Accueil  >  Benoît Duteurtre, toujours étonnant
Flux RSS

Benoît Duteurtre, toujours étonnant

Le 22 septembre 2014 à 10:27 par Radio Classique

 benoit-duteurtre-1809.JPG

Il creuse le même sillon à fleur de terre entre Paris, les Vosges et la Normandie, depuis près de trente ans et il réussit toujours à nous étonner. Taclant les effets de mode, les fausses valeurs, les ridicules de notre époque et vantant les charmes de la vraie modernité, celle qui savait s’allier à la fantaisie. Pudique et visant juste, léger et profond, Benoît Duteurtre nous enchante par son art du récit, son ironie subtile, sa construction rigoureuse. Son Ordinateur du paradis est un vent d’air frais dans le tintamarre actuel des idées reçues qui sonne creux et empoisonne l’atmosphère.
Voici son programme :
Madeleines
- Offenbach : La belle Hélène, direction Jules Gressier (Emi) - Air de Paris (au mont Ida - ou la tyrolienne :”Je suis gai…”)
- Debussy : Préludes : La fille aux cheveux de lin ou Voiles
- Fernandel : C’est comme ça à Calcutta (1938)

Choix
- Richard Strauss : Concerto pour cor n°2, mouvement final (si possible direction Kempe), ou Don Juan, le début.
- Johannes Brahms : Liebesliederwaltzer, version Boulanger/Lipatti, n°3/4/5 (c’est court et ça s’enchaîne très bien)
- Mozart - Concerto n°15, Szell, Casadesus, troisième mouvement
- Stravinski : Pétrouchka, début, Giulini ou Boulez, par exemple.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 Erica Roche, le 25 septembre 2014 à 12:46 :

Après une petite quinzaine de jours en Angleterre, c’est l’émission de Benoit Duteurtre que j’ai choisie en priorité à la réécoute, et sans aucune hésitation. Déjà, je suis fan de son émission le samedi sur France Musique et c’est grâce à lui que je découvre le monde de l’opérette française d’autrefois que je ne connaissais pas du tout avant. Je n’oublie pas non plus ses commentaires suaves lors de la rediffusion du Concert du Nouvel An de Vienne à la télévision. J’ai même lu un de ses livres,”L’éte 76″, qui m’a réjouie durant l’été 2011, même si la fin était menée de façon plutôt maladroite à mes yeux. J’ai beaucoup apprécié cette émission - les extraits musicaux variés et tout à fait à mon goût, ainsi que la conversation entre deux charmants professionnels. Je lirai certainement son nouveau roman, dont le sujet m’intéresse - Prix Goncourt ou pas.


Donnez votre avis !






ombre