Accueil  >  Lettre à Michael Schonwandt
Flux RSS

Lettre à Michael Schonwandt

Le 08 novembre 2018 à 14:14 par Olivier Bellamy

schwandt-blog.jpg

Cher Michael Schonwandt,

S’il y avait quelque chose de pourri au royaume du Danemark selon ce bon vieux Hamlet, il y a bien quelque chose de béni à l’Orchestre de Montpellier Occitanie grâce à l’arrivée d’un chef danois : vous-même.
Comme dirait votre compatriote Andersen, vous avez remis la Petite Sirène sur ses jambes, rendu le sourire à la Petite Fille aux Allumettes et transformé un Canard en beau cygne occitan.
Chef d’orchestre lyrique et symphonique dans une maison qui affiche les deux ambitions, vous faites chanter les violons et cuivrer les voix.
Mais avant tout, vous avez rendu confiance à une institution financièrement fragile et, c’est un comble, apporté le soleil dans les cœurs, vous l’homme du Nord.
Dans la ville où Rabelais fut médecin, vous guérissez les oreilles et charmez les esprits.
Alors on peut dire, cher Michael Schonwandt, que le département de l’Hérault tient son nouveau héros et qu’autour de celui de l’Aude, c’est l’ode à la joie qui résonne chaque jour que fait le Dieu Musique.
Programme :
Léo Delibes Les Filles de Cadix avec Natalie Dessay - Berliner Sinfonie Orchester dirigé par lui-même (EMI Classics)
- Franz Schubert Symphonie n° 3 dernier mouvement (Presto vivace) avec le Wiener Philharmoniker dirigé par Carlos Kleiber

- Robert Schumann Concerto pour piano en la mineur opus 64 enregistré par Amalie Malling pour Chandos

Portrait / Mystère
Nielsen : Symphonie n° 4 “L’inextinguible”

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre