Accueil  >  Lettre à Elisabeth Quin
Flux RSS

Lettre à Elisabeth Quin

Le 09 février 2019 à 14:26 par Olivier Bellamy

Chère Elisabeth Quin,
A la fin des années 1930, Bette Davis alors au sommet de sa gloire a harcelé la Warner pour qu’elle rachète les droits d’une pièce qui se jouait à Broadway et dont le titre était « Victoire sur la nuit ». Commentaire laconique de Jack Warner : « Qui va aller voir une femme qui devient aveugle ? » Le film fut tourné et reste comme l’un des plus grands succès de l’actrice. C’est tout le mal que je souhaite à votre livre qui nous rappelle que le style est avant tout une vision, et qu’un écrivain c’est d’abord un regard. Le vôtre n’a rien perdu de son acuité malicieuse et de sa lucidité perçante.
C’est un comble, mais la vie est ainsi faite, car beaucoup de nos auditeurs se souviennent de la manière dont vous nous avez parlé du cinéma, avec passion et finesse. Oui, Elisabeth Quin, à toute une génération, vous avez appris à mieux voir dans les salles obscures, et à mieux distinguer le talent de l’anecdote.
Ce qui vous arrive nous touche car on sent bien que votre intelligence vient de vos sens, qu’elle n’est pas sèche, et que chez vous l’œil écoute autant que la langue sent les choses.
Alors si la nuit se lève vraiment pour vous, gageons que vous saurez relever vos manches, trouver la parade et dire comme Scarlet O’Hara : « Demain est un autre jour ».

Programme :
Messe pour le temps présent/Pierre Henry
Arabesque n°1 Debussy 

Marvin Gaye whats foing one
Patti Smith because The night

Portrait : Barbier de Séville / Rossini

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 TAQUET, le 09 février 2019 à 23:07 :

oui ce qui arrive à Elisabeth Quin nous intéresse, m’intéresse…Elle est forte et doit le rester.Je l’admire et lui souhaite bien sûr une évolution favorable.


Donnez votre avis !






ombre