Accueil  >  Lettre à Franck Ferrand
Flux RSS

Lettre à Franck Ferrand

Le 12 mars 2019 à 11:46 par Olivier Bellamy

Cher Franck Ferrand,
Vous êtes né à Poitiers où un certain Charles Martel s’est distingué dans des hauts faits qui sont aujourd’hui controversés, si vous me passez l’expression. Est-ce cet événement qui a décidé de votre vocation de raconter les petites histoires de la grande Histoire, si j’ose dire ? Mystère et boule de gomme.
Mais peut-être est-ce un jour où, puni de n’avoir pas appris votre leçon et entendu votre instituteur vous dire : « Souviens-toi du vase de Soissons » que tout a commencé.
En entrant dans le terrain miné de l’Histoire, où les combats font rage entre historiens, vous vous êtes peut-être dit : « A cœur vaillant, rien d’impossible. » Ou paraphrasant Clemenceau : « L’histoire est une chose trop grave pour être confiée aux historiens. »
Quoi qu’il en soit, les Français se sont ralliés à votre panache blanc et vous avez longtemps fait la pluie et le beau temps, si vous me passez l’expression, sur une chaîne de radio concurrente.
Et puis un jour, ce fut la longue retraite de Russie. Avez-vous murmuré comme Louis XIII « C’est chose étrange que la légèreté des Français » ou comme François 1er : « Tout est perdu, fors l’honneur », vos biographes en discutent encore. Mais ce qui est sûr c’est que vous avez franchi notre Rubicon et lancé votre fameux « Qui m’aime me suive ». A ceux qui vous appellent ailleurs, vous répondez tel Mac Mahon : « J’y suis, j’y reste. »
Et bien à mon tour de vous dire : « Entre ici, Franck Ferrand et ton cortège de tragédies, de fuite à Varenne et de ferrets de la reine. » Et continuez à nous raconter toutes ces guerres de Troie avec talent. Talent d’Achille évidemment.

Programme :
- la sonate le Printemps de Beethoven 1er mvt
- Liebestod Wagner (J. Norman / Karajan)

Parmi les madeleines possibles : 
- l’adagio d’Albinoni (mon premier disque)
Madame de Barbara

Portrait : Menuet de Boccherini

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 vittoretti, le 14 mars 2019 à 17:30 :

Quel délice de vous avoir entendu tous les deux… merci …ce merveilleux moment où joute verbale, rire, élégance et beauté on fait de cette émission un moment en suspension… artistiquement votre


Donnez votre avis !






ombre