Accueil

 nicolas-le-riche.JPG

Star parmi les danseurs étoiles de la génération en or de l’Opéra de Paris, Nicolas Le Riche poursuit son chemin artistique et avec goût et intelligence. La pédagogie ajoute la générosité à une carrière exceptionnelle.

Voici son programme :
3 Madeleines:
-Prélude à l’après-midi d’un Faune de Debussy
-Le sacre du printemps de Stravinski
-Le Dies Irae du requiem de Mozart

4 morceaux:
1- Nils Petter Molvaer. Album: Buoyancy. Piste: Moute cave
2- Karol Beffa. Album: Blow up. Piste: Paysage d’ombres. I Sombre
3- Matthieu Chedid. Extrait de la musique de PARA-ll-ÈLES
4- Yaron Herman. Album: Alter Ego. Piste: Heart break through

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

 elisabeth-badinter.JPG

Après que je me suis déclaré honoré de la recevoir, Elisabeth Badinter m’a déclaré en souriant : “Il n’y a vraiment pas de quoi.” Je me suis tout de suite dit que ça allait être une chouette émission, libre et naturelle. Avant que le rouge soit mis, nous avons bavardé de tout et de rien, sa faculté d’écoute et son rire clair ont achevé de me séduire. Je ne parlerai pas de ses yeux bleus qui ont réveillé en moi un trouble trop intime. Elle était accompagnée d’une bonne copine qui n’a pas sa langue dans sa poche et dont la charge consiste à transformer intelligemment de fastidieuses séances promotionnelles en moment agréable. Pour le reste, à micro ouvert, la philosophe spécialiste des Lumières fut… lumineuse. Et impériale, digne de la grande Marie-Thérèse, noblesse oblige.


Voici son programme :
Symphonie n° 48 « Marie-Thérèse » de Haydn 1er mvt
Cécile Chaminade : Souvenir d’enfance

Madeleines :
Jacques Brel Ne me quitte pas
Barbara, Ma plus belle histoire d’amour c’est vous

3 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 frederic-thiriez.JPG

A lire les récits enthousiastes de Frédéric Thiriez crapahutant à travers cols, aiguilles et sommets enneigés, on en oublierait facilement Pascal pour penser que le malheur du monde consiste au contraire à ne pas bouger de sa chambre. Mais de la même manière qu’on peut descendre le mont Rushmore et risquer sa vie sans bouger de chez soi grâce à Hitchcock, on peut aussi se plonger dans son Dictionnaire amoureux de la Montagne pour connaître les délices du froid, de l’épuisement et de la peur sans déranger une équipe de sauveteurs à la charge du contribuable.
Voici son programme :
4 morceaux « classiques »

- Schumann, Manfred, fin de l’acte 3 (requiem) par le Berliner symphony orchestra, Michael Schonvandt.
- Thaikovsky, symphonie Manfred, 1er mouvement lento. Moscow RTV symphony orchestra, Guennadi Rosdhestvenski.
- Messiaen, “Et exspecto resurrectionnem mortuorum”, n°1 “Des profondeurs de l’abîme”, Cleveland orchestra, Pierre Boulez. Joué en 2008 en face du sommet mythique de la Meije, à 2.400 m d’altitude.
A paraître : Purcell, la mort de Didon, adaptation pour violoncelle et voix par Henri Demarquette et le chœur Sequenza : projet VOCELLO, dans lequel je suis personnellement engagé aux côtés de Demarquette, qui vise à aider à l’écriture d’œuvres contemporaines pour violoncelle et chœur.

Les Madeleines
- Christine Fontane, Je ne chante que l’amour (mère de Frédéric Thiriez)
- Offenbach, La belle Hélène, Marche et couplet des rois, chœur des musiciens du Louvre, Marc Minkovsky avec Félicity Lott.
- Michel Berger, Le paradis blanc.

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Isabelle Aubret, soeur Courage

Le 07 décembre 2016 à 15:22 par Olivier Bellamy

 isabelle-aubret.jpg

Il y a eu soeur Sourire, et il y a soeur Courage. Jean-Ferrat la considérait comme sa petite soeur et elle a quelque chose d’une sainte laïque, d’une religieuse de la République. Isabelle Aubret fut de tous les combats, la faculté d’indignation est sa force. Quant à la poésie, c’est son petit coin de ciel bleu qui l’aide à trouver de quoi s’enthousiasmer dans la vie.
Voici son programme :
La valse triste de SIbelius par Herbert von Karajan
- Czardas de Monti par Yehudi Menuhin
- La symphonie n°1 en ré majeur de Mahler Seiji Ozawa
- Le concerto n°1 de Tchaikovsky par Vladimir Horowitz

Les Madeleines
- Nuit et brouillard par Jean Ferrat
- Nous deux par Léo Ferré
- Un jour un jour par Isabelle Aubret

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Michel Schneider, week-end Pascal

Le 05 décembre 2016 à 15:08 par Olivier Bellamy

 michel-schneider.jpg

L’écrivain Michel Schneider nous plonge dans la langue pascalienne comme un organiste nous jouerait une fugue de Bach : en éclairant les plus beaux passages, ses moments préférés, les motifs qui disent tout sur tout et tout sur nous.

Voici son programme :

- Bach Fantasia Fugue in A Minor BWV 944 Sviatoslav Richter
- Leonard Cohen You want it darker 2016
- Bach l’art de la fugue contrapunctus xiv Glenn Gould
- Wagner Tristan Prélude de l’acte III Carlos Kleiber Staatskapelle Dresden

Madeleines :

- Bach Adagio Concerto d’après Marcello BWW 974 Glenn Gould
- Carlos d’Alessio India Song theme

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

François Salque, le possédé

Le 02 décembre 2016 à 12:50 par Olivier Bellamy

 francois-salque.jpg

Il est possédé par la musique, il en tremblerait presque, et les soubresauts de son âme enfiévrée se mêlent aux cordes de son violoncelle rougeoyant. L’esprit est clair, comme le bleu de ses yeux, mais cherchant l’équilibre, frôlant la démence, traversant des gouffres noirs, se riant du danger, pour finalement s’incarner dans un geste impérial. François Salque ne joue pas, il est joué par la musique.

Voici son programme :

- Extrait de la monographie de Krystof Maratka : Ciganuska
- Extrait du CD Fauré avec Eric Le Sage (Romance, Élégie ou Andante de la 2ème sonate)
- Extrait du CD Tanguillo avec Vincent Peirani : Seul tout seul / Armaguedon
- Quatuor opus 132 de Beethoven - Allegro appassionato plage 5 (quatuor Strada ou quatuor de Tokyo) 

« Madeleines » :

- extrait du Sacre du Printemps
- Symphonie Fantastique de Berlioz : Un bal
- Extrait d’une des Sonates de Beethoven pour violoncelle et piano : Rostropovitch/ Richter , plutôt la 2ème sonate opus 5

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

 caroline-sageman.jpg

Elle a été enfant prodige. Puis il a fallu régler les comptes. S’abstraire du monde, tuer la mère, couper le son. La musique est revenue par la grande porte. Caroline Sagement l’a accueillie sans cacher ses bleus, ses cicatrices. Mieux : elle joue avec pour mieux comprendre la blessure de Chopin et entrer dans sa lumière.
Voici son programme :

- Bach, Partita n°2, Rondeaux (V), par Martha Argerich
- Mozart, Concerto pour Piano n°23, Adagio, par Clara Haskil
- Schumann Quatuor avec Piano, Andante Cantabile, par Menahem Pressler et l’Emerson string quartet
- Les Yeux Noirs, Rozinkes (Album Balamouk)

Et pour les madeleines:

- Bach, Jésus que ma joie demeure, par Dinu Lipatti
- Barbara, Drouot
- Chopin, Valse en si mineur op69 n°2, par Jean-Marc Luisada

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

frederic-mitterand.jpg

De remord en regret, Frédéric Mitterrand fait revivre un passé intime qui est aussi une histoire française.
Voici son programme :

Waldteufel, Valse des Patineurs
Bach,  Prélude n°2 en C minor, par Helene Grimaud
Schumann,  Rêverie par Martha Argerich
Jorge Bolet, Vol du bourdon

Jeanne Moreau Bassiak-Rezvani, Les Mensonges
Laurie Anderson, O Superman
Piaf, Les mots d’amour

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

ombre