Accueil  >  Fanny Cottençon, le retour de la belle
Flux RSS

Fanny Cottençon, le retour de la belle

Le 06 septembre 2018 à 11:31 par Olivier Bellamy

Chère Fanny Cottençon,
Vous êtes à l’affiche de Pourvu qu’il soit heureux ! de Laurent Ruquier au théâtre Antoine, au côté de Francis Huster, à partir du 13 septembre, mais vous avez, vous aussi, autrefois, fait une sorte de coming out.
Souvenez-vous, face à votre père géologue et à votre mère institutrice, vous avez lâché le morceau. Oh, vous avez attendu le bon moment, vérifié qu’ils soient tous deux de bonne humeur, choisi vos mots avec précaution, pour leur dire : « Il faut que vous le sachiez : je ne peux plus vous mentir, je suis actrice. »
La foudre s’est abattue sur votre maison, mais tout le monde a été très courageux. Il faut dire qu’en vous appelant Fanny, vos parents prenaient un sacré risque. Comme on dit, ils ont joué avec le diable. Mais ne les accablons pas. Ils ont assez souffert et culpabilisé en vous voyant perdre votre jeunesse et leur réputation dans : Les saisons du plaisir, Les monologues du vagin, ou même Mariage mixte (vous qui êtes née au Gabon). Ils ont fait des efforts en vous applaudissant du bout des doigts dans Les Fourberies de Scapin, tout en répétant intérieurement « Mais qu’est-elle allée faire dans cette galère ? »
Chère Fanny Cottençon, ç’aurait pu être pire. Vous auriez pu être danseuse, et comme on le dit tout bas : « une danseuse qui ne danse même pas. Mais il faut nous dire ce soir La Vérité.
Regrettez-vous, aujourd’hui, solennellement, devant la France entière qui vous écoute, d’avoir pris cette décision aussi lourde de conséquence pour le sommeil de vos parents et le salut de votre âme ?

Voici son programme :
Madeleines :
Bonga. Mona ki n’ai xica
Barbara. Mon enfance

Classiques :
L’ouverture de la força del destino
Fauré. Après un rêve en instrumental

Portrait Mozart : « Deh vieni non tardar » (Noces)
Mystère : Symphonie « Pathétique » de Tchaïkovski 4e mvt

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre