’autre Bernstine. Qu’importe du moment que l’on comprend de qui il s’agit ! Et comment prononcez-vous Maastricht ? Comme Mitterrand, comme Chevènement ou comme Villiers ? J’ai reçu un jour une lettre d’un auditeur indigné parce que Carole Bouquet prononçait mal, soi-disant, le nom de Furtwängler. Ne vaut-il pas mieux connaître son art et ses disques que de jouer les terroristes du verbe ? Et, curieusement, ceux qui connaissent le mieux ce grand chef d’orchestre ne reprochent jamais rien à quiconque. Ils sont trop heureux de partager leur passion. Si l’on veut que plus personne n’ose parler de musique continuons à nous ériger en juges horripilés par le moindre écart à notre “bien” entendre, qui n’est pas forcément le bon ! Et comment doit-on prononcer Beethoven à Marseille ? Et à Bordeaux ? Et à Dunkerque ? 

Un peu de tolérance, d’indulgence et de fraternité ! C’est bien là le message de Beethoven, non ?  

 NB Ce petit coup de gueule ne s’adresse pas évidemment pas à celles et ceux qui prennent le temps de nous indiquer erreurs, fautes de français,  imprécisions. C’est un service rendu aux animateurs et une info pour tout le monde.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 11 commentaires pour cet article :

1 Françoise (40), le 28 février 2009 à 12:32 :

Cher Olivier,
Comme je suis heureuse de vous lire ! Je trouvais, moi aussi, un peu ridicule de s’attarder sur ces différences de prononciation. Et puisque vous parlez de F. Mitterrand … Combien de fois ai-je entendu “Mitrand” ? Je ne pensais pas cela correct, mais comme je m’en fichais royalement …

Je pars quelques jours dans les Pyrénées. Je doute de pouvoir vous entendre car déjà - à Sanguinet - c’est la limite. 5 km plus bas, plus rien. Ouf … Nous aurions dû choisir un autre lieu de retraite …!
Très amicalement à tous. A bientôt.
Françoise à Sanguinet

2 D., le 28 février 2009 à 20:05 :

Ne soyons pas dupes :
La lutte des classes existe : je l’ai vue ;o))
Elle se cache aussi dans les mots, les prénoms…et la prononciation !
Quand un critique (je crois bien que c’était Bernard Gavoty) prononce Béthhôôooon’ avec 3 accents circonflexes sur le premier ô, et un ‘n’ final mourant, ça veut dire autre chose que quand René-Marcel, mon voisin routier, prononce Bétovène ou Justine, ma copine ; Bitovan.
Un autre example avec les gens qui prononcent le ‘t’ de coût ? Ne cherchez pas trop : on ne joue pas dans la même cour et il faut que ça se sente
A Neuilly, on ne dit pas comme à Bagnolet et ce n’est pas par hasard ; demandez donc aux “Pinçon-Charlot”…
Tout ceci n’enlève rien au contenu mais peut agacer.

3 Françoise (40), le 01 mars 2009 à 01:25 :

“Exemple”

4 D., le 01 mars 2009 à 10:59 :

Merci Françoise.
J’ai tendance à mélanger les orthographes quand je viens de beaucoup écrire en anglais…

5 Livadiotti Roberto, le 01 mars 2009 à 12:02 :

Oui, vous avez raison Olivier de dire qu’il y a partout des variétés de prononciation, pour ne pas dire des erreurs et il n’y a pas de quoi en faire un monde! Je me souviens de quelqu’un qui, pour dire “Puccini”, prononçait Pussini, alors que la vraie prononciation est Poutchini. Salutations

6 Françoise (40), le 01 mars 2009 à 12:29 :

De rien, Daniel. Ce “a” à la place d’un “e” m’étonnait beaucoup de votre part. Il vrai que pour certains mots, nous aussi, parfois hésitons.
Bon dimanche
Cordialement.
Françoise à Sanguinet

7 Nelly Bailly-Maître, le 02 mars 2009 à 22:10 :

Oh! j’ai été pas mal absente! surtout manque de temps pour tout entendre et répondre! Merci Olivier d’avoir remis un peu les choses en place! Votre blog est là pour que nous échangions courtoisement, et pour le connaissance et le plaisir. Chaque région prononce avec un accent et une différence selon ses origines, sa culture, chaque personnalité aussi! A bientôt. Bonsoir à vous Françoise -reposez-vous- Sandrine-Roberto et vous tous. Nelly. Bx.33

8 tores.albert, le 03 mars 2009 à 12:12 :

L’incompétence d’une personne est prouvée par la critiques sur les autres, jamais par l’aide apportée.
Si vous désirez être supérieur abaissez l’autre
Taurus poéte et philosophe

9 Renate, le 05 mars 2009 à 12:13 :

Bonjour à Toutes à et à Tous ! Suis rentrée de vacances il y a quelques jours et n’ai pas eu le temps d’aller sur le blog. Chose faite ce matin. Je vois que j’ai loupé des choses ! Ne faut-il pas relativiser ? Ce n’est quand même pas trop grave, la prononciation. Cela joue sur la forme et cela me semble moins important que le fond. Olivier a mille fois raison.
Amicalement.

10 CHANTAL CHAVOT, le 05 mars 2009 à 22:23 :

Et que dire d’un snob entendu au hasard d’une émission sur une radio concurrente de la vôtre qui parlait en toute simplicité de “ludwig van” !
Merci Monsieur BELLAMY pour vos très belles émissions. Il m’arrive d’être bouleversée par certains silences remplis d’émotion, que vous respectez si bien !

11 maxime, le 07 janvier 2012 à 21:14 :

Que diable, un peu d’exactitude ! Commençons par cet article : à tout prendre, je préfère la bonne prononciation à la “bien” prononciation comme vous l’écrivez. Ensuite, je tiens à dire que Beethoven se prononce bé-thô-ven. Et si, c’est important. Hé quoi ? la bonne prononciation n’est-elle plus utile ? dans ce cas oliv’ bélmi, je vous salue.


Donnez votre avis !






ombre