Accueil  >  Lettre à Laurent Bayle
Flux RSS

Lettre à Laurent Bayle

Le 21 mars 2019 à 00:01 par Olivier Bellamy

laurent-bayle-blog.jpg

Cher Laurent Bayle,
Ça me fait tout bizarre de vous écrire, car nous nous connaissons bien, et si nous avons quelque chose à nous dire nous pouvons nous le dire en face. Mais une lettre est un aussi un moyen de communication à ne pas négliger, car il permet d’officialiser une parole et de dire quelque chose qu’on ne dirait pas autrement.
Alors permettez-moi de vous dire, cher Laurent Bayle, que vous m’épatez dans votre manière d’exercer le pouvoir. Votre pouvoir est grand, mais il est légitime car ce qui compte pour vous c’est d’agir pour le bien de l’institution dont vous avez la charge. Vous ne donnez ni l’impression de prendre une revanche ni de porter un poids. Vous exercez ce pouvoir naturellement, avec intelligence, sans faiblesse, comme si les choses allaient de soi. Vous avez le respect de vos équipes et de vos interlocuteurs.
J’ai l’impression que vous avez réglé le problème de l’ego. Il en faut pour avoir une vision, mais sans qu’il s’insinue entre votre mission et vous. Vous savez prendre des décisions, écouter vos interlocuteurs, sans cesser d’avancer. Et l’on peut parler à cœur ouvert avec vous sans crainte d’être jugé ou trahi.
Mais l’essentiel, c’est que grâce à vous, un rêve est devenu réalité. La Philharmonie de Paris est une réussite mondiale et un trésor pour chaque Français.
La vie musicale a de la chance de vous avoir. Vous êtes une sorte d’éclaireur et je pense que c’est cela que Pierre Boulez a senti en vous. Là où il est, il doit être fier de vous.

Programme :
Les classiques
1/ Mahler
Symphonie n°3 - Los Angeles Philharmonic dirigé par Esa-Pekka Salonen (Sony)

2/ Beethoven
Symphonie n° 3 - Gewandhauorchester Leipzig dirigé par Riccardo Chailly (Decca)

Les madeleines
1/ West Eastern Divan Orchestra dirigé par Daniel Berenboim > Un extrait à déterminer sur place (DG)

2/ Varèse
Arcana ou Amériques - New York Philharmonic dirigé par Pierre Boulez (Sony)

Portrait : Sonate n° 62 (1er mvt) au piano (Brendel)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 2 commentaires pour cet article :

1 michel Auclair, le 21 mars 2019 à 01:23 :

Je voudrais simplement vous faire remarquer, avec tout mon respect, que vous avez commis une petite erreur. La symphonie n°3 de Mahler n’est pas la plus longue du répertoire. Elle est battue au poteau par la 1ère dite Gothique (1919-1927) d’Havergal Brian (1876-1972) qui dure presque 2 heures.

2 Michel TAQUET, le 25 mars 2019 à 20:10 :

Faut croire que cette petite erreur vous a empêché de dormir pour écrire à 1h23…


Donnez votre avis !






ombre