Accueil  >  Lettre à Romane Bohringer
Flux RSS

Lettre à Romane Bohringer

Le 10 octobre 2018 à 19:01 par Olivier Bellamy

Cher Romane Bohringer,
Je ne sais pas si croyez aux signes. Moi j’y crois. Et j’ai découvert un fil secret qui guide votre vie.
Votre prénom commence par un R. Celui de votre père aussi. Cette lettre, on la retrouve dans le prénom de vos enfants. Et dans le nom de votre co-réalisateur Philippe Rebot, et père de vos enfants, Raoul et Rose. Le film s’appelle l’amour flou. Ouf, il y a un r dans le titre. Ça va marcher.
R est la 18e lettre de l’alphabet. L’âge que vous aviez quand vous tourné le film qui vous a lancée : Les nuits fauves de Cyril Collard. Deux R. Et aussi Peter Book. Encore deux R. Et du Shakespeare et du Molière. Votre vie est cernée par le R. Ne prenez jamais de taxi. Roulez en RER.
C’est curieux, vous avez un drôle d’air. Mais non regardez : Claude Miller. Il a été important avec L’Accompagnatrice. Et puis tenez la pièce que vous jouez au théâtre de l’œuvre, sur un texte d’Annie Ernaux. Si elle s’était appelée Enaux, il fallait dire No.
Elle est mise en scène par Pierre Pradinas. Un grand puisqu’il a 2 R.
Et là vous êtes à la Radio, c’est tellement mieux que la télé qui prend ses grands airs mais qui n’en a pas. Et nous sommes tout près de la Gare Saint-Lazare. Donc on est bien.
Alors chère Romane Bohringer, entrez ici actrice rare et généreuse !
Ecoutons de beaux airs de Rossini ou de Ravel et commençons par un beau Requiem de Mozart…
Programme :
Requiem de Mozart (Kyrie)

2 madeleines :

- Hero de Mariah Carey
- Mutate de Jeanne Added

Portrait
Air de Barberine (Noces)
Mystère
Mahler : Kathleen Ferrier (Kindertotenlieder n° 3)

Portrait
Air de Barberine (Noces de Figaro de Mozart)

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre