Accueil

general-striebig.jpg

Commandant de la Garde Républicaine, corps d’élite sécuritaire et protocolaire, le Général Damien Striebig est aussi un mélomane qui a en charge l’Orchestre de la Garde Républicaine et le Choeur de l’Armée Française, magnifiques formations.
Marqué par des films antimilitaristes ou des comédies à la Charlot, l’homme de la rue a bien souvent une idée toute faite de ceux qui protègent le territoire. Or nous sommes loin de Noël Roquevert ou de “Chef, oui, chef”. Avec Damien Striebig, la Grande Muette se fait diserte et sensible.

Voici son programme :

- Bach : Concerto Brandebourgois n°3
- Bellini : Norma
- Mozart : Ave Verum Corpus K. 618
- Vivaldi : Giustino Aria, “Vedro conmio diletto” par Jaroussky et l’Ensemble Matheus

3 Madeleines :

- J. Strauss : Le Beau Danube bleu par l’Orchestre Symphonique de Vienne
- Nougaro, “Toulouse”
- Astor Piazzolla : Libertango par Richard Galliano

Tags :
Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Thierry Fouquet, à Bordeaux

Le 22 décembre 2015 à 10:50 par Olivier Bellamy

thierry-fouquet.jpg

Le lendemain de l’émission, nous avons échangé les rôles. Thierry Fouquet a bien voulu me poser des questions sur Un hiver avec Schubert et Dans la gueule du loup. Avec une finesse très aiguisée et en peu de mots, il a mis le doigt sur tous les thèmes essentiels. Diriger une grande maison ou mener un entretien est peut-être avant tout une affaire de hiérarchie des sujets et puis de tact.

Voici son programme :

Classiques :

- Rossini : Semiramide, duo de Horne et Sutherland
- airs de Mozart par Sabine Devieilhe
- Prokofiev : Alexandre Nevsky par Gergiev
- Haendel : air du Messie

Petites Madeleines :

- Bellini : Norma par Maria Callas
- Atys : “La Fin”
- Chopin : un Nocturne par Claudio Arrau

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Hugues Gall, en confidence

Le 22 décembre 2015 à 10:42 par Olivier Bellamy

hugues-gall.jpg

Homme pudique, il se livre peu. Ancien Directeur de l’Opéra de Paris et actuel Président de l’Orchestre Français des Jeunes, Hugues Gall est un homme d’art et de fidélité. Ce soir, il a accepté de nous en dire un peu plus sur sa mère, sa vie, ses amours.

Voici son programme :

3 Madeleines :

- Joséphine Baker : “J’ai deux amours” (version originale)
- Nino Rota : thème principal du film de Fellini Huit et demi 
- Jean Wiener : musique du film de Jacques Becker Touchez pas au Grisbi

Musiques classiques :

- Prokofiev : 2ème mouvement de la Symphonie n°5 par l’Orchestre Français des Jeunes dirigé par David Zinman
- Berlioz : Les Troyens, duo d’amour par John Vickers, Josephine Veasey et Colin Davis à la direction
- Debussy : “Clair de lune” de la Suite Bergamasque par Nelson Freire
- Schumann : Arabesque op. 18
- Tchaikovsky : La Dame de Pique, “Chanson de la Comtesse” par Boris Khaikin, Zurab Anjaparidze et Valentina Levko

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Melvil Poupaud, une vie de cinéma

Le 16 décembre 2015 à 16:37 par Olivier Bellamy

melvil-poupaud.jpg

Ruiz, Rohmer, Desplechin, Ozon, Dolan… Melvil Poupaud a eu beaucoup de chance. Son talent est d’avoir su rester curieux, exigeant, et d’avoir la bonne distance (engagé sur le fond, détaché sur la forme) face à un art qui est aussi une industrie, et un rêve des masses qui fut aussi le cauchemar de quelques écorchés vifs.
De sa voix bien timbrée, il a su garder la fraîcheur.

Voici son programme :

3 Madeleines :

- AC/DC, “Problem Child”
- Bob Dylan, “Lay lady Lay”
- Un morceau de Chet Baker

4 musiques classiques :

- Schubert, Mélodie hongroise, par David Fray
- Fauré, Requiem
- Musique de Ville des Pirates, film de Raul Ruiz

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Nicolas Godin, sur un Air entendu

Le 16 décembre 2015 à 16:30 par Olivier Bellamy

nicolas-godin.jpg

Je ne suis pas sûr que tous les auditeurs de Radio Classique connaissent bien le groupe Air, qui remporte un vif succès international depuis plus de quinze ans. Mais beaucoup ont dû être touchés par la simplicité et l’intelligence de Nicolas Godin quand il nous raconte sa découverte des films de Monsaingeon sur Glenn Gould et lorsqu’il tient sur la musique des propos très intéressants.

Voici son programme :

- Rameau, Les Indes galantes, Acte IX “Danse des Sauvages”, par les Musiciens du Louvre et Marc Minkowski
- Steve Reich, Music for 18 Musicians, Section VI
- Aaron Copland, “The Open Prairie again” (musique du film Billy the Kid), par le London Symphony Orchestra
- Messiaen, L’Ascension, III. ”Alleluia sur la trompette, alleluia sur la cymbale”, par l’Orchestre de l’Opéra Bastille et Myung-Whun Chung

Madeleines :

- John Barry, “Amicalement vôtre”
- Nino Rota, “O Venezia, Venaga, Venusia” (musique du film Il Casanova de Fellini)
- Michel Legrand, “The Windmills of your Mind” (musique du film The Thomas Crown Affair)

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

beatrice-uria-monzon.jpg

On l’appelle BUM, mais son coeur fait boum sur une scène d’opéra. Béatrice Uria-Monzon est une nature qui sent les choses plus qu’elle ne les intellectualise. Ses pieds sont bien vissés à la terre, au réel, sa voix est de feu, et ses rêves se mêlent à l’air qu’elle respire et à celui qu’elle chante.

Voici son programme :

Madeleines :

- “Mess Around”, Ray Charles
- “Como el Agua”, Camaron de la Isla
- “Entre dos Aguas”, Paco de Lucia

Classiques :

- Verdi, Macbeth par Shirley Verret (direction : Abbado)
- Chopin, un Nocturne par Rubinstein
- Mascagni, Cavalleria rusticana, “Intermezzo”
- Catalano, La Wally par Manon Feubel

2 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Jack Lang, l’enthousiasme

Le 15 décembre 2015 à 11:29 par Olivier Bellamy

jack-lang.jpg

C’est peut-être ce qu’on retiendra de l’action de Jack Lang sous le règne de François Mitterrand : l’enthousiasme. Car cela manque cruellement aujourd’hui. Tout le monde ou presque s’est senti artiste ou du moins concerné. Avec du bon et du moins bon, forcément. Mais autour d’une foi en l’avenir, par la culture.

Voici son programme :

- Rameau, Les Indes galantes
- Lalo, “Si j’étais petit oiseau” par Jeff Cohen (piano) et Tassis Christoyannis (baryton)
- Barber, Adagio pour cordes

Madeleines :

- “Les Roses blanches” de Berthe Sylva
- Le Pays du Sourire de Lehar
- “J’ai deux amours” de Joséphine Baker

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Pierre Rabhi, respect

Le 10 décembre 2015 à 10:35 par Olivier Bellamy

pierre-rabhi.jpg

Respect de soi, des êtres humains, de la nature. Toute la philosophie de Pierre Rabhi se résume en un seul mot, mais quelle force pour résister à tout ce qui lézarde et piétine chaque jour ce viatique. L’éducation, l’économie, l’agriculture, l’énergie, tout est lié et c’est un chantier immense qui attend les hommes de bonne volonté. Toutefois, Pierre Rabhi est adepte de la fable du colibri. Quand la forêt brûle, le colibri prend une goutte d’eau dans son bec pour éteindre l’incendie. “Tu es fou, disent les autres animaux, tu n’y arriveras jamais.” Le colibri répond : “Je fais ma part.” Tout simplement.

Voici son programme :

- Mozart, Concerto pour violon n°3, par Yehudi Menuhin
- Beethoven, Concerto pour violon, par Yehudi Menuhin
- Bruch, Concerto pour violon n°1, par Yehudi Menuhin
- Bach, Chaconne, par Yehudi Menuhin

Madeleines :

- Alla, “Le Foundou”
- Alla, “Guir”
- Jean Ferrat, “Ma France”

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Philippe Bender, la sincérité

Le 10 décembre 2015 à 10:23 par Olivier Bellamy

philippe-bender.jpg

Il a toujours l’air pressé, entre deux trains, deux avions, deux projets. Ce qu’on exige des chefs d’orchestre aujourd’hui défie le temps musical. Il faut qu’ils soient précis, efficaces dans un temps donné, disponibles pour un sponsor, un élu, un responsable d’association et à chaque fois inspirer l’enthousiasme, emporter l’adhésion, convaincre. Quand il parle de musique, Philippe Bender ne trouve pas toujours les mots, car il n’a pas de discours tout fait, mais sa passion parle pour lui. La sincérité est son moteur. Les mots claudiquent, mais les notes pour le dire arrivent aisément. Et la musique respire.

Voici son programme :

1) Le 3ème mouvement (”Menuetto”) de la deuxième suite de L’Arlésienne de Bizet
2) Le finale de L’Oiseau de feu d’Igor Stravinsky, version de 1945 réorchestrée pour le ballet ou pour le concert (référence au film La Vérité de Henri-Georges Clouzot)
3) Le Roi des Aulnes de Schubert, par Dietrich Fischer-Dieskau et Jörg Demus ou Gerald Moore

Œuvres avec orchestre :

1) Le 4ème mouvement (”Mambo”) de la version de concert de West Side Story de Bernstein
2) “Le Petit Poucet”, Ma Mère l’Oye de Ravel, par Eliahu Inbal avec l’Orchestre National de France
3) Danse Slave n°8 op. 46 de Dvorak, par Rafael Kubelik avec l’Orchestre Symphonique de Bavière
4)  Le 1er mouvement du Chant de la Terre de Mahler, par Pierre Boulez avec l’Orchestre de Vienne et le ténor Michael Schade

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

olivier-poivre-darvor.jpg

Il ressemble au Hollandais volant condamné à errer à travers mers à cause d’une faute dont la raison s’est perdue dans la nuit des temps. La littérature lui permet de chercher les raisons de ce mystère, des traces de cette quête sans fin, de ce pèlerinage intérieur qui se dilate et s’hystérise par le lointain. Il veut se poser mais peut-être ressemble-t-il au martinet qui ne s’arrête jamais, jusqu’à dormir dans les airs, au-dessus des flots tumultueux. Après tout la route de la soie sans cesse foulée est aussi un chemin vers soi.

Voici son programme :

Quatre Classiques :

- Janacek, Quatuor à cordes n°1 “Sonate à Kreutzer”
- Chopin, Etude n° 1 op. 10
- Barber, Adagio pour cordes
- Couperin, Les Leçons de ténèbres

Trois Madeleines :

- Joan Baez, “Diamonds and rust”
- Maria Rita, “A Festa”
- Anne Roth, “J’aime l’amour”

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

ombre