Accueil  >  Pierre Joxe, “froid” au sang chaud
Flux RSS

Pierre Joxe, “froid” au sang chaud

Le 18 mars 2016 à 10:41 par Olivier Bellamy

pierre-joxe.jpg

Il se décrit comme quelqu’un de froid. Mais son sang bouillonne dès que ses convictions égalitaires sont titillées.
Mélange d’homme d’Etat et de révolutionnaire permanent, ce n’est pas un tiède. Sa complexité lui vient de sa connaissance de l’Histoire et de la richesse de ses origines. Catholique breton par son père, protestant suisse et juif allemand par sa mère, il s’est aussi beaucoup intéressé à l’islam au cours de son existence. Mais ces identités ne sont pas en contradiction, elles forgent une image de l’Homme cohérente et résumée par l’engagement de son père dans la Résistance gaulliste et la sienne dans le progrès social qui n’est pas un vernis bobo. Pierre Joxe est l’un des rares hommes politiques à aimer et connaître la musique, et l’une des rares personnalités de gauche ouvertes à la transcendance, ou pour reprendre ses mots : laïque non “décérébré”. Il fut aussi un ministre de l’Intérieur qui a réussi à susciter l’estime de ses “troupes” sans tomber dans le tout-répressif et sans passer pour un laxiste. Ce n’est pas un homme facile, il est cassant, autoritaire, rigide et ne mâche pas ses mots. Mais un homme de culture et de conviction, assurément, et fidèle dans ses engagements comme il en manque aujourd’hui.
Pour l’anecdote, il s’est attardé dans nos studios pour choisir la version de la Passion selon Saint Jean qui lui convenait le mieux et s’est mis en colère en entendant la version d’Harnoncourt, qu’il a traité de “chef militaire”. L’ancien ministre de la Défense savait de quoi il parlait. Gardiner a eu finalement sa préférence.

Voici son programme :

- Beethoven, Symphonie n°5, 4ème mvt, interprétée par l’Orchestre de Paris, dirigée par C. Eschenbach
- Bach, Passion selon saint Jean, dirigée par J.E. Gardiner

Madeleines :

- Cheikh Raymond, Anthologie, “El Boghi”
- Schubert, Marche militaire n°1, C. Eschenbach et J.Frantz
- Offenbach, La Vie parisienne, “Air de la lettre”, Hélène Delavault

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 vlfr, le 23 mars 2016 à 23:17 :

Un monsieur âgé, cultivé et mélomane, c’est toujours intéressant de l’écouter parler. Mais sur le plan politique, ouhlàlà! Culture de l’excuse, attachement aveugle à la fameuse ordonnance de 1945 (donc jamais adoptée par le Parlement),…


Donnez votre avis !






ombre