Accueil
Flux RSS

Jeanne Mas, en vert et noir

Le 12 mars 2016 à 10:06 par Olivier Bellamy

jeanne-mas.jpg

La chansonnette mène à tout. Même au veganisme (nouveau “isme” venu des Etats-Unis) qui prône la défense sans condition du règne animal et ressemble à un enfer pavé de bonnes intentions. Comme toute chose menée jusqu’au bout, avec une rigueur fanatique, on s’éloigne de la vie qui est une recherche d’équilibre constante entre la foi et le doute, ou entre tous les contraires qui forgent et élèvent une existence humaine. Me semble-t-il… Mais, d’un autre côté, il faut bien des extrémistes pour nous faire prendre conscience de certaines choses.

Voici son programme :

- Bach, Suite pour violoncelle,  ”Prélude”, Jean Nguyen Ferras
- Bach, Prelude & Fugue n°1 en do majeur
- Mozart, Réquiem en ré mineur, “Lacrimosa”
- Schubert, Ave Maria, Richard Proulx & les Cathedral Singers 

Madeleines

- David Bowie, “Heroes”
- Michel Polnareff, “Ça n’arrive qu’aux autres”
- Julien Clerc, “Le Coeur Volcan”

6 commentaires Lien permanent | Rétrolien

michel-butor.jpg

L’émission avec Michel Butor était si riche et si profonde (je parle naturellement de ce qu’il nous a dit) qu’il faut l’écouter plusieurs fois pour capter certains détails qui éclairent l’ensemble. En témoigne ce beau passage sur l’artisanat des grands artistes : partie “charnelle”, “essentielle” du travail et “qui invite à la modestie, car l’ébéniste ne connaîtra jamais vraiment le bois” (je cite de mémoire). C’est un hommage à la richesse et au mystère de la langue.
Michel Butor est un chercheur de mots et d’images qui a conservé intact l’enthousiasme de la jeunesse.

Voici son programme :

- Bach, Cantate BWV 78, “Jesu der du meine Seele”
- Beethoven, 33 Variations sur une valse de Diabelli, n°16 et 17
- Schubert, “Le Roi des Aulnes”, Dietrich Fischer-Dieskau

Madeleines

- Lionel Hampton , “Flying high”
- No, “Azuma Jishi” (Traditionnel japonais)
- Pièce aborigène australienne

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

khatia-buniatishvili.jpg

Il y a plusieurs Khatia. Une rose aux couleurs éclatantes qui attire tous les regards. Et aussi un edelweiss rare, discret et timide, pas facile à saisir. Une bonne nature riant franchement, mangeant de bon appétit, et une adolescente mélancolique. Un animal doué, à qui tout semble permis, qui s’ébroue en liberté sur le clavier, et une nature obsessionnelle, perfectionniste jusqu’à la folie, cherchant à donner du sens à ce qu’elle fait, voulant à tout prix rester fidèle à ses convictions, à ses idéaux profonds. Une élue de la musique et une démocrate-née. Ce sont tous ces paradoxes qui forgent la valeur et font le charme d’une personnalité aussi riche.

Voici son programme :

- Tchaikovsky, Symphonie n°6 dite La Pathétique, par l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, dirigé par Yannick Nézet-Seguin
- Bellini, Norma, “Casta Diva”, par Maria Callas
- Bach, Passion selon saint-Jean, Choeur d’entrée, John Eliot Gardiner (direction)

Madeleines :

- Radiohead, “Creep”
- Jacques Brel, “Ne me quitte pas”
- Nina Simone, “Just in time”

8 commentaires Lien permanent | Rétrolien

pejman-memarzadeh.jpg

Rencontre avec un chef d’orchestre franco-iranien pour qui la musique rassemble les coeurs et unit les esprits.

Voici son programme :

- Bach, Passion selon St-Jean, « Herr, unser Herssher » 
- Brahms, Symphonie n°4 en mi mineur,  ”Allegro energico e passionato”, dirigée par Carl Schuricht
- Puccini, Tosca, “E lucevan le stell”, Carlo Bergonzi (ténor) et Georges Prêtre (direction)

3 Madeleines :

- Fauré, Pavane
- Schubert, Quatuor n° 14, ”La Jeune fille et la mort”, Quatuor Alban Berg
- Beethoven, Concerto pour violon en ré majeur, op. 61, Christian Ferras (violon)/Karajan (direction)/Orchestre philharmonique de Berlin

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

jean-rondeau.jpg

1. Qui reste-t-il ?

Ce jeune homme joue assurément comme un maître. Lui manque juste encore l’humilité des grands. Gageons que ça viendra, tout arrive ici-bas.

2. J’apprends à l’instant la triste mort d’Harnoncourt…
“Oh ! quel farouche bruit font dans le crépuscule
Les chênes qu’on abat pour le bûcher d’Hercule.”

