Accueil  >  Lettre à Alex Vizorek
Flux RSS

Lettre à Alex Vizorek

Le 15 mars 2019 à 23:21 par Olivier Bellamy

alex-vizoreck.jpg

Cher Alex Vizorek,
Pardonnez la liberté que je prends de vous écrire, alors que je ne sais pas parler le belge. Déjà que les Français ont une réputation d’arrogance, et que votre susceptibilité est très chatouilleuse, à juste titre, je tremble à l’idée que vous pensiez, en votre for intérieur : « Il aurait quand même pu faire l’effort d’apprendre le belge. » Je reconnais, c’est très mal élevé. Je ne sais que fumer du belge, mais je n’ai pas appris la langue. C’était en option à l’école. Et j’ai préféré apprendre le suisse. Honte à moi.
Je ne sais dire que : « encore des frites, une fois », mais sans l’accent, je ne suis pas sûr que vous me compreniez. Je dirais même plus, que vous me compreniez. Je connais aussi une contrepèterie belge : « Il fait beau et chaud », mais la traduction n’est pas bonne.
Alors je sens que cette lettre va vite tourner court. Mais pour ne pas ajouter l’impolitesse à l’arrogance, je vais quand même vous écrire une lettre…
La lettre A.
A comme Alex, A comme Art, parce que je sais que vous en connaissez un rayon, et puis A parce que c’est une lettre qui ressemble à la tour Eiffel, et si on ne fait un peu d’ethno-centrisme, vous allez être déçu. Vous allez penser que nous sommes devenus gentils, les Français, modestes, et presque fréquentables. Et du coup, qu’est-ce que vous allez bien pouvoir dire sur nous.
Pour vous venger d’être né dans un pays où les enfants apprennent la couleur bleue en regardant un ciel gris, un pays où on leur dit qu’une pipe n’est pas une pipe, et que si les Français viennent s’installer chez vous à cause de la qualité de vie.
Et puis je vais arrêter d’essayer d’être drôle, parce que vous êtes en train de vous dire : pour supporter une vie de m…, nous n’avons que l’humour, et même ça ils essaient de nous le piquer. Alors promis, j’arrête.

Programme :
Classique :
Pierre et le Loup Prokofiev
Suites de Bach au violoncelle

Madeleines
Vincent Delerm L’heure du thé
Hervé Vilard Nous

Hoffnung : Surprise Haydn

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre