Accueil  >  Christian Bobin, se fondre dans le silence
Flux RSS

Christian Bobin, se fondre dans le silence

Le 02 septembre 2017 à 09:55 par Olivier Bellamy

Si tu n’as rien de plus à dire que le silence, tais-toi, dit un proverbe arabe. Le poète Christian Bobin parle et sa parole est d’or.
Arvo Pärt - Alina
- La Berceuse de Chopin par Gieseking Walter
- Variations Goldberg de Bach - 1er morceau par Zhu Xiao Mei
- les vêpres de la Vierge - Monteverdi

et les 3 madeleines de Proust

- Requiem de Fauré
- Round Midnight avec Miles David ET Monk
- une polonaise de Chopin par Samson François.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 HOLDRINET Claudette, le 02 septembre 2017 à 13:43 :

C’est ma première émission de la rentrée.
Une pépite cette conversation avec vous Olivier. Je n’ai pas tout lu C.Bobin, mais ma pensée est allée à “une petite robe de fête” Un bijou qui comme la musique, s’écoute.L’émotion qu’il déclenche en nous au détour d’une phrase est de l’ordre de l’indicible comme en musique. Pas de mots pour décrire. Des phrases que l’on aimerait garder.
J’avais lu ou entendu cette phrase de lui interviewé: “« Ce qui me paraît le plus insupportable — et c’est aussi ce que fait notre société — c’est que l’école me séparait de moi-même. Ce n’était pas d’une personne, mais de moi-même, dans le vagabondage des heures, des humeurs. C’était ça dont j’étais séparé.”
Perdre sa liberté d’introspection, atteinte à sa vie intérieure. ça me parle vraiment, mais je ne l’aurais jamais aussi bien exprimé.
Bonne rentrée à tous, à vous Olivier.


Donnez votre avis !






ombre