Accueil  >  Lettre à Jean des Cars
Flux RSS

Lettre à Jean des Cars

Le 12 janvier 2019 à 00:26 par Olivier Bellamy

jean-des-cars-blog.jpg

*** ECOUTER L’EMISSION SUR https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/passion-classique/#livePlayer *************

Cher Jean des Cars,
Vous connaissez la formule. « Le journaliste est un historien du présent, et l’historien un journaliste du passé. »
Certains parviennent à devenir les deux et à bâtir ce qu’on appelle une œuvre d’écrivain. C’est votre cas.
Après tout, que les personnages soient de fiction ou qu’ils aient existé, l’essentiel est d’être juste et de présenter les choses de telle façon qu’on comprenne mieux le monde et qu’on en saisisse toutes les complexités avec une grande clarté.
En racontant le destin des Romanov, des Habsbourg, des Windsor, des Grimaldi, des grandes dynasties qui ont traversé les âges, vous vous êtes toujours tenu à un devoir d’authenticité abreuvée aux sources les plus fiables, en jouant sur les charmes du récit, sans tomber dans les pièges du romanesque.
On lit Jean des Cars pour savoir, pour comprendre et pour aller plus loin qu’une simple idée reçue.
Votre Reine Elizabeth est bien vivante. On la voit, on l’accompagne. Vous nous donnez l’occasion unique de partager ses pensées et son intimité. Et sous les feux de la couronne, on découvre, un dévouement sans égal. Dévouement dont vous êtes imprégné, à en croire cette manière d’être au plus près de son sujet, comme on l’est de ses sujets. Noblesse oblige.

Programme :
1) Souvenirs d’enfance:
Musique du film “Les Vacances de M. Hulot”, composée par Alain Romans. Le titre est “ Quel temps fait-il à Paris?”. Une bande originale en accord parfait avec ce film nostalgique de 1953.
Etant passionné de cirque (une tradition familiale), j’ai  été, si je puis dire, élevé avec “L’entrée des Gladiateurs” du compositeur tchèque  Julius Fucik, datant, je pense, de la fin du XIX e siècle, entre 1895 et 1900. Un modèle de la musique de cirque qui est un genre que j’apprécie beaucoup et qui fait partie de la magie du cirque.
2) Airs classiques:
“La Marche de Radetzky” de Johann Strauss Père, composée en 1848 pour célébrer une victoire autrichienne sur des Piémontais en révolte contre l’occupation autrichienne en Lombardie –Vénétie, au début du règne du jeune empereur François-Joseph. Cette célèbre marche est traditionnellement interprétée à la fin du Concert du Nouvel An à Vienne. Le public l’accompagne en frappant dans ses mains, ce qui a été le réflexe des officiers autrichiens dès qu’ils entendirent cette irrésistible marche…
La prière de Tosca, au IIème acte de ce chef d’oeuvre de Puccini, bouleversant, poignant, si possible par la Callas.
Portrait : Pomp and Circonstances n° 1 de Elgar

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 2 commentaires pour cet article :

1 ARAGIER Marc, le 12 janvier 2019 à 16:15 :

Bonjour Olivier Bellamy.
Fidèle auditeur et podcasteur, je ne trouve pas le lien pour télécharger l’émission avec Jean des Cars, dont je n’ai pu entendre que des bribes sans m’en inquiéter pensant pouvoir la podcaster.
Est-ce un bug ?
Encore bravo pour votre émission qui est un régal quotidien et merci d’avoir obtenu une seule coupure publicitaire.
Bien cordialement.
Marc ARAGIER
Rueil Malmaison.

2 LEVEQUE DAN, le 15 janvier 2019 à 18:29 :

Je cherche également le podcast de Jean des Cars


Donnez votre avis !






ombre