Accueil  >  Elie Barnavi, l’intelligence en action
Flux RSS

Elie Barnavi, l’intelligence en action

Le 02 octobre 2014 à 14:18 par Olivier Bellamy

 elie-barnavi.JPG

Elie Barnavi est un sage. La guerre, il l’a faite, il en connaît le prix, la dureté, l’horreur, mais il sait qu’elle est parfois inévitable. Nécessaire, non, mais inévitable. Il n’y a pas de bonne guerre, mais il est des paix honteuses et des pacifistes inconscients et monstrueux. Car, comme le disait Churchill, on peut, si l’on n’y prend pas garde, avoir : et la guerre et le déshonneur. La réflexion et le dialogue sont encore les meilleurs moyens de l’éviter.
Voici son programme :
- les 4 morceaux :

. La Passion selon St Jean de Bach, n’importe quel morceau

. le deuxième air de Zerlina “Vedrai carino”) dans Don Giovanni, si possible dans l’interprétation de Lucia Popp

. la première partie du premier concerto pour piano de Brahms

. l’Appassionata de Beethoven, si possible dans l’interprétation de Claudio Arrau

- les madeleines

. “J’ai perdu mon Eurydice”, si possible dans l’interprétation de Maria Callas

. La jeune fille et la mort, Schubert

. la Moldau de Smetana

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 C.HOLDRINET, le 03 octobre 2014 à 17:40 :

Elie Barnavi publie “dix thèses sur la guerre”. Il en parle en historien, et aussi comme soldat. Il a analysé le conditionnement du soldat qui se trouve au plus près de l’horreur, immergé dans l’impensable.
Des paroles de mon père ont douloureusement resurgi .Mon père a fait la guerre de 40, et nous parlait de l’instinct de survie qu’ils développaient, lui et d’autres. Conditionné dans le rôle inéluctable du soldat chargé d’une mission.

Elie Barnavi en parle avec sensibilité.
Un entretien très intéressant.
Son programme musical est magnifique.
La bouleversante “Jeune fille et la mort”
Ainsi que l’extrait de “la Passion selon St Jean” :”Herr, unser Herrscher”. Et tout le reste.


Donnez votre avis !






ombre