Accueil  >  Christian Bobin, se fondre dans le silence
Flux RSS

Christian Bobin, se fondre dans le silence

Le 02 septembre 2017 à 09:55 par Olivier Bellamy

christian-bobin.jpg

Si tu n’as rien de plus à dire que le silence, tais-toi, dit un proverbe arabe. Le poète Christian Bobin parle et sa parole est d’or.
Arvo Pärt - Alina
- La Berceuse de Chopin par Gieseking Walter
- Variations Goldberg de Bach - 1er morceau par Zhu Xiao Mei
- les vêpres de la Vierge - Monteverdi

et les 3 madeleines de Proust

- Requiem de Fauré
- Round Midnight avec Miles David ET Monk
- une polonaise de Chopin par Samson François.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 3 commentaires pour cet article :

1 Amy, le 02 septembre 2017 à 13:31 :

Et j’ai écouté, bu, respiré votre rencontre avec Christian Bobin.
Je suis emportée sur la voie lactée par les mots de Christian.
Je suis emportée par Arvo Part : Spiegel im Spiegel.
Mon écriture est en Lumière, tout comme celle d’un Frère d’âme, Ralf. Il est allemand et je parle sa langue maternelle.
Je lui traduis, parfois, des poésies et L’essentiel passe, comme le Soleil à travers une vitre sale … perte au passage, à la douane des mots …
Ralf se bat contre un cancer (Mélancolie ) ce couteau planté dans son ventre et arraché … et tant pis pour l’hémorragie …
Il est profondément blessé par la vie et est tombé, socialement. Précarité … mais il est comme un soleil et garde toute sa dignité, Schützer/Sagittaire, il habite au milieu de la Voie Lactée …
Nos photos ressemblent à la poésie de Christian, certaines photos de couverture de ses livres …….
Pas de portes ouvertes pour nous, pour lui, Ralf que j’appelle Wolf. Comme le Wolf de Vigny … meurt sans un cri ! Il a écrit des livres avec un choix de ses photos.
Ils sont restés “plasma germinatif” …
Je dois lui en écrire la préface … mais impression de préparer une Homélie … de son Odyssée …
Je suis souvent près de lui en Sarreland … dans son camping car qu’il appelle Ottocar. C’est son placenta …
Les mots de Christian ont fait écho avec cette question, grande parce-que sans réponse … sinon Aimer, Aimer tout :
A quel silex s’allument les mots ?

Merci à vous, Olivier et Christian.

Amy Mallet - 51110 Lavannes

2 HOLDRINET Claudette, le 02 septembre 2017 à 13:43 :

C’est ma première émission de la rentrée.
Une pépite cette conversation avec vous Olivier. Je n’ai pas tout lu C.Bobin, mais ma pensée est allée à “une petite robe de fête” Un bijou qui comme la musique, s’écoute.L’émotion qu’il déclenche en nous au détour d’une phrase est de l’ordre de l’indicible comme en musique. Pas de mots pour décrire. Des phrases que l’on aimerait garder.
J’avais lu ou entendu cette phrase de lui interviewé: “« Ce qui me paraît le plus insupportable — et c’est aussi ce que fait notre société — c’est que l’école me séparait de moi-même. Ce n’était pas d’une personne, mais de moi-même, dans le vagabondage des heures, des humeurs. C’était ça dont j’étais séparé.”
Perdre sa liberté d’introspection, atteinte à sa vie intérieure. ça me parle vraiment, mais je ne l’aurais jamais aussi bien exprimé.
Bonne rentrée à tous, à vous Olivier.

3 evelyne grellet, le 02 septembre 2017 à 19:57 :

Bonsoir Olivier Ne sachant comment vous écrire directement, je profite de cette “fenêtre” pour vous exprimer ma déception de ne pas avoir entendu ce soir le Meilleur de Passion Classique: Que s’est ‘il passé? D’autant que cette semaine avait été très riche et dense en intervenants de grande qualité ??
Christian Bobin , bien sur, une révélation
Arvo Prat et Alina m’ont tiré des larmes
“not from this world” on a envie de dire
Rasssurez-moi- et tant d’autres - quant à la poursuite de cette séquence, attendue toute la semaine quand on ne peut pas écouter vos
quotidiennes
un grand merci plein d’espérance


Donnez votre avis !






ombre