Accueil  >  Julie Depardieu, notre frangine
Flux RSS

Julie Depardieu, notre frangine

Le 07 septembre 2018 à 22:50 par Olivier Bellamy

image-13.jpeg

Chère Julie Depardieu, ou plutôt ma Julie parce que vous vous êtes fait un prénom, avec un blaze pas facile à porter, et puis ma Julie parce qu’on vous aime, ou plutôt on en pince pour vous, vous êtes une môme qui nous rend dingo, p’têt parce que vous êtes un peu bargeot vous aussi.
D’abord vous en avez dans le chou, dans le ciboulot, dans le plafonnard. Vous gambergez, vous carburez à toute berzingue. Et puis vous en avez dans le bide. On peut tâter, c’est pas du pâté de foie.
Mais le plus important chez vous, c’est le palpitant, la pompe à raisin, la breloque quoi.
On vous a dans la peau, Julie, y a pas à tortiller. On a le béguin pour vos mirettes. On sait que vous faites pas ça pour l’oseille, le carbure, le flouze, la fraîche quoi. Bon un peu quand même. On n’est pas des caves non plus.
Mais on sait que vous êtes toujours là pour les copains. Tiens, je vous demanderais là tout de suite de me montrer vos roberts, pas le dictionnaire hein, non vos doudounes, vos gaillards, vos nénés quoi, eh ben je suis sûr que vous le feriez. Pour dépanner un pote qu’est dans la mouise. Avec vous y a pas de me too, y a pas de matou, y a que de l’amour, partout.
Vous êtes une fille de l’amour, Julie. C’est pour ça qu’on vous aime.
Et puis tiens vous êtes mieux qu’une copine. Z êtes une frangine. A qui on peut tout déballer. Vous avez toujours les esgourdes en action, vos portugaises sont pas ensablées. C’est pour ça que vous kiffez la musique. Et elle vous a à la bonne aussi. Allez j’arrête les violons, on en écoute plutôt. Mais je serais pas contre un patin, une pelle, une galoche quoi. Après on cause.
Voici son programme :
prokofiev concerto n 2 version oistrakh opus 64 (2e mvt)

Galuppi Sonata No 5 Michelangeli

SYLVIE VARTAN : LA MARITZA

Chantal GOYA : LES FOULARDS

Portrait : Brahms : Quatuor op 25 de Brahms 4e mvt

Mystère : Arletty : La Baya

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre