Accueil  >  Jérémie Elkaïm, racines carrées
Flux RSS

Jérémie Elkaïm, racines carrées

Le 15 février 2017 à 13:04 par Olivier Bellamy

jeremie-elkaim.JPG

Difficile de ne pas succomber à ce charme fait d’intelligence et de simplicité parfaitement articulés. Particulièrement juste dans son dernier film Dans la forêt de Gilles Marchand où il joue un père inquiétant.

Voici son programme :
- Sibelius - 13 pieces pour piano op 76 : andsnes https://www.youtube.com/watch?v=p_G96IQmgw8
- Hungarian Melody in B minor D.817 - Schubert
- “Tristan und Isolde”, Erster Aufzug: Orchestervorspiel : Richard Wagner
- Henry PURCELL - Funeral of Queen Mary

Puis pour les 3 “madeleines”
- Catendé - vinicius de moraes avec maria creuza et toquinho
- Bizarre love triangle - new order
- Valse de melody - Serge Gainsbourg

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 C.Holdrinet, le 23 février 2017 à 21:15 :

Absolument,on succombe totalement au charme et à l’intelligence de Jérémie Elkaim.(j’ai enregistré l’émission afin de pouvoir la réécouter). La question de la transmission est tellement importante qu’elle construit.Et comme l’a souligné Olivier, notre société Européenne l’a si non perdue, au moins la perd.
La conception de Jérémie Elkaim, de l’éducation des enfants “cadre et tendresse” est tellement juste.Tous parents, même intelligemment investis,commettent des erreurs; mais si on se trompe, c’est avec amour, tjrs en pensant bien faire.
un programme musical délicieux. J’aurais en effet aimé travailler cette étude pour piano de Sibelius OP 76!Apparemment nous ne sommes pas nombreux à l’avoir connue.
L’homme idéal mesdames? Ecoutez le.

Le film “Dans la forêt” une merveille d’émotions variées, fortes, un foisonnement de
richesses sur un plan psychanalytique.


Donnez votre avis !






ombre