Accueil  >  Marie-Nicole Lemieux, du rire aux larmes
Flux RSS

Marie-Nicole Lemieux, du rire aux larmes

Le 28 janvier 2014 à 12:05 par Olivier Bellamy

270114-marie-nicole-lemieux2.jpg

Sa voix est ample, souple, profonde. Claire de timbre, elle nous conduit parfois dans les enfers, comme Orphée.
Son rire communicatif trahit une sensibilité à fleur de peau qui pourrait traverser une vallée de larmes si l’heure n’était pas au partage et au plaisir de l’amitié entre les âmes.
De Jules César de Haendel à Didon de Berlioz, Marie-Nicole Lemieux donne chair à des personnages qui nous ressemblent par leurs passions humaines. Sa passion est intacte.

Voici son programme :

- Brahms : Intermezzo op 118 n°2 (par Radu Lupu)
- Beethoven : Concerto pour piano n°4, 2e mvt
- Mozart : Concerto pour violon n°3, adagio
- Bach : Concerto pour 4 clavecins BWV 1065, une version qui déménage!

Madeleines :

- Puccini : La Rondine, ‘Chi il bel sogno di Doretta’ (par Dame Kiri te Kanawa)
- Bach : Cantate BWV 54, Widerstehe doch der Sünde (par Maureen Forrester et les solistes de Zagreb)
- Elgar : Sea Pictures, See Slumber-Song (par Dame Janet Baker et Sir John Barbirolli)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 3 commentaires pour cet article :

1 Roberto Livadiotti, le 30 janvier 2014 à 18:10 :

Ca semble normal qu’une musicienne comme Marie Nicole Lemieux ait fait un si bon choix de morceaux de musique,mais ses commentaires étaient aussi intéressants.

2 Erica Roche, le 31 janvier 2014 à 17:59 :

Oh que j’adore la belle voix de Marie-Nicole Lemieux! Lorsqu’elle chante “Giulio Cesare” c’est une toute autre expérience que dans la production récente de cette œuvre à l’Opéra de Paris. Dans cette voix il y a toute la chaleur et la rondeur que j’aime, et quand elle parle je trouve son accent québécois à croquer - je n’ai jamais compris ce qu’on peut trouver dans l’accent anglais! Et quand elle rit ça fait un bien fou, surtout par ce temps gris et maussade. Ses madeleines m’ont permis de découvrir Maureen Forrester, dont j’avoue ignorer l’existence auparavant - une grande découverte aussi. Et puis les Sea Pictures d’Elgar avec Janet Baker, un de mes disques préférés, (avec en première partie le concerto pour violoncelle du même Elgar magistralement interprété par Jacqueline du Pré). J’en redemande…

3 Lucie Gardot, le 01 février 2014 à 16:45 :

Puisque Erica évoque les accents, je craque surtout pour les Italiens et les Allemands s’exprimant en français. Quel délice pour moi! Quant à l’accent québécois, je ne le trouve pas très glamour surtout exprimé par des jeunes gens et il me rappelle un peu mon Berry natal dont la “parlure” tend à disparaître avec le départ des anciens.
Je vais écouter l’émission avec M.N. Lemieux et son enthousiasme permanent.


Donnez votre avis !






ombre