Accueil  >  Lettre à Thierry Janssen
Flux RSS

Lettre à Thierry Janssen

Le 05 mars 2019 à 01:21 par Olivier Bellamy

thierry-jansenn-blog.jpg

Cher Thierry Janssen,
Venir parler du silence sur une chaîne musicale peut relever soit de la gageure, soit d’un canular.
Et pourtant. La grande musique, celle qui est une nourriture de l’âme, qui vient du plus profond de l’homme et qui ne veut pas seulement nous divertir, vient du silence.
Ce n’est donc pas antinomique, nous parlons bien de la même chose, non pas du vide ou du non-bruit, mais de cette force tapie en nous qui est un besoin essentiel, qui nous aide à voir clair et à vivre en harmonie avec nous-mêmes. A savoir ce que nous voulons faire de notre vie au lieu d’accuser la terre entière de tous nos maux.
Avant d’écrire votre dernier livre, vous avez traversé une crise profonde.
Cette nuit noire de l’âme, de grands hommes l’ont éprouvée. Saint Jean-de-la-Croix, Pascal, Beethoven, Rachmaninov… Ils sont allés au bord de l’abîme pour retrouver le sens profond de leur mission et connaître le vrai goût du bonheur. Pas les édulcorants qu’on nous propose en lieu et place.
Alors merci de venir partager avec nous l’un des secrets les plus puissants de l’existence : la force du silence.

Programme :
Deux classiques:
- Gustav Malher : symphonie 5, Adagietto (mon premier emoi musical classique)
- Beethoven : piano sonata N14 in C sharp minor op.27 N2 « Moonlight », I Adagio Sostenuto (en hommage à ma relation très particulière à la Lune)

Deux Madeleines: 3 propositions
- Ryuchi Sakamoto : Sweet revenge (sur l’album éponyme) (cela me rappelle la rencontre avec la personne avec laquelle je vis depuis 24 ans)
- Sting : Let your soul be the pilot (cela me rappelle de grandes joies vécues au sein de l’Ecole de la Présence thérapeutique que j’ai créée à Bruxelles)

Portrait : Dowland / A. Deller

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre