Accueil  >  Catherine Ceylac, à la vie à l’amor
Flux RSS

Catherine Ceylac, à la vie à l’amor

Le 02 juin 2018 à 11:25 par Olivier Bellamy

catherine-ceylac-300.jpg

Et mojito plutôt que Mort Subite.
Voici son programme :
Concerto no1 pour violon opus 6 de Paganini par Yehudi Menuhin

Carmen acte1 Près des remparts de Séville par Cécilia Bartoli

Concerto pour clarinette et orchestre en la majeur allegro rondo sous la direction de
Jean-Claude Casadesus

The girl fromage ipanema par Astrid Gilberto et Stan Getz

Procol Harum
A whiter shade of pale

Sting
In englishman New York

Jeanne Moreau
Le tourbillon de la vie

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 Geneviève, le 05 juin 2018 à 16:45 :

Ecouter la voix de Catherine Ceylac c’est entrer dans un tableau de Friedensreich Hundertwasser. La ligne est souple, intelligente, solide et fine et part subitement dans les aigüs pour redescendre en courbes douces dans les graves suaves pour terminer en éclats de rire. Le tout dans des couleurs vives, peps et pastels à la fois, tutoyant,chuchotant une blessure, un chagrin pudiquement évoqués.Le mot est toujours juste, vrai, sans fard ni minauderie, direct mais sans brusquerie.Soudain Catherine évoque avec gaîté son amour du jeu, des casinos…Le souvenir de Madame Brigitte Engerer pour laquelle j’ai une tendre et respectueuse pensée m’a envahie, mêlé à la joie communicative de Catherine et d’Olivier. Je n’étais pas triste, j’étais bien, tout simplement, BIEN.


Donnez votre avis !






ombre