Accueil  >  Isabelle Huppert, naturel et vérité
Flux RSS

Isabelle Huppert, naturel et vérité

Le 24 décembre 2016 à 10:47 par Olivier Bellamy

Elle est rare. On comprend pourquoi. D’abord elle travaille beaucoup. Quand on joue comme elle joue, mieux vaut passer son temps avec les metteurs en scène que les journalistes. Mais aussi, comme toutes les grandes, elle donne beaucoup sans s’économiser. Elle ne répond pas à la question en débitant la “bonne réponse”, celle que le public attend, celle que la “profession” attend, celle que son agent attend… Elle cherche. Courageusement, la voix tendue, l’esprit en marche, se frayant un chemin à la serpe entre les mots, attrapant soudain une idée, la suivant, la reniflant, la décrivant, la retournant, la déshabillant, la rhabillant, et puis, rassurée, plus à l’aise, elle s’autorise un écart, un rire. Et repart en quête… Elle doute d’elle. “C’est bien un ténor ?” Elle a une culture d’autodidacte qui lui fait dire “Montserrat Cabale” au lieu de “kabaillé” à l’espagnole. Qu’importe. Le bon écrivain n’est pas celui qui dira “gajure” mais qui utilisera “gageure” de manière juste, neuve… et vraie. Le mot est lâché. C’est le naturel et la vérité que recherche Isabelle Huppert. Ce n’est pas rien. Autant convoquer les meilleurs pour ce faire. Obstinément. Avec persévérance. Et, en guise de récréation, sourire avec Rossini.
Voici son programme :
Bach : Prélude par Sviatoslav Richter
Horne et Caballe dans Semiramide à Aix
https://www.youtube.com/watch?v=w1A7DgMmFE8
Luigi Alva dans Le Barbier de Séville « Ecco ridente »

Madeleines
Prélude BWV 847 de Bach au piano
La Complainte de Jenny par Lotte Lenya
Klezmer

Lien permanent | Rétrolien

Soyez le premier à commenter cet article.


Donnez votre avis !






ombre