Accueil  >  Lettre à Claire Désert
Flux RSS

Lettre à Claire Désert

Le 25 janvier 2019 à 01:26 par Olivier Bellamy

claire-desert-blog.jpg

Chère Claire Désert,
« En art, rien de grand ne s’accomplit sans enthousiasme », disait Schumann. Une phrase dont il semble que vous ayez fait votre devise. Depuis que je vous connais, vous êtes comme soleil, pluie et tonnerre face à la musique. Le contraire de « Mer calme et heureux voyage ». Vous êtes donc bien une schumannienne bien plus qu’une mendelssohnienne.
Avec vos doigts, vous racontez des histoires que vous dicte votre imagination. Pas besoin de billet d’avion, le voyage se trouve dans la partition. Et pour l’animer, vous avez votre cœur et la raison. D’ailleurs chez Schumann, le cœur a ses raisons qui font vaciller la sienne. Et quand le poète parle, il a toujours raison.
L’interprète de ses visions est à la fois un fou et un sage, un homme et une femme, un dieu et un mendiant, un oiseau et un prophète. Passer de l’un à l’autre très vite, et parfois être les deux. Se tromper de masque, rire quand on a peur et pleurer quand on est bien, sortir quand il fait froid, dormir quand il fait jour.
Etre parfois très sombre si l’on s’appelle Claire et infiniment peuplé quand on porte de nom de Désert.
Alors merci chère Claire Désert, d’être la neuvième enfant de Robert et Clara Schumann et d’être comme un cavalier de l’amour sur ce cheval de bois qu’on nomme piano.

Programme :
2 madeleines :
-Errol Garner: Autumn Leaves (By the sea)
-Comedian harmonists: Wochenend und Sonnenschein
2 classiques
-Beethoven: opus 74 troisième mouvement quatuor Amadeus
-Sacre du Printemps (L’extrait qui peut convenir selon le minutage..)

Portrait : Claire Désert joue Fantaisie de Schumann

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre