Accueil  >  Mets le son plus fort
Flux RSS

Mets le son plus fort

Le 26 février 2009 à 12:21 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy et Nelson Monfort

J’attendais le rendez-vous avec Nelson Monfort avec impatience, comme une rencontre sportive, un match amical. Dans son émission “Les mélodies de Nelson”, il ne raconte pas sa vie, mais les auditeurs ont l’impression de bien le connaître, apprécient sa sincérité, son sens de l’auditeur et sa passion réelle de la musique. Il a aussi ses détracteurs. Ceux qui sont irrités de le voir quitter son pré carré tennis-natation-athlétisme-patinage pour parler de musique. En France, la tyrannie des étiquettes est terrible !

Personnellement, rien ne m’est plus agréable que de montrer l’Invité sous son meilleur jour et jeter ainsi le trouble chez ceux qui ne l’aimaient pas. A condition évidemment que l’interlocuteur joue le jeu de la sincérité et ne se serve pas de l’émission comme d’une tribune promotionnelle ou idéologique (vous m’avez compris). Avec Nelson Montfort, c’était un vrai bonheur. D’abord, il ne prend pas toute la place et reste attentif à la primauté du dialogue, de l’écoute de l’autre. J’ai connu certains invités journalistes (pas de noms) phagocytant le micro et soliloquant sans vergogne. Nelson a été magnifique aussi lorsqu’il a évoqué la nécessité pour les artistes classiques d’être plus détendus et moins sinistres dans leur présentation. Il a raison !!!

Des tas de mails sont arrivés pendant l’émission. “Merci à tous les deux” disaient-ils. Merci à vous ! 

Petit à petit, les invités, les auditeurs, et l’animateur, nous avons réussi à mettre un tout petit peu plus d’humanité et de beauté dans ce monde (sans prétention et grâce à la musique !). Nous avons créé un fil invisible, mais solide, entre nous. Cela a été très net avec Jacques Attali car il connaissait et appréciait l’émission, donc il a été dans le ton tout de suite et il a donné le maximum. Ce fut souvent le cas. Evidemment avec Nelson Monfort, qui était heureux d’être là et qui a donné son maximum. Car les bons invités ne sont pas forcément les plus connus (souvenons-nous de Malika) ou les plus à la mode. Ce sont les plus généreux. Michel Legrand en était un exemple extraordinaire. 

Juste avant l’émission, le footballer José Touré est venu, en voisin, me dire bonjour sur la pointe des pieds. Il apportait une boîte de macarons (Lenôtre !!!) pour Lucile, qui avait tenu la technique pendant son émission.  Il était heureux de me confier avoir été surpris du très grand nombre d’appels reçus après son émission. Tel judoka, tel sportif qu’il n’imaginait pas écoutant de la musique classique. Quel succès pour notre antenne ! Quelle joie d’être entendu par une si grande diversité de personnes (je ne dis pas “gens” pour ne pas énerver Françoise) !

Voici le programme de Nelson Montfort :

Mozart : Zaïde « Ruhe sanft »
· Haendel : le largo de Xerxes par A.S. von Otter
· Barber : Adagio
· Rombi « Joyeux Noël » - Requiem ( ?)
· Cosma : Les aventures de David Balfour (générique feuilleton TV)
· Schubert : Im Frühling D. 882 / Bernarda Fink
Madeleines :
Mozart : le mvt lent du Cto pour clarinette K. 622
Francis Lai : Love Story – version CHANTEE
Ch. Trénet : L’âme des poètes

La super madeleine :

Le mvt lent du Cto « l’Empereur » de Beethoven, par Hélène Grimaud 

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 17 commentaires pour cet article :

