Accueil  >  Samuel Benchetrit, beau soir
Flux RSS

Samuel Benchetrit, beau soir

Le 06 septembre 2018 à 11:18 par Olivier Bellamy

Cher Samuel Benchetrit,
Si j’ai bien lu une interview que vous avez donnée il y a un certain temps, vous avez commencé votre vie d’adulte comme un mec de banlieue timide, inculte, mais avec des rêves. Vous ne saviez pas ce que vous vouliez faire, mais vous aviez vu « Les affranchis » de Scorsese et ça vous avait donné l’envie de faire vous aussi des films de gangster ou de faire un casse. Vous aviez un physique et curieusement, vous avez préféré, par une sorte de conduite d’échec assez navrante, être derrière la caméra ou devant un stylo.
Le titre de votre premier roman donne bien la tonalité des choses : Récit d’un branleur. Tout comme votre film J’ai toujours rêvé d’être un gangster.
Quelques années plus tard, la situation n’est guère plus brillante. Vous êtes en panne d’inspiration, votre ex-femme vous harcèle, votre fils est parti faire le tour du monde, vous n’avez pas payé vos impôts. Bref, vous êtes sans argent, sans amis, sans amour, sans boulot, dans un entre-deux pitoyable et vous le racontez dans un livre assez drôle en espérant qu’on vous aime, qu’on vous paie et probablement qu’on vous donne du taf. Par exemple : tirer un film d’auteur de ce livre expérimental.
Cher Samuel Benchetrit, comme les artistes sont de grands egocentriques et que votre livre s’appelle Reviens, n’est-ce pas ce que vous aimeriez entendre : Reviens Samuel ! après chaque livre, chaque pièce de théâtre, chaque film, et qui sait chaque émission de radio.

Voici son programme :
- Debussy : Beau Soir
- Chopin : Nocturne N.1

- Jacques Higelin : La rousse au chocolat
- David Bowie : Ashes to ashes

Portrait : Mendelssohn marche nuptiale
Mystère : Reynaldo Hahn « A Chloris » S. Graham

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre