Accueil  >  Lettre à Florian Zeller
Flux RSS

Lettre à Florian Zeller

Le 24 septembre 2018 à 15:37 par Olivier Bellamy

image-3.jpg

Cher Florian Zeller,
Au début vous aviez tout pour agacer la terre entière. Trop beau, trop doué, trop aimé, trop primé. Il n’y a pas que vos cheveux qui sont en bataille, les muses aussi se disputent vos faveurs. Et les théâtres s’arrachent vos œuvres, car vous êtes avec Yasmina Reza l’auteur français le plus joué à l’étranger.
Et puis loin de vous répéter (car si les acteurs répètent, les auteurs parfois hélas se répètent), vous n’avez cessé d’approfondir votre art. Il faut donc bien vous rendre la monnaie de vos pièces.
Et la dernière, Le Fils, c’est de l’or. La parole n’étant que d’argent, vos répliques rejoignent le silence à travers la musique des mots.
La cruauté brillante de vos premiers drames s’est enrichie d’une sensibilité, d’une vision, d’une conscience toujours plus juste.
« Je suis un mensonge qui dit la vérité », disait Cocteau, vous êtes l’enfant et le parent des deux, et vous en jouez en virtuose.
Vos personnages nous ressemblent. Ils sont si vrais qu’on se demande qui imite qui, d’eux ou de nous. Car vos thèmes sont éternels, la souffrance, la solitude, l’amour, autant dire la vie, mais racontée par un joueur d’échec invisible, mais de chair autant que d’esprit.
Votre théâtre attire les grands acteurs, Catherine Hiegel, Pierre Arditi, Luchini, Auteuil, Hirsch, mais il ne perd rien à être lu.
Seriez-vous déjà classique ? Donc bienvenue chez vous dans la radio du même nom.
Son programme :
Adagio for Organ and Orchestra in G Minor (Albinoni). C’est une musique qui se retrouve dans le spectacle du FILS, dans la mise en scène de Ladislas Chollat.

- La Troisième leçon des ténèbres, de Couperin.

- Metamorphosis II, de Philip Glass, un de mes compositeurs contemporains préférés. Cette musique se retrouve également dans LE FILS

- Paradis Perdus, Christine and the Queens - d’après Christophe. Pour parler de mon amitié et de ma collaboration avec Christophe.

Portrait
Vivaldi : Cun dederit (Bowman)
Mystère
https://www.youtube.com/watch?v=StXT0BQKwg0

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre