Accueil  >  Laurent Bayle, pour la Philharmonie de Paris
Flux RSS

Laurent Bayle, pour la Philharmonie de Paris

Le 23 mai 2014 à 11:14 par Olivier Bellamy

200514-laurent-bayle2.jpg

Cela fait des années, des lustres que les mélomanes réclament une vraie salle de concerts digne d’une grande capitale à Paris avec une acoustique comparable au Concertgebouw d’Amsterdam, au Musikverein de Vienne ou à Lucerne. Elle est en passe de naître et voici qu’une pluie de critiques et de polémiques ne cesse d’empoisonner l’atmosphère. Son prix, d’abord. Oui, c’est cher, mais en France on ne sait pas faire bon marché. Ce sera quand même plus rentable que Hambourg pourtant. Mais pour avoir moins cher, il faut aller à Dubaï et payer des quasi-esclaves avec des cacahuètes. Son emplacement ensuite. À la Villette ! Chez les pauvres ? Vous n’y pensez pas ma chère ! Or le site est idyllique avec le parc, le canal de l’Ourcq, l’espace. Et Jean Nouvel s’est surpassé. Alors ! On continue de grogner et de polémiquer ou on arrête tout ?
C’est comme l’Europe. Tout le monde râle et on a mille bonnes raisons de râler. Mais il est certains moments où il faut cesser d’agir comme des enfants stupides, amnésiques et mal élevés. En allant voter dimanche et en se souvenant que notre continent vit en paix depuis 70 ans. Cas unique dans son histoire.

Voici le programme de Laurent Bayle :

Les 4 extraits relatifs à la saison :

- Berliner Philharmoniker /Rattle : Mahler Symphonie n° 2
- English Baroque Soloists / Monteverdi Choir / Gardiner : Bach Messe en si
- Orchestre de Paris : Richard Strauss Ainsi parlait Zarathoustra (introduction)
- Paco de Lucia : Entre dos Aguas (rumba) - 1975

Madeleines :

- Schubert : Sonate D959, deuxième mouvement
- Boulez dirigeant le Sacre du printemps
- Bashung : “Angora” (Album Fantaisie militaire)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 11 commentaires pour cet article :

1 Erica Roche, le 23 mai 2014 à 11:54 :

Notre budget concerts ressemble beaucoup au budget de la France. Chaque année on se dit qu’il faut faire des économies et chaque année le budget est déficitaire, et plus ça va plus le déficit grandit. En recevant le programme de la Philharmonie de Paris, j’ai continué à râler en regrettant la Salle Pleyel, en trouvant que la Philharmonie c’est très loin, et en me disant que je n’aurai aucun mal à rester dans le budget cette année. Et puis j’ai commencé à regarder le programme - wow! J’ai donc fait une “short list” pensant m’en tenir aux 5 ou 6 concerts indispensables, et en faisant très attention j’en suis arrivé à - 19..alors il va falloir gagner au Loto ou cambrioler une joaillerie pour s’en sortir. La “riche nantie” que je suis arrête donc de rouspéter mais commence à faire ses fonds de tiroir…

2 C.HOLDRINET, le 23 mai 2014 à 17:02 :

Avec moins d’humour que vous Erica, je vous livre mes réactions . Sans volonté impulsive de rejeter les projets nouveaux, je trouve celui là un peu indécent tout de même sur le plan économique. Quant à nos budgets Erica, ne nous faisons aucune illusion.Je n’ai pas encore consulté le programme, mais vous ne m’étonnez pas. L’opéra Bastille aussi devait être plus abordable. Je pense aux jeunes particulièrement. Cessons de parler gros sous…
Quant aux beaux discours, on a l’habitude; l’habitude aussi de constater que les promesses ne sont pas au rendez-vous. “ce sera formidable”, que d’avantages par rapport à Pleyel… etc. Attendons de voir. Il faudra déjà la remplir cette salle.
Laurent Bayle a réponse à tout, c’est son rôle.Mais il serait de meilleur goût de cesser de railler sur “les beaux quartiers” comme il n’a cessé de le faire. Même Olivier, que je remercie d’avoir été notre porte-parole au sujet de Pleyel, voilà qu’il nous en remet une couche dans son article. Pour ma part j’adore le canal de l’Ourq et ce lieu, pour y flâner, s’y détendre, une belle balade quoi. Il ne s’agit pas de refuser de quitter les beaux quartiers. Les théâtres sont ils tous dans le 16ème? Et on y va. Mais s’il faut prendre une “navette” pour rentrer du spectacle, on n’a plus l’âge. Excusez-nous!

