Accueil  >  Lettre à Alain Meunier
Flux RSS

Lettre à Alain Meunier

Le 07 décembre 2018 à 12:33 par Olivier Bellamy

Cher Alain Meunier,
Certains musiciens sont en proie à la frénésie, à l’ivresse d’eux-mêmes, d’autres s’adonnent à la mélancolie ou cultivent l’envie.
Vous semblez immunisé contre ces poisons de l’âme.
Votre parcours musical s’écoule avec le calme souriant d’une rivière qui serpente la vallée où bon lui semble, loin du bruit et de la fureur, mais près des canyons et des étoiles.
Il y a en vous une modestie naturelle qui a compris qu’à vouloir être partout on n’est nulle part, et qu’à vouloir égaler le voisin on s’épuise en vain.
Vous avez préféré fréquenter les compositeurs vivants en vrai musicien. Le profit en est mince, mais la récompense immense.
Vous avez troqué le brillant des carrières tapageuses pour le charme feutré et profond de la musique de chambre, le partage de l’enseignement, et la joie de l’aventure au coin du chemin.
Beethoven, Brahms ou Ohana sont votre pain quotidien et le Mécénat musical Société générale vous aide à le distribuer.
Car ce qui compte dans le blé, c’est ce qu’on peut faire de bon avec, surtout quand on s’appelle Meunier.

Programme :
Madeleines:
9ème Symphonie  L. v Beethoven :  Adagio  version Fürtwangler
Lamento d’Arianna  Cl. Monteverdi (6ème livre des madrigaux)   version Nadia Boulanger et son groupe vocal
 
Classique et autre:
Bagatelles Op. 9  A. Webern  version Quatuor LaSalle rec. 1968
La Foule Edith Piaf

Portrait : Les idées heureuses de Couperin (Scott Ross)

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre