Accueil  >  Karol Beffa, animal (sur)doué de passion
Flux RSS

Karol Beffa, animal (sur)doué de passion

Le 16 juin 2018 à 10:18 par Olivier Bellamy

karol-beffa-ob.jpg

S’il n’était qu’un as du contrepoint et un kador de la septième diminuée, on applaudirait Karol Beffa en bâillant. Or il est aussi sensible qu’ingénieux. En art, ça ne suffit pas d’être couvert de prix, il faut aussi en payer le prix.

Voici son programme :
Jean-Sébastien Bach, début de la Passion selon saint-Matthieu
Jérôme Ducros, Green, dans Mélodies et chansons françaises sur des poèmes de Paul Verlaine, Philippe Jaroussky (contre-ténor), Quatuor Ébène, et la participation de Nathalie Stutzmann (contralto), Erato, 2015
Karol Beffa, Into the Dark
Karol Beffa, Concerto pour alto, 2e mouvement

madeleines
Traviata, par exemple le chœur des bohémiens et des matadors
Mozart, mouvement lent du 23e concerto
Contraste, Midsummer Phantasy de Franck Bridge

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre