Accueil  >  Lettre à Charles Consigny
Flux RSS

Lettre à Charles Consigny

Le 13 novembre 2018 à 09:44 par Olivier Bellamy

charles-consigny-blog-ob.jpg

Cher Charles Consigny,
Plus une personne a le pouvoir de juger autrui et moins il est facile pour cette personne d’accepter qu’autrui use de la réciproque.
Cet autrui est vraiment un cochon.
Il se débat quand il devrait souscrire. Il met les rieurs de son côté au lieu d’implorer grâce. Il joue sur la corde de l’émotion alors que la raison commande qu’il écoute sa juste condamnation avec respect et reconnaissance puisqu’on lui fait l’honneur de le traîner dans la boue.
Ainsi il n’existe pas d’arroseur patenté qui soit un arrosé fair play.
Vous ne manquez ni d’intelligence ni de courage, car il en faut pour dire son fait à n’importe qui. Mais ce pouvoir qu’on vous accorde est un leurre. C’est un piège à vanités.
Vous êtes assez avisé pour savoir que tout gladiateur est jeté dans l’arène pour amuser la foule, que la foule veut du sang et qu’elle finit toujours par vouloir la peau de celui qu’elle portait en triomphe.
Vous savez aussi que l’empereur jubile quand vous montrez les dents ou que vous vous faites mordre, car ce pompier pyromane aime à paraître comme un arbitre bienveillant dont vous seriez les créatures infernales.
Vous vous doutez bien que le prix de cette renommée qui vous est accordée va être exorbitant. C’est quand la facture se présentera et à votre manière de l’acquitter ou de laisser courir la dette que l’on saura si derrière un incontestable talent se cache, ce qui est plus rare, un caractère.
Programme :
2 classiques :

- BACH Le clavier bien tempéré, Livre I: Prélude et fugue in C Major, BWV 846, Sviatoslav RICHTER ;

- BRAHMS Symphony No. 3 In F Major, Op. 90: li. Andante, Orchestre philarmonique de NEW YORK, Dir. Bruno WALTER ;

2 madeleines :

- So Blessed, Mariah CAREY ;

- J’me suis fait tout petit, Georges BRASSENS.

Portrait :

Poulenc : Sonate pour hautbois

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 HOLDRINET Claudette, le 13 novembre 2018 à 18:43 :

Dans sa lettre à Charles Consigny, Olivier écrit:” La foule aime le sang”. On n’en est pas encore là dans ONPC, mais un bon clash c’est tout de même souhaitable. Je regarde rarement la télévision le samedi soir, mais il se trouve que j’ai vu l’émission où M.Robin était invitée. Pas de chance, une furie défendant son copain Fogiel. C.Consigny demandant à Ruquier s’il pouvait reprendre la parole, c’est M.Robin au sommet de sa rage qui répond non! Tout cela avec en toile de fond les convictions politiques opposées de chacun. Il est juste de dire combien il est effarent de constater à quel point on ne peut pas être contre, ni même se donner le temps de poser les questions qui préoccupent les gens qui essaient de réfléchir., d’exprimer les doutes que l’on est en droit. d’avoir. (Il s’agissait de la GPA qui a permis à Fogiel et à son compagnon d’avoir deux petites filles). Je crois que le mot « enfant » n’a pas été prononcé une fois. .Charles Consigny, votre échange avec Olivier Bellamy a été intéressant ainsi que vos choix musicaux. Puissiez- vous communiquer votre calme, votre manière posée d’aborder les sujets dans cette émission ONPC. Je vous souhaite de sortir toujours aussi calme de cette fausse aux lions.


Donnez votre avis !






ombre