Voici son programme :

- Rameau, Tristes apprêts (Télaïre) : Castor et Pollux, S. Devieilhe/Les Ambassadeurs/A. Kossenko
- Mendelssohn, Elijah, dirigé par Paul McCreesh

3 madeleines :

- Charlie Parker, Charlie Parker with strings : The master takes, “April in Paris”
- Ambrose Akinmusire, The imagined savior is far easier to paint, ”Bubbles”
- Flying Lotus, You’re dead, “Turkey dog coma”

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

bernard-lecomte.jpg

Il me fait penser à Jean-François Kahn : même passion dévorante, même mélange de science et de tchatche, même force de travail.
Le dictionnaire amoureux des papes de Bernard Lecomte est un puits d’informations et d’anecdotes savoureuses. Du boulot sérieux… comme un pape.

Voici son programme :

- Gounod, Marche Pontificale
- Allegri, Miserere, Tallis Scholars
- Barber, Agnus Dei, Vlams radio Koor, Marcus Creed (direction)

Madeleines :

- Bach, Suite pour orchestre en si mineur, “Badinerie”, interprétée par les Swingle Singers
- Edith Piaf, “L’Accordéoniste”
- Ariel Ramirez, Misa criolla, “Agnus Dei” 

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

jeremy-ferrari.jpg

Les humoristes souvent sont malins et futés. Ils sentent l’air du temps. Ils déclinent une mécanique. Jérémy Ferrari a quelque chose de plus. Il est intelligent, hypersensible et travaille comme un forcené. Trois qualités qui forgent l’artiste véritable. C’est une sorte de poète du rire. Il parle par images saisissantes, originales, dans un flot généreux. Notamment quand il s’est décrit, jeune homme, plein d’une énergie et d’un talent dont le monde ne voulait pas, “comme un oiseau qui ne peut voler et qui marche”. Aujourd’hui il vole. Avec des semelles de vent. Le génie des lieux de Charleville-Mézières ne saurait mentir.

Voici son programme :

- Saint-Saëns, Le Carnaval des Animaux, “Aquarium”
- Chopin, Nocturne n° 20 en do dièse mineur, interprété par Maria Joao Pires
- Rimsky-Korsakov , Le Vol du bourdon, version des Klazz Brothers et Cuba Percussion
- Orff, Carmina Burana

Madeleines :

- The Rolling Stones, “Paint it, Black”
- Queen, “Bohemian Rhapsody”
- The Doors, “L.A. Woman”

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

renaud-capucon.jpg

Certaines choses ne changent pas. Amélie Nothomb en septembre, un Woody Allen par an au cinéma, et Renaud Capuçon dans Passion Classique en mars.
Le Festival de Pâques d’Aix-en-Provence est un vrai succès et se développe comme un grand vin. Ce mélange de stars et de jeunes talents s’affine et s’approfondit d’année en année : Hélène Grimaud sur ses terres, Anne Sophie Mutter, Gergiev, Yo-Yo Ma, mais aussi Daniil Trifonov et la “Génération Aix”…  Et la Passion de Bach chaque année. Et cet hommage à Ivry Gitlis cette année. Mais aussi l’esprit, fait de professionnalisme, de chaleur et de simplicité. Radio Classique y sera comme chaque année. Passion Classique y prendra ses quartiers de printemps et ce sera l’occasion de saluer de fidèles auditeurs. Vivement le 22 !

Voici son programme :

- Mahler, Symphonie n° 3 en ré mineur, dirigée par Claudio Abbado 
- Schubert, Sonate D960, “Allegro ma non troppo”, Daniel Barenboim (piano)
- Brahms, Sextuor à cordes n° 1, Isaac Stern (violon)

Madeleines :

- Bach,  Double concerto, Yehudi Menuhin (violon) et Christian Ferras (violon)
- Brahms, Trio pour piano, violon et cor en mi bémol majeur, Tamas Vasary (violon), Thomas Brandis (violon), Norbert Hauptmann (cor)
- Beethoven, Sonate n°3, “Allegro assai”, Yo-yo Ma (violoncelle), Emmanuel Ax (piano) 

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Jean Rouaud, 111 ans après

Le 01 mars 2016 à 15:45 par Olivier Bellamy

jean-rouaud.jpg

Cachez ce voile que je ne saurais voir… Jean Rouaud s’inquiète d’une certaine “marranisation” de la société. Son livre a le mérite de poser des questions franches et d’aller à contre-courant de l’opinion générale. Sur Air France, on peut prendre un repas sans porc alors qu’il n’y aurait plus le choix pour des enfants qui mangent à la cantine. Etrange vision de la laïcité qui exclut au lieu de respecter les différences.

Voici son programme :

- Scarlatti, Sonate K27 en si mineur, Scott Ross, clavecin
- Bach , Concerto pour hautbois BWV 974 en ré mineur, Hans Peter Westermann, hautbois
- Mozart , Le Mariage de Figaro, “Contessa Perdono”, sous la direction de John Eliot Gardiner
- Schubert, Winterreise, “Gute Nacht”

Trois madeleines :

- Gilbert Bécard, “Le jour où la pluie viendra”
- Debussy, La fille aux cheveux de lin
Francis Cabrel, “Mandela, pendant ce temps” 

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

ombre