Accueil  >  Wim Wenders, filmer l’invisible
Flux RSS

Wim Wenders, filmer l’invisible

Le 23 avril 2015 à 10:55 par Olivier Bellamy

wim-wenders.jpg

Il possède la belle simplicité des grands. Avant l’émission, j’étais nerveux, inquiet, fier de sa confiance aussi - forcément - mais tout de même nerveux. Il est arrivé et tout a paru très naturel. Wim Wenders m’a confié qu’une de ses assistantes écoutait l’émission depuis ses débuts et qu’elle était impressionnée qu’il en soit l’invité. Ça m’a fait rire et ma nervosité est tombée d’un coup. J’imagine que les acteurs parviennent assez bien à être tout de suite eux-mêmes sous sa direction, à être le personnage en oubliant le trac, le jeu, les pièges de l’ego et tous ces petits poisons de l’âme. Tout s’est passé comme dans un rêve. Profond, fluide et sensible à la fois. Du grand art.

Voici son programme :

1) Alexandre Desplat from “Every Thing Will Be Fine” ,

2:51 “Tomas’ Theme”

2:20 “The Discovery”

2) “Karma Police”, played by Christopher O’Riley 4:37

3) René Aubry: “Naufragés du Temps” from the album “Mémoires du Futur” 5:07

4) “Der Leiermann” from “Winterreise” by Schubert, sung by Christine Schäfer 4:00

5) Glen Gould: Bach, French Suite #1 in D minor, BWV 812 Sarabande 2:50

Madeleines:

6) David Darling: From CD: „The Tao of Cello”: “What Is Firmly Grasped Cannot Slip Away” 2:27

7) Henry Purcell “When I’m Laid in the Earth” 5:00

8 ) “Für Elisen” by Beethoven ca 3:00

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 Lily, le 23 avril 2015 à 22:06 :

mi ré# mi ré# mi ………drôle la madeleine du grand Wim Wenders.
Elise - et rien d’autre — qu’il entendait jouer au piano par son père, inlassablement, tous-les-dimanches matins.


Donnez votre avis !






ombre