Accueil  >  Lettre à Hugo Clément
Flux RSS

Lettre à Hugo Clément

Le 06 mars 2019 à 00:38 par Olivier Bellamy

hugo-clement-blog.jpg

Cher Hugo Clément,
Certains se demandent si c’est parce que vos dents ne peuvent plus manger de viande qu’elles en réduites à rayer le parquet. Ce que la jalousie peut faire dire !
D’autres encore prétendent que depuis que vous avez remplacé le bifteack par le jus de pastèque, vous avez le melon. Ne répondez pas. Méprisez.
D’autres encore murmurent qu’avec toutes les couleuvres qu’on vous fait avaler, vous avez largement votre dose de protéines. Ce sont des langues de vipère.
Il faut dire qu’avec un prénom qui évoque un grand écrivain et un nom qui fait penser à un pape, c’est difficile d’être modeste.
Pourtant il se dit que vous êtes plus accro à Instagram qu’à La Légende des siècles, et que vous fréquentez plus les soirées people que le Vatican. D’ailleurs, avec la belle gueule que vous avez, si vous vous rendez place Saint-Pierre, assurez vos arrières.
A part ça, j’aime beaucoup ce que vous faites. N’écoutez pas les mauvaises langues, et nous essaierons de ne plus les manger, même avec la délicieuse sauce gribiche.

Programme :
Deux choix de mon enfance :
- “La nuit je mens” de Bashung, que mon père écoutait tout le temps
- “The Seed” de The Roots (2002), en boucle dans le baladeur en allant au collège

Deux choix de musique classique :
- Stabat Mater de Pergolèse, que mon prof d’éco m’a fait découvrir
- Nocturne n3 de Chopin, seule mélodie qui me calme en toute circonstance

« I bought me a cat » Marilyn Horne

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre