Accueil  >  André Dussolier, l’élégance du doute
Flux RSS

André Dussolier, l’élégance du doute

Le 02 septembre 2017 à 09:48 par Olivier Bellamy

Grand angoissé devant l’Eternel, André Dussolier est une parfaite illustration de l’histoire du trac de Sarah Bernhardt. Un grand talent donc.
Bach, Aria (suite n°3 en Ré majeur )
- Chopin Prélude opus 28 en mi mineur (par F.R Duchable ) 
- Berlioz Symphonie Fantastique 
- Requiem de Mozart / Requiem Kyrie 

Les Madeleines : 

a ) Tchaïkovski Allegro con Fuoco concerto pour piano n°1 
b ) Bach en jazz
c ) Caravane Petrucciani en live par Duke Elligton 

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 HOLDRINET Claudette, le 10 septembre 2017 à 15:37 :

“un coeur en hiver”, de C.Sautet. Magnifique.
Puis fidèle parmi les fidèles de l’immense Alain Resnais. J’ai dû voir “Mélo” quatre ou cinq fois. “On connait la chanson”…”qu’est ce qu’elle a ma gueule?” La classe Monsieur Dussolier. Nous nous réjouissons d’aller vous voir et écouter votre voix envoûtante prochainement. Nous faisions partie des nombreux déçus quand, deux jours avant notre venue, votre accident est survenu.
Merci aussi pour L’Aria de la suite n°3 de Bach qu’il m’arrive d’écouter en boucle.


Donnez votre avis !






ombre