Accueil

Jean-Louis Beffa et Olivier Bellamy sur Radio Classique
Président de Saint-Gobain, Jean-Louis Beffa a l’oreille musicale, mais c’est sa soeur qui s’est mise au piano lorsqu’ils étaient jeunes. Lire l’article en entier

Tags : , , ,
1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

Olivier Bellamy et Renaud Capuçon

Renaud Capuçon est passé dans la matinale de Guillaume Durand. Interview vive et alerte. Ensuite, il a joué à l’animateur de 10 h à 11 h. Commentaires concis et intéressants. Je voulais qu’il se livre davantage dans Passion Classique. Ce qu’il a fait. Nous avions le temps, c’était la fin de sa Journée sur Radio Classique, nous étions en direct. Et nous étions tous deux enrhumés. Cela ne s’est pas entendu, mais cela a joué je pense dans le sens positif. Renaud a été ouvert, généreux et sans cette légère pointe d’agacement pressé qu’il avait manifestée lors de son premier passage l’année dernière dans l’émission. Lire l’article en entier

Tags :
12 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

La passion Pivot

Le 07 septembre 2009 à 10:02 par Olivier Bellamy

 Olivier Bellamy et Bernard Pivot

1. Si un homme est bien assoiffé de culture, gourmand de livres et épris des bonnes choses de la vie, c’est assurément Bernard Pivot. Cela fait longtemps que j’essaie de le faire venir à l’émission, mais il s’est toujours dérobé à mes invitations. Prétextant je ne sais quelle manque de connaissances dans le domaine de la musique classique. J’ai eu beau lui démontrer qu’il ne s’agissait pas d’un test de connaissances, encore moins d’un cours ex cathedra, rien n’y a fait. L’ami Pivot est un perfectionniste doublé d’un honnête homme. Bref, un poisson pas facile à attraper. Lire l’article en entier

Tags : ,
6 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Renaud Capuçon en coup de vent

Le 05 septembre 2008 à 11:36 par Olivier Bellamy

J’ai été heureux de recevoir Renaud Capuçon pour la toute première de “L’invité classique”. C’est un violoniste français qui fait une carrière exceptionnelle. Son discours est parfois un peu trop contrôlé, mais il est vif et nourri de réflexion.

Il est arrivé en coup de vent, téléphone portable sur l’oreille, sortant d’une interview avec Alain Duault et s’apprêtant à partir pour une autre. Comme un acteur qui sait pleurer dès qu’on dit “moteur”, il a été parfait dès que le générique a commencé. Lire l’article en entier

Tags : , ,
4 commentaires Lien permanent | Rétrolien

ombre