1 Françoise (40), le 26 février 2009 à 14:12 :

A la fin de l’émission, mon mari m’a dit « tu pourras envoyer un message pour dire qu’Il s’est surpassé ». C’est chose faite. Même s’il n’écoute pas chaque soir d’une manière aussi attentive que moi (la Bourse est fermée, mais il est encore devant l’ordinateur pour la lecture des revenues économiques…), il est « là ». J’ai aussi beaucoup ri quand, Olivier, vous avez rapporté le message d’une auditrice qui ne connaissait Nelson qu’à travers Radio Classique. Mon mari (le même …) venait juste de me demander « qui est-ce N. Montfort ? ». Bien que très sportif (mais JAMAIS devant la TV), il ne le connaissait pas.
Bon, revenons à l’émission qui fut un pur délice. Ses choix musicaux étaient « divins ». Quant à ses commentaires, un grand merci pour s’être mis « à notre portée ». Nous avions, une fois de plus - mais peut-être encore davantage -, l’impression d’être vos invités et « faire salon » avec vous en buvant les paroles de Nelson… et les vôtres.
MERCI.
Très amicalement.
Françoise à Sanguinet

2 corinne, le 26 février 2009 à 16:51 :

C’est vrai que moi il m’a toujours pas mal agacé dans sa façon de parler et de présenter ses morceaux, comme s’il était au JO du patinage et annonçait l’arrivée de Candeloro…mais j’ai été très agréablement surprise par son interview, ses choix, sa sensibilité et sa finesse… Si seulement il pouvait adoucir sa manière de présenter ses extraits musicaux le weekend et se souvenir que nous ne sommes pas à Roland Garros ou sur la glace à décrire des coups droits et double saltos… ce serait magique! Mais surtout ne le fachez pas en lui disant…après tout, qd il parle, je mets un disque et cela n’engage que moi…
Mais vous Olivier…franchement, je fonds!
quelle voix , quel bonheur d’écouter vos interviews sensibles et sensées… (une interview , un interview???) Merci en tout cas pour vos émissioins remarquables !

3 nicole pibeaut, le 26 février 2009 à 17:54 :

Bonjour, j’adore la variété des invités faussement classiques d’Olivier et je me dépèche de rentrer à la maison pour les écouter,bienque “no sport” j’ai beaucoup aprécié Nelson Monfort et aussi Philippe Jarowski,bonjour à François Lafont.Nicole

4 francoise pichon, le 26 février 2009 à 18:23 :

Comment vivre sans musique classique ? depuis toute petite je m’en nourris. j’apprécie énormément votre émission qui me ravit chaque soir.. chaque invité quels que soient ses choix est intéressant et nous transporte, mais ce qui me plait surtout c’est sa façon d’expliquer son amour de la musique et comment il est venu à ne plus s’en passer. Nelson Monfort, un de vos derniers invités, nous a gâtés comme il le fait chaque week end . Continuez à nous faire rêver !!

5 Françoise (40), le 26 février 2009 à 18:49 :

“revues” économiques bien sûr !

6 Livadiotti Roberto, le 26 février 2009 à 20:04 :

Oui, il est sympathique Nelson Montfort dans sa façon de présenter ses programmes et il l’était aussi dans votre émission avec des choix plutot intéressants, mais je n’aime pas beaucoup cet air de “Zaide” de Mozart qu’on entend trop souvent et que je trouve un peu mièvre et je dirai la meme chose pr l’adagio de Barber.

7 Christophe, le 26 février 2009 à 21:09 :

Monsieur, Merci pour votre émission avec Nelson Montfort. D’habitude, il m’agace un peu avec sa façon un peu snob de parler, à RC comme à la télévision. Mais ce soir-là, j’ai été très agréablement surpris et sensibilisé par sa grande culture, sa gentillesse, ou plutôt sa générosité, son écoute des autres, et très ému par ses paroles pour Beethoven, Mozart et Schubert. Et sa sélection de “madeleines” était excellente et très agréable à écouter. Merci à vous deux. Cordialement.

8 Françoise (40), le 27 février 2009 à 00:19 :

Bonsoir Corinne,
Autant je n’aimais pas trop l’entendre commenter le patinage artistique (je trouvais même qu’assez souvent “cela volait plutôt bas”), autant j’apprécie sa façon de présenter les extraits musicaux le samedi et le dimanche. Sa culture musicale m’a éblouie et j’aime bien le ton employé.
Vous dites : “après tout, qd il parle, je mets un disque et cela n’engage que moi”. Je vous pose la question : comment réussissez-vous ce tour ce force ?
C’est une amicale boutage bien sûr. Ne m’en veuillez pas, j’avais juste envie de sourire.
Bonne soirée.
Cordialement.

Cher Roberto
J’ai un aveu à vous faire. J’adore “Zaïde” … et j’étais certaine que N. Monfort le choisirait. Je l’avais entendu un jour dire qu’en ce qui concerne le classement des 50 opéras, il lui aurait donné une meilleure place.
Resterai-je quand même votre amie ?
Très amicalement.
Françoise à Sanguinet.

9 Marianne, le 27 février 2009 à 02:52 :

Bonsoir,

Cela fait un bon moment que Nelson Montfort m’agace, car je ne vois vraiment pas ce qui le qualifie pour présenter de la musique classique. Qu’il reste sur les patinoires!

Quand il annonce les titres des oeuvres, il emploie un pathos comme s’il lancait un scoop toutes les trois minutes. Des paroles vides et en plus des paroles terriblement mal prononcées!

Après nous avoir présenté il y a quelques mois des extraits de la “Saoubafloutte” (il voulait parler de la “Zauberflöte”), il s’est surpassé mardi avec ses connaissances au sujet du quatuor “Empereur” de Haydn:

La “Kaiserhymne” à la gloire de François II qui reprend la mélodie, commence ainsi: “Gott erhalte Franz den (bien “den” et non “der” Kaiser….” (En allemand l’article se décline.) Si on est déjà si savant, on devrait aussi mentionner que la même mélodie a été reprise dans l’hymne allemand (Einigkeit und Recht und Freiheit) que l’on chante encore aujourd’hui.

Ensuite il nous vante le “lac de Bregenz” qui n’existe tout simplement pas! Il voulait parler du “lac de Constance”, comme disent les Français pour le “Bodensee”.

Bregenz se situe donc au bord du lac de Constance. Par contre, la commune de Schwarzenberg, où ont lieu les “Schubertiaden”, ne se trouve pas du tout au bord du lac, mais bien plus à l’est, dans le “Bregenzerwald” (forêt de Bregenz).

Quand on présente de la musique classique on devrait au moins maîtriser la prononciation des noms des artistes et des oeuvres (et comprendre leur signification) dans les principales langues de ce domaine - anglais, allemand, italien, espagnol, russes, tchèque, hongrois.

Parler à tort et à travers de “Bettoooove”, de “Malheur” et de “Bac”, c’est un manque de respect - des auditeurs et des artistes.

On n’a pas besoin de “vedettes” comme Montfort et Claire Chazal. Qu’ils restent à leurs postes bien payés à la télévision. Il existe suffisamment de jeunes journalistes et musicologues qui seraient bien mieux à leurs places!

Ceci dit, Radio Classique m’est indispensable, même si la pub devient vraiment trop envahissante !!!!

10 lione COURTOIS, le 27 février 2009 à 10:55 :

Monsieur,
Un grand merci pour la qualité de votre émission que j’écoute dans ma voiture et qui me fait patienter calmement dans les embouteillages parisiens. Je vous félicite pour votre capacité à faire parler vos invités ce qui n’est pas toujours facile et qui nous permet de découvrir la véritable nature de ces personnes (s’ils sont sincères bien sûr !). A ce propos, j’ai écouté M. Nelson Monfort, égal à lui-même, et dont la formule « Nelson moins fort » lui va à merveille. Ce n’est pas l’homme que je n’aime pas car il est humble et sincère mais le ton qui est fatiguant. Au delà de ce point de vue qui n’engage que moi, il a fait une remarque intéressante que vous avez relayée, sur le fait que les musiciens et les chefs d’orchestre sont beaucoup trop sérieux ce qui avait pour effet de rebuter les jeunes et limiter les accès au concert. Ceci est souvent vrai mais il existe aussi quelques exceptions qu’il est important de souligner. Un exemple récent, lors d’un concert que nous avions organisé vendredi dernier Salle Gaveau avec Claudio Scimone et « I Solisti Venti », nous avons pu, lors de l’interprétation sérieuse d’un programme classique, véritablement nous amuser en regardant le chef et ses musiciens « jouer » parfois ensemble, parfois avec les solistes à ne pas se prendre au sérieux. Il faut pour cela remercier le maestro Claudio Scimone qui sait véritablement se mettre en retrait tout en valorisant les membres de son orchestre, c’était une vraie leçon d’humilité. Bravo à lui, bravo à vos invités et bravo à vous, explorateur de talent et révélateur d’humanité.
Bien cordialement.

