Accueil  >  Lettre à Sheila
Flux RSS

Lettre à Sheila

Le 07 novembre 2018 à 10:56 par Olivier Bellamy

sheila-pc.jpg

Chère Sheila,
Vous ne vous en souvenez probablement pas, mais la première fois que nous nous sommes rencontrés c’est à la clinique Bouchard de Marseille, car je suis né quand vous avez débuté. Pour vous, l’école était finie et pour moi la vie commençait. Ma grand-mère m’a raconté que je chantais « Le folklore américain », oh juste le refrain (ling ling ling) debout dans ma poussette, depuis le cours Puget jusqu’au boulevard Bompard. Les Marseillais savent que ça fait une sacrée trotte.
Vous avez rythmé ma vie. Ma première dent de lait, c’était Bang Bang, ma première communion Petite fille de Français moyen et nous avons quitté Marseille pour la région parisienne en chantant à tue-tête les Rois mages dans l’Ami 8.
Les années ont passé, je n’ai pas cessé de vous aimer. D’abord il faut vous dire que j’habitais dans un petit village d’Eure et Loir où les distractions étaient rares. J’ai suivi votre mariage sur le poste de télévision noir et blanc. Je n’étais pas forcément pour, mais comme vous ne m’aviez pas demandé mon avis, je n’ai rien dit. Mais j’ai continué à vous écouter, car vous mettiez des mots simples sur des mélodies entraînantes et vous parliez d’amour d’une façon qui me touchait. Je ne connaissais pas encore Proust et Aragon, je n’écoutais pas encore Schubert et Barbara, Maria Callas et Margot Fonteyn m’étaient encore inconnues, donc vos chansons m’allaient très bien. Et quand vous passiez chez Guy Lux ou Michel Drucker, je peux dire que le soleil entrait dans la maison, celui justement que nous avions perdu en déménageant.
Et quand je vous revois aujourd’hui, chère Sheila, je vois une artiste qui a traversé des joies et des malheurs, qui est resté quelqu’un d’authentique, et je revois aussi mon enfance, quand j’écoutais tout seul dans ma petite chambre dix fois, vingt fois, cent fois : « Tout me fait mal quand tu t’en vas / Je n’en veux pas d’autre que toi. » Moi qui ne connaissais encore rien à l’amour, mais qui grâce à vous l’a découvert de manière naïve et je crois profonde puisqu’au fond de mon cœur je n’ai rien oublié.
Programme :
J. S. BACH Concerto Brandebourgeois N°5 en ré majeur. 1er mouvement allegro.
Telemann : Flute concerto en Ré …. Mouvement andante Excellent le matin lorsqu’il fait beau avec le chant des oiseaux ..

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 7 commentaires pour cet article :

1 Philippe, le 07 novembre 2018 à 16:50 :

Bonjour Olivier ,
Votre lettre à Sheila me touche beaucoup car j’ai aussi grandi avec ses chansons et son sourire dans les années 60..J.’ai écouté votre interview avec Sheila que j’ai trouvée à la fois émouvante et positive. Il émane beaucoup de courage et d’humanité de cette femme.Sa voix dans mon enfance et adolescence était mon plus beau rayon de soleil!
il y a quelque temps j’avais aussi beaucoup apprécié votre interview de Gigliola Cinquetti.
Bravo! Merci de votre belle émission et bonne continuation.
Amicalement ,
Philippe.

