Accueil  >  Lettre à Metin Arditi
Flux RSS

Lettre à Metin Arditi

Le 14 février 2019 à 12:34 par Olivier Bellamy

metin-arditi-ob.jpg

Cher Metin Arditi,
Au moment où votre livre clame son amour pour l’esprit français, des actes ignobles ont été commis dans notre cher et beau pays. Des symboles profanés, des croix gammées, des églises vandalisées. Je ne peux dire ces mots sans trembler de colère et de honte.
La Bête immonde serait-elle de retour ? Sommes-nous coupables de l’avoir laissée reprendre vie ? Doit-on rester vigilants y compris dans la publicité involontaire que nous accordons à ceux qui nous provoquent.
Votre livre apporte des réponses et nous redonne l’espoir. Il nous rappelle qu’une guerre civile a eu lieu pour sauver l’honneur d’un seul homme. Il cite Emmanuel Levinas qui enjoignait les siens de choisir un pays où on a libéré un juif pour mettre un officier de l’armée en prison à sa place.
Il célèbre Anatole France, Jules Renard, Octave Mirbeau, Charles Péguy, Marcel Proust et bien sûr Zola qui se sont levés.
Il rend hommage à Jean d’Ormesson qui, à votre place, nous a dit que si l’Europe avait un sens, c’était grâce à Jacques Offenbach et Heinrich Heine.
Et votre livre nous rappelle que l’humour est au premier rang de notre culture commune. Par exemple lorsqu’un Belge de génie, Raymond Devos, a dit un jour : « Ce n’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut le garder pour soi ». Ce n’était évidemment pas l’objet de cette lettre, mais si elle a commencé par la tristesse j’aimerais la finir par un sourire. En espérant qu’il soit plus fort que la haine et la bêtise.

Programme :
Musique classique:
Chanson Triste, de Duparc, chanté par Felicity Lott, et
Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy

Musique légère (madeleines):
À Paris, chanté par Yves Montand, et
Les moulins de mon cœur, chanté par Dusty Springfield.

Portrait
Lalo : Symphonie espagnole 1er mvt

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre