Accueil  >  Lettre à Eric-Emmanuel Schmitt
Flux RSS

Lettre à Eric-Emmanuel Schmitt

Le 09 avril 2019 à 08:57 par Olivier Bellamy

schmitt-blog.jpg 

Cher Eric-Emmanuel Schmitt,

J’ai bien lu le livre que vous avez écrit sur votre vie avec moi et j’en suis très touché, poil au nez. Mais vous avez oublié certaines choses que je dois révéler au public, au risque de ne pas être cru, poil au cul. A mon tour d’écrire Ma vie avec Eric-Emmanuel Schmitt. J’espère que vous la lirez parce que lire et chier, ça fait deux. Même si certains le font en même temps. A chacun ses plaisirs et ses distractions.
Vous souvenez-nous que, lorsque vous avez traduit mes Noces de Figaro, nous nous étions amusés à sentir nos pets. En chantant « Dove sono », vous avez émis si je me souviens bien un pet sifflant à l’odeur forte et musquée. A croire que vous aviez mangé du chou fermenté aux œufs pourris. Je vous avais répondu, souvenez-vous bien, par un chapelet de pets sonores, très aigus, imitant les notes piquées de la Reine de la Nuit. Prout, prout prout prout prout prout prout prout prout…
Ensuite nous avons chié tous les deux, cul contre cul. Ma crotte était en sol majeur et la vôtre en ré mineur et je me suis dit : comme elles vont bien ensemble, comme elles sont accordées.
Et nous avons alors chanté : « Dans ma culotte, j’ai senti que ça crotte / Oh ma cocotte donne-moi ta biscote / Et voilà que ça flotte et que ça gibelotte / Trotte trotte sur ma motte, ô toi ma jolie crotte. »
Bien le bonjour chez vous. Poil au piou-piou.
W. A. Mozart

Programme :
Deux titres
« Ruhe Sanft » extrait de Zaïde, si possible par Lucia Popp
Symphonie n°25, en sol min, K.183.

Deux madeleines
Concerto pour flûte et harpe, 2ème mouvement.
« Dove sono », Le Nozze di Figaro (Te Kanawa)

Portrait : Ein Mädchen… (La Flûte enchantée)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 4 commentaires pour cet article :

1 HOLDRINET Claudette, le 10 avril 2019 à 16:51 :

Eh bien Olivier, c’est la grande forme! Je ne sais si la Reine de la Nuit aurait rit de ses “notes piquées”…Moi, je suis morte de rire, on ne peut s’empêcher de se faire des images! Et surtout avec Mozart.

2 HOLDRINET Claudette, le 10 avril 2019 à 16:54 :

“aurait ri”, c’est mieux… c’est de votre très grande faute!

3 Michel TAQUET, le 11 avril 2019 à 19:20 :

Alors, je ne trouve cela pas drôle du tout! Le stade du pipi caca est difficile à quitter.
Lamentable de publier cela.

4 J.Hernandez, le 19 avril 2019 à 14:23 :

On peut tout pardonner à Olivier au vu de ses précédentes lettres. Et puis pas si facile de sortir des sentiers battus…


Donnez votre avis !






ombre