2 Gilles CASSANY, le 10 novembre 2018 à 15:10 :

Bonjour Olivier. ..
Je viens de rėėcouter votre émission Passion Classique, celle où, une nouvelle fois, vous avez eu le bonheur de recevoir Sheila. Comme nombre de mes amis “fans” de la chanteuse, j’en ai été bouleversé. Dès le début de l’émission, en lisant votre lettre ouverte, emplie d’amour et d’émotion, où chacun a pu se retrouver, j’ai été captivé, même happé, et j’ai su que cette émission-là ne serait pas une émission de plus ! Sheila elle-même a été très troublée, on entendait les sanglots d’émotion qu’elle tentait de retenir…
On la sent avec vous en confiance absolue, et vous êtes parvenu en maintes occasions à la faire aller là où d’habitude elle refuse pudiquement de s’engager. Rien que pour cela, chapeau Olivier ! Venant, de plus, d’un garçon cultivé, qu’on aurait imaginé à cent mille lieues de Sheila, travaillant sur une radio que certains jugeraient select, cela est encore plus touchant et, pour être franc, je trouve que vous avez une nouvelle fois apporté une dimension “culturelle” à notre Sheila ! On ne peut que se sentir flattés, à la fois pour elle et pour nous, qu’elle ait un “avocat” tel que vous, un être intelligent qui ne crache pas dans la soupe en reniant comme tant d’autres ce qui a fait le bonheur de sa vie d’enfant et d’adolescent !
Bien entendu, le moment le plus fort fut celui où, tout doucement, vous avez amené Sheila à évoquer la disparition de son fils, ce qu’elle avait très peu fait jusqu’alors. D’une voix blanche, digne et émue, elle a ouvert son âme devant vous comme elle ne l’avait jamais fait, elle qui se protège si souvent derrière son masque de Sheila… Annie, la maman qui pleure la mort de son fils adoré, avait pris le dessus grâce à vous, et devant nous.
Pour tout cela, pour tout le reste aussi, je tiens à vous dire que vous êtes une Belle Personne, et je vous remercie pour ces confidences échangées entre vous deux d’une si grande élégance.
Venez le 28 décembre à Pleyel, je suis certain que ce sera pour Sheila un merveilleux cadeau.
Gilles

3 Pressac Patrick, le 13 novembre 2018 à 20:49 :

Merci à toi Gilles pour cet écrit, il reflète bien ce que nous ressentons tous en écoutant cette émission.
Bon courage.
Pat

4 marise PALPACUER, le 14 novembre 2018 à 19:49 :

Bonjour, j’ai beaucoup aimé cette interview avec Sheila. Elle a fait de belles confidences qui m’ont beaucoup émue. Vous avez su créer une totale confiance. Je suis Sheila depuis ses débuts. Merci encore pour cette très belle émission.
Marise

5 bruno, le 14 novembre 2018 à 23:45 :

Bonsoir,
Merci pour cette très belle émission, il est rare d’avoir une interview de Sheila hors des sentiers battus avec beaucoup de spontanéité de la part de notre belle Artiste. Merci pour cette heure passée ensemble. Bruno

6 Jean marc Milly, le 15 novembre 2018 à 09:11 :

Bonjour cher Olivier,merci beaucoup pour cette belle lettre et votre interview touchante , profonde et sincère . Comme vous plusieurs Chansons de Sheila m ont accompagné,soutenu,construit ,comme vous j aime écouter Barbara,la Callas ,ou Guillaume tell de Rossini . Assumer ses goûts,ses positions,ses engagements est le reflet d une âme sincère et sensible. Bravo encore cher Monsieur pour ce bel acte de reconnaissance envers Sheila. Bien à vous jm

7 Eric Roquier, le 17 novembre 2018 à 01:16 :

Merci Olivier pour cette superbe lettre à notre grande petite Sheila. Elle a reçu des centaines de fois ce genre de déclaration, mais la vôtre l’a vraiment émue, on la comprend, et vous nous avez tous les deux très touchés. Vos interviews sortent vraiment des sentiers rabattus. En témoigne aussi votre première invitation. Vous y aviez diffusé le duo avec Marcel Amont La Péricole, rappelant ainsi les talents multifacettes de notre artiste, d’une façon inédite et adroitement en rapport avec votre radio. J’aimerais m’en procurer le pod cast. Comment faire ? Encore bravo.


Donnez votre avis !






ombre