Accueil  >  Lettre à Myriam Boyer
Flux RSS

Lettre à Myriam Boyer

Le 04 octobre 2018 à 08:47 par Olivier Bellamy

boyer-blog.jpg

Chère Myriam Boyer,
Vous avez le physique de tout le monde et vous jouez comme personne. C’est le secret pour être à la fois unique et proche du public.
Dans vos yeux, on peut lire l’optimisme de ceux qui en ont bavé sans jamais se plaindre et qui trouvaient toujours plus malheureux que soi.
Vous avez grandi à Lyon, pas dans les beaux quartiers, mais on vous imagine aisément comme une petite princesse dans un terrain vague, galopant parmi les gravats ou dansant sur les tables d’un café enfumé parmi les poivrots et les filles de petite vertu, comme si elle était Sissi impératrice à Schönbrunn. Car il y a en vous une force, un optimisme indestructible et toutes les épreuves qui vous ont endurci sans vous durcir, vous donnent aujourd’hui cette présence et cette densité.
Dans La Vie devant soi, on sentait bien que ces personnages vous les connaissiez bien, que c’était pas du chiqué.
Sur scène, vous êtes nature, parce que vous êtes une nature comme on en trouve peu. Et si la misère est moins pénible au soleil, comme dit la chanson, elle n’est plus qu’un lointain souvenir avec le soleil qui brûle dans votre grand cœur et brille dans votre regard.
Vous êtes devenue la Kathy Bates française, pas étonnant que vous triomphiez dans Misery.
Programme :
Cecilia Bartoli - Rossini - Non Piu Mesta

- Requiem de Mozart (Lacrymosa)

Le clown - Giani Esposito

- Cora Vaucaire - 3 petites notes de musique

Portrait
Beethoven : Sonate n° 18 « Scherzo » (Clara Haskil)

Mystère
- Georges Delerue “Le mépris”

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 mauss, le 04 octobre 2018 à 18:33 :

S’il m’est permis, via cette intrusion malpolie, d’avoir le mail de Monsieur Bellamy afin que je puisse lui présenter une requête concernant un de ses articles.
Avec mes remerciements anticipés.
François Mauss
francoismauss@gmail.com


Donnez votre avis !






ombre