Monsieur Bayle a réussi à me faire rire lorsqu’il a eu une pensée pour les provinciaux. Combien “se fendront”, je cite, pour venir,et combien de fois dans l’année? Je crois que de bonnes salles plus proches ne leur manquent pas.
Des critiques de “nanties”, mélomanes un peu tout de même c’est vrai chère Erica, c’est la raison de nos réactions,nanties qui ont le privilège de pouvoir aller au concert, clientèle fidèle de ces salles, qui se réjouie aussi d’y voir quelques jeunes. On les remarque forcément parce qu’ils sont rares.
Places toujours chères, salle excentrée,
qui vivra verra…

3 Erica Roche, le 23 mai 2014 à 18:16 :

Ma chère Claudette - quand j’ai vu le programme mon “wow” s’applique surtout à la richesse de l’offre. Par contre, je suis sans illusion en ce qui concerne les prix - si on veux écouter un orchestre étranger prestigieux, c’est évident que les prix reflètent le cout élevé de son déplacement. C’est un choix que nous faisons en connaissance de cause. Le discours de Laurent Bayle, cousu d’avance, fleure bon le cours de communication, et j’avoue avoir prêté une oreille plus distraite que la votre à ses arguments très convenus. Le gaspillage de l’argent public, c’est un vaste sujet qui n’a rien à faire sur ce blog, je suis d’accord avec vous. Pour le reste, il faut voir comme vous dites…

4 C.HOLDRINET, le 23 mai 2014 à 19:40 :

J’avais bien compris ma chère Erica qu’arrivant à 19 incontournables, l’offre était en effet généreuse et que seules nos finances allaient nous rappeler à l’ordre!
Et notre enthousiasme en la matière s’emballe vite! C’est bon.
Si j’ai le moral au beau fixe ce week-end, je vais me plonger dans le programme, préparée à certaines frustrations…

5 Erica Roche, le 23 mai 2014 à 19:59 :

Moi aussi, j’a réduit mes élans a 5 concerts!

6 Lily, le 23 mai 2014 à 22:10 :

Malgré toute la fierté de voir la capitale se doter d’un grand auditorium à la hauteur de sa réputation de pays culturel, il faut reconnaître que la Philharmonie à la Villette reste très excentrée avec pour certains de longs trajets à faire, et de plus des concerts en soirée ne débutant qu’à 20H30. Pourquoi ne pas avoir gardé l’horaire de 20H ( pour Bastille et Garnier c’est bien possible à 19H) ? J’émets juste une opinion.
Bon ne soyons pas trop grognons, on s’y fera..ces musiciens immenses qui nous bouleversent le valent bien, et malgré le regret de devoir quitter Pleyel nous restons encore bien favorisés avec un choix de nombreuses salles de concerts dans la capitale.
Et encore , oui à l’Europe de la musique!

7 C.HOLDRINET, le 24 mai 2014 à 14:45 :

Je pense Lily que l’unique raison de l’horaire retardé est forcément liée au trajet. Pour les gens qui travaillent, il est impossible de se rendre à la philharmonie pour 19H et même 20H. Je sais que cela m’aurait été impossible.

8 Lucie Gardot, le 24 mai 2014 à 15:04 :

OB : “Jean Nouvel s’est surpassé”. Surtout pour le montant qui n’a cessé d’augmenter au cours de toute la durée des travaux. Et les pénalités de retard pour dépassement du calendrier prévisionnel ont-elles été réclamées, j’en doute ? Ecoeurant ! Inutile de préciser que j’habite la lointaine province donc pour moi inenvisageable d’assister aux concerts de cette Philharmonie de Paris !

9 Lily, le 24 mai 2014 à 21:25 :

Oui bien sûr Claudette ; mais juste à noter que les grands concerts dans la salle de la Cité de la Musique (qui deviendra , si j’ai bien compris, la « Philharmonie II »°) ont toujours été programmés jusqu’à présent à 20H, pour passer en 2015 à 20H30. Simple observation.

10 Itié, le 05 juin 2014 à 09:05 :

Moi qui réside à 3 stations de métro , je me réjouis d’avoir une salle de concerts près de chez moi .Le ticket de métro est le même pour aller à Pleyel , au Châtelet , au TCE . Ce qui me guide c’est le programme . Accro à la musique de chambre et à l’opéra , je n’ai pas coché grand chose sur le programme de la Philharmonie .

11 Erica Roche, le 25 janvier 2015 à 19:19 :

Permettez-moi de souhaiter à tous et à toutes une très bonne année. Après la période de traumatisme que tout le monde a vécu, on avait envie de se changer les idées et on s’est donc lancé dans l’aventure Philharmonie de Paris. Le top départ était donc samedi soir à 18h (concert 20h30) et munis de nos sandwichs et bouteilles d’eau on a eu la chance de pouvoir rouler sur le Périph. sans embouteillage. On avait pris la sage précaution de réserver notre place de parking, mais nos connaissances de “flashcode” se sont avérées insuffisantes pour comprendre l’accès au parking - on fera mieux la prochaine fois. Autant dire tout de suite que le bâtiment est loin d’être terminé, et les divers accès, ascenseurs, bars restaurants etc. plutôt aléatoires pour le moment, donc on n’a regretté ni les sandwichs (mangés dans le parking) ni notre heure d’arrivée. L’auditorium est quasiment terminé et l’architecture surprend. Je dois m’y habituer. Confortablement installés (ce qui n’était pas le cas de tous, car il y a des fauteuils provisoires par endroit) on a pu se réjouir de notre proximité avec l’orchestre et très vite on s’est régalé de la qualité de l’acoustique et du coté enveloppant du son. Je me suis fait une joie de retrouver l’Orchestre des Jeunes Simon Bolivar du Venezuela et Gustavo Dudamel pour un concert “grand public” - la 5ème de Beethoven et des pièces orchestrales de Wagner, interprétées d’une façon magistrale. Après une “standing ovation” amplement méritée, et “La Mort d’Isolde” en bis, on est rentrés complètement groggy après une immersion sonore inouïe, et une très bonne soirée..


Donnez votre avis !






ombre