Accueil  >  Lettre à Lambert Wilson
Flux RSS

Lettre à Lambert Wilson

Le 19 février 2019 à 07:39 par Olivier Bellamy

lambert-wilson-ob.jpg

Cher Lambert Wilson,
Je vous ai vu hier et si j’étais Philinte
Je dirais que m’éclaire un grand bonheur sans feinte.
Mais pardonnez si j’ai, ce soir, l’âme d’Alceste
Obligé d’avouer d’avoir vécu la peste.
D’abord je vous voyais dans un accoutrement
Et j’ai été touché de votre sentiment.
J’ai tremblé, j’ai souffert pour vous cent mille maux
Avant de découvrir que tout çà était faux.
Comment parler si franc et sans aucune gêne
Et devant tant de gens que l’on connaît à peine.
Je vous ai vu prostré aux genoux d’une dame
A qui vous prétendiez délivrer votre flamme,
Or, car on me l’a dit, je sais qu’elle n’est pour vous
Ni femme, ni amie, ni sœur, ni rien du tout.
Vous avez menti et joué un personnage
Dupant la société et trichant sur votre âge.
Je vous ai vu, monsieur, pleurer à chaudes larmes
A vous fendre les yeux sans l’ombre d’une alarme.
Enfin, j’ai détesté qu’après tous ces tourments
Vous eûtes vanité et applaudissements
Pourquoi avec talent êtes-vous si sincère
Sur un fait qui, pourtant, au fond, vous indiffère
Cher ami, je vous dis : Qu’avez-vous dans le cœur
Pour gagner votre vie dans ce métier d’acteur ?

Programme :
« Et incarnatus est » Messe en ut de Mozart / Herreweghe
« Jardin féerique » de Ma mère l’Oye

Madeleines
West Side Story « A boy like that » (BO)
“Je crois entendre encore” N. Gedda

Portrait
Papillons de Schumann

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 TAQUET, le 19 février 2019 à 20:30 :

sympathique ce petit poème en alexandrins, enfin pas tous car quelquefois il en manque un pied par exemple” j’ai tremblé…”
En revanche, les rimes sont riches.
Je pinaille car votre émission est un plaisir que je ne manque jamais.


Donnez votre avis !






ombre