11 Livadiotti Roberto, le 27 février 2009 à 11:34 :

Certainement Françoise, vous resterez toujours mon amie, d’ailleurs je ne déteste pas “Zaide”, mais je préfère les airs de “Don Giovanni” ou “Les Noces de Figaro”. Cordialement
Roberto

12 Françoise (40), le 27 février 2009 à 14:32 :

A Marianne
En ce qui me concerne, je m’attache d’abord à notre langue et je constate que trop de Français l’écorchent bien trop souvent. Claire Chazal, notamment et puisque vous parlez d’elle, prononce « i z m e » au lieu de « isme ». Philippe Labro (écrivain !) - et tant d’autres - reçu par elle récemment : « au jour d’a u j o u r d’ h u i » . Régulièrement, des journalistes ou autres interviewés n’emploient « auquel » - « lequel » qu’au masculin singulier !
Une vieille relation anglaise s’obstinait à prononcer mon prénom « F r a n t s i z ».
La prononciation de Beethoven et Bach vous choque ? J’ai entendu un jour sur R.C. des explications. Toutefois, quand, pas plus tard qu’hier, un auditeur chez G. Pangon, n’arrêtait pas de prononcer « Bar », cela me gênait.
Pour ce qui est des erreurs de Nelson Monfort, qui connaît suffisamment l’Allemand pour avoir remarqué ce qui vous a indignée ? (au secours RENATE !). Quant au jugement que vous portez sur la personne de Nelson Monfort, c’est votre droit … et n’engage que vous.
Très cordialement.
Françoise à Sanguinet.

Cher Roberto, j’en étais sûre … Bonne journée. Amitiés.

13 Livadiotti Roberto, le 27 février 2009 à 17:59 :

Marianne, vous etes un peu dure pour Nelson Montfort, mais je partage votre avis pour la prononciation du nom de Beethoven. Il y a un certain nombre de personnes en France qui s’obstinent à prononcer “Betove” et ça m’irrite, comme Olivier Bellamy, Eve Ruggieri et beaucoup d’autres, meme parmi les invités. Par contre Laure Mezan et d’autres animatrices le prononcent correctement. Chère Françoise, amitiés.

14 D., le 27 février 2009 à 20:16 :

Bétôv’n…bien sûr…
Marianne… Smack ! J’adhère totalement à vos paroles.
Il y a beaucoup trop de béni-oui-oui et de ventres mous qui se laissent abuser par des brillants médiocres.
Il n’est pas nécessaire d’être bête pour faire de l’initiation…
Il y a même des gens qui font ça très bien et très intelligemment autant sur certaines radio que sur certaines TV.

15 Djeff en Provence, le 27 février 2009 à 22:03 :

Dieu que les gens sont difficiles !!
D’abord,Olivier, je reprends Corinne au début de ce Blog:” vous,Olivier…franchement, je fonds!
quelle voix , quel bonheur d’écouter vos interviews sensibles et sensées, conviviales,etc….”: à la maison, dans les embouteillages,à table, Olivier est UNIVERSELLEMENT apprécié ! Quant à Nelson Montfort,il a certes “son”style,mais ce qu’il fait est toujours sympathique,et quand il a dit pendant l’émission ” mais C’EST MA VIE,la musique”, j’ai envoyé un message instantané pour dire ” IL A RAISON ! c’est AUSSI la mienne…”.
Quant à sa manière,eh bien elle est ce qu’elle est ! Mais croyez vous que des gens comme Feu Antoine Golea étaient si bienveillants et tolérants que ça, quand il présentaient la défunte “Tribune des Critiques de Disques”. J’en aurais un PLEIN LIVRE, d’exemples à citer,qui confinaient à la MECHANCETE vraie,parfois.
Et pour finir,si on trouve Nelson Montfort maniéré, qu’on écoute du rap ou du hard rock à la place,ça sera certainement mieux, sans aucun doute !

16 Turangalîlâ, le 04 mars 2009 à 11:12 :

Bonjour,
je dois dire que je suis assez d’accord avec Marianne sur un point, j’aurai préféré moi aussi savoir qu’un jeune musicien ou un jeune musicologue soit à la place de Nelson Monfort ou de Claire Chazal. Ceci-dit j’apprécie beaucoup le personnage (Nelson), sa sincérité, son enthousiasme, et ses remarques, notamment son invitation à plus de simplicité et de joie de vivre aux artistes établis. J’ai été musicienne professionnelle un temps en tant qu’instrumentiste en orchestre et puis le rêve n’a pas pu se prolonger. Je peux vous dire que s’il en avait été autrement, si j’avais pu garder ma place et continuer de vivre de musique, j’aurais su sourire à la vie et à mon public. Aussi, je ne compte plus les regards quasi haineux de certains artistes que ce soit sur leur pochette-cd face à face avec leur public. Je crois qu’il y a un niveau de talent encore supérieur à eux, supérieur à toute virtuosité et musicalité, celui de pouvoir encore sourire aux autres. Et il y en a, (parmi les plus radieux Rostropovitch et Perlman), et ce devrait être un devoir. Pour revenir à Nelson, je préfère une personne douée de générosité qu’un technicien du lexique musical. Et si Nelson est généreux, peut-être laissera-t-il - et Radio Classique laissera-t-elle - sa place à plus légitime que lui. Quand à Claire Chazal, je préfère me taire. Un jour peut-être trouverais-je la force de m’exprimer à son sujet, quand le sentiment d’injustice aura fini de me dissoudre en haine du monde. C’est dit.

17 COIGNION, le 05 mars 2009 à 19:36 :

Ce matin je suis encore sous le charme de votre émission d’hier soir. On peut avoir 54 ans et être ému.
De retour de déplacement en Normandie, je rentrais sur la Seine et Marne en vous écoutant.
Je vous écoute régulièrement car c’est généralement l’heure à laquelle je suis en voiture. Mais hier, dès les premières notes de l’Empereur, j’ai su que j’allais passer un moment exceptionnel.
Nelson a raison de dire que la musique est amour, car il n’y a que l’amour qui peut composer de telles pages. La musique c’est de l’amour ponctué de noir et de blanc sur cinq lignes avec une clé en tête pour y pénétrer. Mais on n’y rentre pas seul, il faut un guide. Et Nelson, avec votre sincérité, vous êtes ce guide. Dans vos paroles que j’ai bu pendant une heure trente j’ai retouvé celle de mon père qui m’a fait aimer la musique classique. Lui qui, dans les années 60, m’avait abonné à la série de la Guilde Internationale du Disque sur la vie des musiciens. En vous écoutant, je réentendais Catherine Langeais qui me racontait Chopin, Michel Droit qui me parlait de Brahms,…Une passion que l’on cherche à faire partager en trouvant les mots justes.
De vous je ne connaissais que le coté sportif, bien que ma fille m’avait dit qu’elle vous écoutait le samedi et le dimanche sur Radio Classique. Peu sportif je ne regarde que le patinage. Et déjà là, vos commentaires transforment un programme libre en une danseuse de Degas qui s’animerait sur une musique divine. Merci encore de m’avoir sorti de la voiture pour me déposer sur un petit nuage pendant ces 90 minutes. Merci à Olivier pour le choix de ses invités, mais hier soir, c’est l’émission qui m’a le plus touché.
J’en profite pour faire un coucou à Mitsou Carré que j’écoute quand je pars le matin, et à Gérard Pagon qui m’accompagne quand je rentre plus tôt.
Bonne journée à tous et surtout contunuez.
Cordialement
René-Marc


Donnez votre avis !






ombre