Accueil  >  Lettre à Catherine Laborde
Flux RSS

Lettre à Catherine Laborde

Le 23 novembre 2018 à 10:41 par Olivier Bellamy

laborde-blog.JPG

Chère Catherine Laborde,
Vous n’êtes plus seule. Désormais il y a quelqu’un en vous qui ne vous lâche pas, qui sort quand vous sortez, qui est là entre nous deux. C’est un certain Parkinson qui joue avec vos nerfs et chatouille vos neurones. Vous l’avez baptisé « Parki », celui par qui le malheur arrive. Ou Parkingsoon qui sonne toujours trop tôt. On pourrait aussi l’appeler Park boom hue les jours de repassage.
Vous n’êtes plus seule. Désormais, il y a des docteurs et des aidants qui vous aident à mieux comprendre et accepter cet étrange locataire.
Vous n’êtes plus seule, car Montaigne vous tient compagnie. S’il s’est relevé de sa chute de cheval, pourquoi ne pourrait-il pas vous apprendre à le faire quand vous tombez à votre tour.
Vous n’êtes plus seule, chère Catherine Laborde, car on ne vous a oubliée. Vous vous êtes si souvent inquiétée que le ciel ne nous tombe pas sur la tête qu’on peut bien vous aider à garder les pieds sur terre. Quant au ciel, avant de s’y retrouver tous un jour, nous pouvons puiser dans ses couleurs le courage de continuer.
Vous n’êtes plus seule, et grâce à votre témoignage, nous le sommes un peu moins. Vous avez mis du soleil dans l’orage de la vie et quelques larmes entre les gouttes de pluie.
Et si vous tremblez, Catherine Laborde, eh bien nous tremblerons avec vous. Ceux qui ne tremblent pas paraîtront moins vivants que nous, et à force de trembler nous finirons bien par danser sur la plus belle des musiques.

Programme :
Mozart acte 1 scène 2 Cosi fan Tutte (soave il vento…) Schwarzkopf
Scarlatti sonate par Horovitz (album favorites encors) K 531 / L 430

Loo Reed Walk on the wild side
John Hiatt slow turning seels like rain

Portrait : Arabesque n° 1 de Debussy

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre